Premier ministre & Communiqué : « Cesser les rumeurs au sujet de l’état d’urgence au Cambodge »

« Contrairement aux rumeurs qui se sont propagées, je n’ai aucune intention de placer le pays en état d’urgence »

Hier soir, apparemment excédé par l’annonce relayée de « façon exagérée », le Premier ministre a tenu à réagir concernant l’imminence de la déclaration d’état d’urgence. Sur sa page officielle dans la nuit du 6 décembre 2020, S.E. Hun Sen a écrit : « Ce matin, j'ai parlé de la préparation de lettres, par précaution, pour demander un arrêté royal au cas où il faudrait placer le pays en état d'urgence. Dans le même temps, j'ai déclaré que je ne voulais aller jusque-là car c'est trop important pour l'économie et la vie de nos citoyens et je demande plutôt la participation du peuple pour combattre la pandémie.

je n’ai aucune intention de placer le pays en état d’urgence
Premier ministre : je n’ai aucune intention de placer le pays en état d’urgence

Le Premier ministre poursuit en déclarant que « tout au long de la journée du 7 décembre, des rumeurs et même des affirmations se sont propagées selon lesquelles il y aurait une fermeture du pays ou de Phnom Penh dans les prochains jours et que les Cambodgiens devaient faire des provisions. Le chef du gouvernement royal a souligné que « face à de tels mensonges, en tant que chef du gouvernement royal, je voudrais confirmer une fois encore qu'il n'y aura pas de demande de ma part de placer le pays en état d'urgence ni de fermer Phnom Penh comme l’affirme la propagande des mal intentionnés ».

Réactions du DGIA

Dans le même temps, le Département général de l'information et de l'audiovisuel a publié un communiqué concernant « un petit nombre de journalistes travaillant de manière non professionnelle et susceptible d’induire la population en erreur » Le communiqué précise que :

« la diffusion non éthique et non professionnelle de fausses informations conduit le public à mal comprendre et à douter des performances des autorités compétentes, suscitant la peur, la confusion, interférant avec les performances des autorités compétentes, affectant l'ordre public et la conduite des affaires »

La Direction générale de l'information et de l'audiovisuel a également annoncé que toute personne concernée par ces pratiques pouvait exercer ses droits et demander aux autorités compétentes d'engager des poursuites judiciaires sans préavis au ministère de l'Information. Cependant, le Département général de l'information et de l'audiovisuel dit « apprécier vivement et féliciter la grande majorité des médias et des journalistes pour leur travail éthique consistant à couvrir et à diffuser des informations factuelles au public et à encourager le gouvernement royal à prendre des mesures pour empêcher la propagation du virus, pour la paix du peuple et le développement de la nation ».

Avec Chim Nary – Agence Kampuchea Presse

Merci pour votre envoi !

  • Instagram
  • Facebook Social Icône
  • Gazouillement
  • LinkedIn Social Icône