Phnom Penh & Exposition : « Visualizing Histories », donner une sens aux drames du passé

« Visualizing Histories », exposition qui démarre aujourd’hui, est une tentative d’aborder le paysage toujours changeant de l’historiographie et de la « mémorialisation ». Le projet cherche à explorer la production artistique dans l’art contemporain comme un véhicule pour transmettre des récits difficiles et non résolus du passé et leur donner aujourd’hui un sens.

Posant la question de savoir comment l’art contemporain régional contribue à de nouvelles formes d’historiographie et de mémorisation, les trois artistes cambodgiens nés après les Khmers rouges (Mech Choulay, Hul Kanha, et Song Seakleng) et les trois artistes philippins nés après la dictature de la loi martiale et la révolution EDSA (Tanierla Jo, Sanchez Eunice et Suarez Jel), avec Load Na Dito et Sa Sa Art Projects, ont partagé un espace pour converser sur leurs origines, leurs histoires et leur compréhension de la vérité.

Dans le cadre de cette exploration de la collaboration artistique, Jo et Choulay ont partagé des histoires sur la façon de voir l’invisible en concentrant leur énergie sur la représentation des secteurs périphériques. En réfléchissant à leurs œuvres, nous remarquons que les personnes sont les véritables sources primaires de l’histoire, car le traumatisme se manifeste dans l’incarnation. Eunice, qui trouve un juste équilibre entre son statut d’Ilocano et sa conscience des droits de l’homme, et Kanha, qui est attirée par les thèmes de la nostalgie, ont centré leurs œuvres sur ce qu’il reste et sur ce pour quoi il faut exister après les différentes expériences difficiles des deux pays, à travers le processus continu de réparation, vu comme un moyen d’aller de l’avant.

Enfin, Jel et Seakleng ont choisi de se concentrer sur le quotidien et sur la façon dont chaque événement banal de notre vie peut nous façonner en tant qu’individus, citoyens de chaque pays et membre de la région. Les artistes expliquent :

« Nous terminons cet exercice en documentant chaque conversation par des vidéos en boucle, des coupures de son et des captures d’écran de nos réunions qui serviront de matériel d’archivage, de point de départ pour une collection numérique des organisations et des collectifs partenaires et, plus important encore, de preuve que nous rendons vivantes nos histoires en tant que région en activant les relations entre les artistes, en offrant une possibilité de les visualiser, de partager des idées et des expériences, et en offrant une continuité aux éducateurs pour qu’ils utilisent le format du projet dans leur enseignement futur.

Tous ces matériaux seront également utilisés comme ressource dans les programmes éducatifs des musées et dans les écoles pour communiquer ces histoires de manière sensible. Ainsi, l’histoire est continuellement activée, renouvelée et retravaillée, et l’art contemporain est rendu accessible.

Comme nous occupons également l’espace physique de Sa Sa Art Projects pour l’exposition qui sert de point culminant au projet, nous espérons remettre en question la notion d’espaces d’art contemporain en tant que sites qui incarnent les qualités muséales d’un organisme à but non lucratif au service de la société et de son développement, ouvert au public, qui acquiert, conserve, recherche, communique et expose le patrimoine matériel et immatériel de l’humanité et de son environnement à des fins d’éducation, d’étude et d’agrément, avec des œuvres qui servent d’incitation au discours sur les problèmes du passé, les opportunités du présent et les espoirs ou possibilités de l’avenir ».

À propos des artistes

  • Jo Tanierla (né en 1989) est un artiste né à Manille et actuellement basé à Quezon City, aux Philippines. Il prend son temps avec ses dessins et ses peintures. Ses œuvres sont des gestes de résistance à l’impérialisme et à ses nombreuses formes insidieuses. Jo est titulaire d’un diplôme de premier cycle en beaux-arts de l’Université du Pacifique à Diliman. En 2021, Jo a été l’un des lauréats de l’Ateneo Art Awards — Fernando Zóbel Prize for Visual Art pour sa première exposition personnelle, Pagburo At Pag-alsa : Natural Depictions and Illustrated Prophecies (Gelacio, 1910) au musée UP Vargas. Il a deux résidences à venir en 2022 dans le cadre du programme artistique Anita Magsaysay-Ho à Casa San Miguel, Zambales, Philippines et la résidence Abungalow à Negros Occidental, Philippines.

