Phnom Penh & Institut français : Célébrer trente ans de culture française et cambodgienne

L’Institut français du Cambodge fête son 30e anniversaire ce mois-ci. L’établissement a connu un début d’année réussi avec des événements tels que des projections de films, des activités pour enfants, le Festival du film européen et une exposition sur la mode avec Colorblind, mais les projets pour mars sont encore plus ambitieux.

Valentin Rodriguez, directeur adjoint et attaché culturel de l’Institut français du Cambodge
Valentin Rodriguez (à gauche), directeur adjoint et attaché culturel de l’Institut français du Cambodge, avec l'équipe de colorblind. Photo IFC

Valentin Rodriguez, directeur adjoint et attaché culturel de l’Institut français du Cambodge (IFC) depuis août 2020, est impatient d’assister au weekend de l’anniversaire. Il y aura des spectacles de danse par le Ballet royal du Cambodge, les Nouveaux artistes cambodgiens et les élèves de l’école de la Princesse Bopha Devi. Le public pourra également découvrir des concerts de musique par KlapYaHands, Chapei legend Kong Nai, et des représentations spéciales de théâtre d’ombres avec l’association Kok Thlok et Phare Ponleu Selpak, pour n’en citer que quelques-unes.

« Le mois de mars sera l’inauguration d’une saison culturelle autour du livre et du roman graphique, ainsi que le weekend anniversaire de l’Institut français du 18 au 20 mars », précise Valentin.

Avec « Cases départ », une exposition sera consacrée aux livres et romans graphiques d’Akira Fukaya, Tian, Philippe Dupuy, Loo Hui Phang, Patrick Samnang Mey, Michael Sterckeman, Séra, Uth Roeun, Fabrice Beau, Denis Do, Marguerite Duras, Rithy Panh, Agathe Pitié, Pénélope Bagieu, etc.

Histoires de réalité à l’Institut Français. Photographie Joty Mousar IFC
Exposition à l’Institut Français. Photographie Joty Mousar IFC

Un concours de contes sera organisé à l’intention des participants âgés de 11 à 18 ans. Les participants qui souhaitent inscrire leurs histoires doivent le faire en français ou en khmer, individuellement ou en groupe, avant le 14 mars.

Plaidoyer pour le cinéma et le livre

L’Institut français travaille avec des réalisateurs de films cambodgiens émergents ou confirmés. Des films de cinéastes comme Davy Chou et Rithy Panh, nominé aux Oscars, ont été projetés à l’Institut.

L’IFC collabore également en étroite collaboration avec les membres d’Anti-Archive, comme Kavich Neang, dont la nouvelle fiction White Building sera projetée en mars dans son propre cinéma.

La collaboration avec des organisations telles que Bophana Center, le Festival international du film du Cambodge et les sociétés de distribution au Cambodge, comme Westec et Cineplex, permet également à l’institut de faire découvrir le cinéma français au public khmer. Valentin ajoute que le nouveau film du réalisateur français Fabrice Beau, The Khmer Smile, sera projeté en avant-première à l’IFC en mars, lors du week-end anniversaire.

S’adapter aux temps difficiles

Bien que de nombreuses institutions dans le domaine culturel aient eu des difficultés pendant la pandémie, l’Institut français a réussi à rester présent dans la communauté locale en donnant accès en ligne à des conférences ou à des recommandations de livres et de films, ainsi qu’à des extraits d’expositions.

Kor Borin
Kor Borin. Photo Fabrice Barbian

Même avec des programmes offrant un accès à des films, des expositions, des projections gratuites en plein air, des conférences, des performances artistiques, des concerts, des cours de français (en ligne et sur place), des visites guidées pour les expositions et la médiathèque, des activités de danse, des jeux vidéo, des jeux de société, Valentin et son collègue, Kor Borin , planifient toujours un programme culturel détaillé d’expositions et d’événements. Tous les artistes intéressés par la présentation de leur travail sont d’ailleurs invités à les contacter.

Le joyau caché

La médiathèque de l’Institut français est la plus grande bibliothèque française de toute l’Asie du Sud-Est, avec une collection de livres et de documents comprenant des romans français, des journaux internationaux, des livres pour enfants et des ressources pour les apprenants de français.

Les Cambodgiens peuvent devenir membres de la médiathèque pour un minimum de 10 dollars par an.
Les Cambodgiens peuvent devenir membres de la médiathèque pour un minimum de 10 dollars par an.

L’abonnement donne accès à des livres et des ressources qui peuvent être empruntés et emportés chez soi, ainsi qu’une adhésion automatique à Culturethèque, la bibliothèque en ligne de l’Institut.

« Le livre est un élément majeur du rayonnement culturel français », souligne Valentin. En collaboration avec l’ONG SIPAR, les équipes de l’Institut travaillent au développement de la lecture et à la lutte contre l’illettrisme », souligne Valentin.

« Leurs efforts ont permis de traduire 21 livres et romans graphiques du français au khmer. Ils prévoient également de lancer un programme de résidence pour les écrivains cambodgiens et français d’ici la fin de l’année. Ce programme, appelé « Résidence Marguerite Duras », sera axé sur les auteurs de littérature pour enfants. »

Merci pour votre envoi !

  • Instagram
  • Facebook Social Icône
  • Gazouillement
  • LinkedIn Social Icône