top of page

Prévisions : L'économie cambodgienne se rétablit mais doit résister au choc pétrolier

Selon les dernières projections de la Banque mondiale (BM), l’économie du Cambodge connaîtra une croissance de 4,5 % en 2022.

Le rapport indique qu’au cours du premier trimestre de 2022, les exportations de marchandises ont atteint 4,8 milliards de dollars américains, soit une hausse de 26 % par rapport à 2021.
Le rapport indique qu’au cours du premier trimestre de 2022, les exportations de marchandises ont atteint 4,8 milliards de dollars américains, soit une hausse de 26 % par rapport à 2021. Photo WorldFish (cc)

La mise à jour économique de la BM qui vient d’être publiée et concernant le Cambodge révèle que si l’activité économique intérieure et les exportations de biens se remettent du ralentissement causé par la pandémie, la croissance reste inégale.

Principale raison : la guerre en Ukraine qui demeure le moteur de l’inflation.

Exportations en bonne santé

Le rapport indique qu’au cours du premier trimestre de 2022, les exportations de marchandises ont atteint 4,8 milliards de dollars américains, soit une hausse de 26 % par rapport à 2021.

Les moteurs de croissance traditionnels, notamment les vêtements, les articles de voyage et les chaussures, continuent de se développer, mais de nouvelles industries manufacturières, telles que les pièces électriques et les pièces de véhicules, sont également en train d’émerger, tandis que les exportations vers les États-Unis sont en plein essor.

En outre, selon le rapport, la trajectoire de l’économie continue de dépendre de l’évolution du virus. Grâce aux progrès continus en matière de vaccination, de nouveaux assouplissements des restrictions de voyage soutiennent des gains continus en matière d’activité économique et d’emploi. L’activité économique intérieure et les exportations de produits agricoles devraient rester robustes et contribuer à la reprise économique.

Freins

Bien que la dynamique intérieure reste forte, la reprise est freinée par la détérioration de la demande mondiale. La hausse des prix de l’énergie et des denrées alimentaires alimente l’inflation et, au Cambodge, les ménages vulnérables dont l’épargne est limitée risquent de subir de plein fouet le choc des prix du pétrole.

Le déficit budgétaire devrait se creuser pour atteindre 6,3 % du PIB, car le gouvernement devra poursuivre ses programmes d’aide en espèces pour soutenir les plus démunis.

« Le fait que le gouvernement vive avec la stratégie COVID-19 a permis au Cambodge de rouvrir ses portes, favorisant ainsi la reprise économique », estime Maryam Salim, directrice pays de la Banque mondiale pour le Cambodge.

« Toutefois, la route à suivre reste complexe. La hausse des prix de l’énergie et des denrées alimentaires due à la guerre en Ukraine impose des charges supplémentaires aux pauvres. Le programme de transferts monétaires du gouvernement, qui a été vital pour les ménages vulnérables pendant la pandémie, restera nécessaire. »

À moyen terme, l’économie devrait retrouver son potentiel, avec une croissance d’environ 6 %. La nouvelle loi sur l’investissement, ainsi que l’accord de libre-échange Cambodge-Chine et le partenariat économique global régional récemment ratifiés, devraient stimuler l’investissement et le commerce dans les années à venir, et sont considérés comme des facteurs contributifs.

De même, le rapport prévoit que le commerce et les investissements seront à nouveau stimulés lorsque l’accord de libre-échange entre le Cambodge et la République de Corée sera ratifié.

Toutefois, les effets négatifs du coronavirus sur l’emploi et le bien-être devraient se poursuivre, car le secteur des services, en particulier les industries du voyage, du tourisme et de l’hôtellerie, continue de subir des vents contraires persistants.

Recommandations

Le rapport de la Banque Mondiale recommande des programmes contribuant à soutenir la reprise économique. Il s’agit notamment de la poursuite des efforts visant à maîtriser la pandémie, du renforcement de la confiance des consommateurs et des investisseurs, de la promotion des exportations, en particulier des produits agricoles, en facilitant les échanges et en réduisant le coût des affaires, et de la stabilisation des prix de détail.

Le rapport indique également que des efforts supplémentaires sont nécessaires pour promouvoir les exportations de produits agricoles de base afin de maximiser les avantages des accords de libre-échange récemment ratifiés, à savoir l’accord de libre-échange Cambodge-Chine et le partenariat économique global régional.

À cet égard, les mesures incitatives actuellement introduites dans le cadre de la nouvelle loi sur les investissements pour soutenir l’agro-transformation et les chaînes de valeur agricoles pourraient jouer un rôle clé.

Si les prix des produits agricoles au Cambodge restent compétitifs, les taux d’intérêt sur les prêts, les coûts de l’énergie pour les industries agroalimentaires et les coûts de logistique et de transport pour les exportations de ces produits ne le sont pas.

Contrairement aux produits électroniques, aux équipements et aux pièces détachées, les produits agricoles sont des cargaisons lourdes et relativement bon marché, qui sont touchées de manière disproportionnée par la hausse des coûts du fret maritime.

Par conséquent, des efforts supplémentaires doivent être déployés pour renforcer la facilitation des échanges, tout en mettant en œuvre la connectivité du transport multimodal. Cet aspect est particulièrement crucial pour les exportations de produits agricoles du Cambodge

Chaîne d’approvisionnement

Le rapport comprend également un chapitre consacré aux perturbations de la chaîne d’approvisionnement post-pandémique. Il suggère des stratégies pour réduire les coûts logistiques et souligne que les efforts visant à accroître la compétitivité commerciale du Cambodge et à améliorer sa connectivité nécessiteront une approche systématique allant au-delà de l’amélioration des actifs physiques.

Des efforts sont nécessaires pour renforcer l’ensemble de la chaîne en contrôlant l’efficacité des passerelles et des itinéraires commerciaux, en étendant le « programme du meilleur commerçant » à l’ensemble du secteur de la logistique, en élaborant un plan d’affaires à plus long terme pour les chemins de fer et en mettant en place le service d’assistance téléphonique « Roadwatch », grâce auquel les commerçants et les citoyens peuvent signaler les irrégularités.

La mise en œuvre de ces réformes nécessitera une approche institutionnelle et une agence gouvernementale principale capable de superviser le développement de la logistique au niveau national et au niveau des passerelles.

À propos

La mise à jour économique du Cambodge est un rapport semestriel qui fournit des informations actualisées sur les développements macroéconomiques à court et moyen terme au Cambodge.

Merci pour votre envoi !

  • Instagram
  • Facebook Social Icône
  • Gazouillement
  • LinkedIn Social Icône
bottom of page