  • Eunice Sanchez (née en 1993) est une artiste et une employée de musée née à La Union, et basée à Manille. Ses travaux tournent principalement autour de la photographie et des procédés alternatifs. Sa pratique aborde des thèmes liés à la préservation et à la perception. Elle a participé à des expositions collectives dans des galeries de Manille telles que la Galerie Stephanie, la Vetro Gallery, la Post Gallery et la NOVA Gallery. Elle a obtenu une licence en photographie au De La Salle — College of Saint Benilde et une licence en psychologie à l’université De La Salle. Actuellement, Eunice prépare une maîtrise en archéologie à l’université des Philippines-Diliman.

  • Jel Suarez (née en 1990) est une artiste autodidacte née à Manille et basée à Bacolod, Negros Occidental. Son travail repose sur le collage et s’inspire ouvertement de la matérialité des choses. Jel agit principalement en tant que collectionneuse, chasseuse, dé/constructrice, arrangeuse. Elle aborde le collage comme une façon de répondre aux phénomènes visuels en reformulant les images comme des codes ouverts et des textes en devenir. Elle expose ses œuvres depuis 2014, et a participé à des foires d’art à Manille (ALT Philippines 2020 ; Art Fair PH 2016-19), Hong Kong (Art Central HK 2017), et Singapour (AAF SG 2014). Elle a été artiste en résidence de Larga (Negros Occidental, Philippines) en 2019, et à Rimbun Dahan (Selangor, Malaisie) en 2017. Ses expositions personnelles à la West Gallery (2018 et 2020) et à la MO_Space Gallery (2019) ont été sélectionnées pour les Ateneo Art Awards, où elle est devenue la première lauréate du prix d’achat de l’ambassade d’Italie.

  • Mech Choulay (né en 1992) est un réalisateur de documentaires et un journaliste indépendant à VOD. Originaire de la province de Kandal, son travail est axé sur les récits d’intérêt humain et les questions liées à l’environnement et aux droits des animaux. Choulay a exposé ses œuvres à SaSa Art Projects, au Bophana Audiovisual Resource Center, à la TorTim Art Gallery, à SEA Junction BACC Bangkok, et au TERATOTERA Festival, festival Web au Japon. En 2020, elle a reçu un prix de Creative Generation 4 Awards. Cette année, elle a reçu trois subventions : (1) subvention pour le festival de photo d’Angkor, (2) Citizen Engaged in Environmental Justice for all (CEEJA), (3) SUMERNET pour les médias — partenariat de recherche pour le reportage sur l’environnement. Actuellement, elle est également membre du Mékong Data-Journalism Fellow pour 2021.

  • Hul Kanha (née en 1999) est une artiste basée dans la province de Siem Reap et poursuit actuellement ses études d’anglais à l’université PUC. Kanha estime que l’art est essentiel à son âme en tant que mode d’expression personnelle et est profondément liée à sa pratique artistique quotidienne. Ses œuvres d’art multidisciplinaires intègrent la photographie et l’art de la performance avec des techniques de peinture, de découpe de papier et de pochoir. En 2020, Kanha a reçu la bourse d’artiste du Treeline Urban Resort à Phnom Penh et a été invitée en tant qu’artiste enseignante au NOMADIX Arts Festival à Siem Reap. La même année, elle a également participé à des expositions collectives dans tout le Cambodge ainsi qu’à la Galerie Lee à Paris et à la Galerie Artxchange à Seattle, aux États-Unis.

  • Song Seakleng (né en 1997) est un photographe, cinéaste et artiste basé à Phnom Penh. Originaire de la province de Kampong Thom, Seakleng a obtenu son diplôme de gestion des médias à l’Université royale de Phnom Penh. Il a rejoint l’exposition collective Possibility, Transferring, and Passing à Sa Sa Art Projects et a réalisé Psycho qui a été sélectionné au Chaktomuk Short Film Festival — Cambodian Highlight en 2019 alors qu’il travaillait comme stagiaire en production à la société cinématographique Anti-Archive. Il a été l’un des cinq lauréats de Creative Generation 3 en 2020 et a réalisé simultanément Blossom In The Summer. Il a travaillé en tant que conférencier adjoint pour la troisième génération de cours de photographie contemporaine et documentaire à Sa Sa Art Projects et a été invité à rejoindre en tant qu’artiste résident Pisaot en 2021.

