Plume aux lecteurs : Delphine Gayet-Seng, le Cambodge me déroute, me surprend et me plait…

Cambodge Mag donne la plume à ses lecteurs sur le thème « aimer le Cambodge », le but étant de recueillir les impressions de ceux qui visitent régulièrement le Cambodge, qui y sont nés ou qui se sont installés durablement. Aujourd’hui, rencontre avec Delphine Gayet-Seng, Française installée de longue date dans le royaume et particulièrement éprise du pays.

Delphine Gayet-Seng
Delphine Gayet-Seng. Photographie fournie

Vivez-vous au Cambodge ? Depuis quand ?

Je suis installée durablement à Phnom Penh depuis 2006 avec mon mari. En 2009 et 2013 sont arrivés nos deux enfants !

Comment êtes-vous arrivé au Cambodge ?

À la fin de mes études en France, ma maman me parlait tout le temps de sa collègue Sineth, de ses voyages-retours-redécouvertes de son pays natal, de son exil en France dans les années 70… Jusque-là plutôt casanière, j’étais toujours restée dans les jupes de ma mère, mais ces histoires cambodgiennes ont résonné en moi d’une façon tout à fait inattendue et il a fallu que je parte pour voir de mes propres yeux ! Une première fois en vacances au cours de l’été 2000, puis un an avec mon amie Béa en 2001/2002 puis une installation durable en 2006 avec l’homme de ma vie !

Quelle est votre activité professionnelle ?

Enseignante depuis toujours, spécialisée pour les élèves en grande difficulté, j’ai tout naturellement trouvé ma place au Lycée Descartes de Phnom Penh et cela fait maintenant 15 ans que je prends plaisir chaque année à relever les défis de l’enseignement français à l’étranger et en particulier au Cambodge. Tout comme mes petits élèves de maternelle que j’avais en 2006, j’ai vu ce lycée se développer, grandir et s’épanouir.

Pour quelles raisons aimez-vous le Cambodge ?

Ah ah ! Quelle question intéressante ! Je l’aime, c’est comme ça. Le temps suspendu d’une pluie de mousson ? Le regard perdu dans les rizières trop vertes entrecoupées de palmiers à sucre et de maisons sur pilotis ? Le boulevard Monivong et le Wat Langka ? La chaleur moite qui m’enveloppe à la sortie de l’avion ? La liste pourrait être encore longue… Mais ce qui est, sans doute, le plus important, ce sont les rencontres que j’ai faites ici (à commencer par mon mari !), la vie que j’y ai construit et qui continue de me surprendre, de me dérouter, de me plaire.

Quels sont vos loisirs ?

Les rencontres, les loisirs… tout est imbriqué. Je pourrais commencer par le théâtre et l’improvisation qui ont débuté en 2009 grâce à de très belles rencontres et la création de notre troupe. Des projets tout aussi différents, surprenants et enrichissants se sont succédés pendant toutes ces années. Je fais également de la danse depuis plusieurs années, une vraie découverte pour moi, car je n’en avais jamais fait auparavant (ah si, au club du village quand j’avais 5 ans !). Là aussi, tout s’est fait grâce à de belles rencontres. Sinon, c’est la découverte de soi-même à travers toutes ces expériences et à travers la découverte, l’apprentissage et l’exploration de la langue et de la culture.

Que souhaitez-vous pour l’avenir du pays ?

Je souhaite au Cambodge ce que je souhaite au reste du monde.

Une anecdote à raconter ?

Je suis en voiture dans les embouteillages, je colle la voiture de devant, car je sais que si je laisse passer une seule moto, c’est un flot qui va s’engouffrer et que je serai coincée 10 mn de plus… Une moto essaie de se faufiler quand même entre ma voiture et celle de devant, j’avance encore un peu pour fermer le passage… Je regarde alors le conducteur de la moto en me disant : « Il doit être fâché, ce n’est vraiment pas cool ce que je fais… ». Il me fait un grand SOURIRE !

Vous souhaitez participer ?

Envoyez vos réponses avec une ou plusieurs photos

Questions (cinq à dix lignes par réponse) :

  1. Vivez-vous au Cambodge, depuis quand ? (Si vous ne vivez pas au Cambodge, y venez-vous souvent ?)

  2. Comment êtes-vous arrivé(e) au Cambodge ?

  3. Quelle est votre activité professionnelle ?

  4. Pour quelles raisons aimez-vous le Cambodge ?

  5. Quels sont vos loisirs ?

  6. Que souhaitez-vous pour l’avenir du pays (sujet apolitique) ?

  7. Une anecdote à raconter ?

Envoyer à chief.editor@thaliashospitality.com

Merci pour votre envoi !

  • Instagram