À propos des partenaires

  • THE MUSEUM COLLECTIVE

Fondé le 21 août 2019, The Museum Collective est un collectif philippin de travailleurs muséaux et culturels, d’étudiants, d’éducateurs et d’artistes qui aspire à s’autonomiser, à se connecter et à collaborer pour promouvoir une pratique contextualisée et significative qui répond aux besoins de l’époque.

  • LOAD NA DITO

Load Na Dito est un projet artistique et de recherche basé à Manille, aux Philippines. Développé comme une culture artisanale, actuellement situé à Cubao, Quezon City, il utilise tout espace possible comme site de partage de connaissances, d’enquête et de discussion. « Load na Dito » est un système de recharge local pour le crédit des téléphones portables, où vous pouvez charger n’importe où tant que vous voyez un panneau « load na dito ». En le développant comme un modèle, l’initiative réalise des projets dans différents endroits, créant ainsi de nouvelles énergies pour avoir une « charge ». En organisant et en co-organisant un large éventail de programmes, Load na Dito espère aborder de manière critique les questions de participation et de collaboration en relation avec la pratique de l’art contemporain.

  • SA SA ART PROJECTS

Sa Sa Art Projects est le seul espace géré par des artistes cambodgiens, à but non lucratif, dédié aux pratiques artistiques expérimentales à Phnom Penh. Il a été fondé en 2010 par le collectif artistique cambodgien Stiev Selapak.

Après avoir passé sept ans dans le complexe d’appartements historique et dynamique connu sous le nom de White Building, nous avons déménagé dans un nouveau lieu, pourtant en centre-ville, en 2017. Sa Sa Art Projects vise à faciliter la production et le partage de connaissances par l’expérimentation et la collaboration.

Sa Sa Art Projects s’engage avec des artistes cambodgiens et visiteurs, des individus et des groupes créatifs, ainsi que des étudiants et des diplômés pour réaliser des projets artistiques et des événements qui sont accessibles par des Cambodgiens plus larges. Pour ce faire, Sa Sa Art Projects se concentre sur quatre principaux domaines de programmation interconnectés : Des résidences d’art expérimental Pisaot avec des artistes cambodgiens et des artistes invités ; des expositions d’art par des artistes cambodgiens et des artistes d’Asie du Sud-Est principalement, des ateliers d’art et de médias avec des artistes, des étudiants et des diplômés ; et des projets de collaboration avec divers partenaires.

  • CONSEIL CULTUREL ASIATIQUE

L’Asian Cultural Council fait progresser le dialogue international, la compréhension et le respect par le biais d’activités d’échanges culturels en Asie et aux États-Unis afin de créer un monde plus harmonieux et pacifique. Cette mission est accomplie par le biais de bourses et d’autres programmes qui soutiennent les artistes individuels, les universitaires et les professionnels de l’art.

À ce jour, l’ACC a soutenu plus de 6 000 échanges dans 26 pays et régions, et dans 16 disciplines artistiques. En tant qu’organisme subventionnaire et demandeur de subventions, l’ACC collecte des fonds auprès de particuliers, de fondations et d’entreprises. L’ACC réunit également des leaders du monde des arts, favorisant le dialogue sur l’importance des échanges culturels pour développer la compréhension et le respect au-delà des frontières internationales et culturelles.

  • Visualizing Histories de Mech Choulay et Jo Tanierla, Eunice Sanchez et Hul Kanha, Song Seakleng et Jel Suarez

  • Ouverture : mercredi 24 novembre 2021

  • En présentiel : 16 h, 17 h, 18 h (15 personnes par créneau, inscrivez-vous ici ou sans rendez-vous si la capacité le permet)

  • Exposition : 24 novembre — 18 décembre 2021

Merci pour votre envoi !