Phnom Penh & Exposition : Neak Sophal met en scène la détermination des agriculteurs

Neak Sophal, connue pour son style photographique distinctif — qui utilise régulièrement le portrait pour illustrer les réalités sociales des femmes cambodgiennes, de la classe ouvrière et des communautés marginalisées — expose à la FT Gallery à partir du 17 septembre 2022.

L'exposition Treasure de Neak Sophal raconte les histoires de survie des agriculteurs . Photo fournie
L'exposition Treasure de Neak Sophal raconte les histoires de survie des agriculteurs . Photo fournie

Treasure présente un nouveau corpus d’œuvres composé de 24 portraits et d’une vidéo qui documentent la vie et la persévérance de familles d’agriculteurs de trois provinces du Cambodge. L’artiste n’a pas voulu révéler dans quelles provinces elle avait travaillé.

« Un trésor semble précieux, tout le monde a hâte de l’avoir, mais en même temps, en khmer, cela signifie quelque chose qui n’est pas stable parce qu’il est arrivé par chance. Cela signifie que les gens ne travaillent pas dur pour l’obtenir, mais qu’ils le désirent tout de même », explique l’artiste.

Dans cette nouvelle série, l’artiste représente des agriculteurs, qui semblent être pour la plupart des femmes et des hommes d’âge moyen, debout et face à la caméra.

Chaque personnage tend la main, présentant à la caméra des objets divers, dont du riz, des fruits, des grenouilles, des excréments d’animaux, de la terre et de l’eau. Leurs visages sont masqués.

« Le geste donne l’impression qu’ils nous montrent, ou même nous offrent, des produits et des objets naturels », dit-elle.

Derrière eux, on remarque la présence d’une bande horizontale d’or qui met en valeur les objets tenus. Ici, le sujet principal des photographies se déplace des personnages aux objets qu’elles présentent.

« Les images partagent une esthétique similaire, mais chacune raconte une histoire différente en fonction de l’endroit où elles vivent et des défis auxquels les personnages sont confrontés. Leurs identités sont cachées parce qu’ils représentent d’autres communautés agricoles qui ont des problèmes similaires », explique Sophal.

À propos

Sophal, 33 ans, originaire de la province de Takeo, est diplômée de l’Université royale des beaux-arts de Phnom Penh. Elle a développé son style distinctif à travers des portraits composés de manière performative, généralement mis en scène en collaboration avec ses sujets.

Neak Sophal. Photo Rémi Abad
Neak Sophal. Photo Rémi Abad

Ses œuvres mettent fréquemment en lumière des problèmes d’actualités et donnent la parole à ceux qui sont marginalisés dans la société cambodgienne. Jouant avec la politique des identités et de l’esthétique, et s’inspirant de motivations conceptuelles, ses sujets peuvent ou non voir leur identité révélée. Les œuvres de Sophal remettent souvent en question les structures sociales et mettent en lumière les souvenirs cachés et la peur qui anime la vie des gens.

Active au niveau local et international, elle a participé à des ateliers et à des expositions collectives et individuelles en France, en Suède, aux États-Unis, au Japon et en Australie, notamment à l’Angkor Photo Festival (Cambodge), à Spot Art (Singapour), au Hong Kong International Photo Festival, au Bangkok Photo Festival, à Asian Eye Culture (Thaïlande), à l’exposition Voice of Tacitness (Chine), au Our City Festival (Cambodge), à SurVivArt (Allemagne) et au Photo Phnom Penh Festival.

Exposition

Pour mieux comprendre l’histoire des sujets de chaque photographie, les légendes confirment que les objets qu’ils tiennent sont essentiels à leur subsistance. Ils sont leurs sources de nourriture, leurs produits de base et leurs récoltes. La plupart des histoires semblent assez banales, racontant la vie rurale avec ses routines répétitives, ses défis et ses plaintes.

Cependant, ils font également allusion à la précarité des stocks alimentaires et à l’épuisement des ressources face au changement climatique et aux difficultés économiques.

La présence de la terre est forte et récurrente dans les photographies de Sophal. Les « trésors d’or » dans les mains des agriculteurs tombent souvent sur le sol, selon Katherine Brickell, auteur et professeur de géographie humaine au Royal Holloway de l’université de Londres.

Mme Brickell, commissaire de l’exposition, confie que cela semble suggérer leur évasion, leur diminution progressive ; ils retournent à la terre, là d’où ils viennent. D’un autre côté, la bande dorée ne met pas seulement en évidence les « trésors » détenus, mais délimite en même temps les territoires, le sol, la terre dont dépendent des générations », ajoute-t-elle.

Pour ce projet, Sophal a voyagé dans les provinces du nord, du centre et du sud du Cambodge, où elle a rencontré des familles rurales pour savoir comment elles faisaient face aux défis environnementaux et économiques.

« Il a été facile de travailler avec les agriculteurs, même si la partie la plus difficile a été de leur expliquer le projet. Cela signifiait que je devais établir des relations avec eux et gagner leur confiance », explique-t-elle.

Adoptant une approche semi-ethnographique, l’artiste insiste sur le fait que le processus de réalisation de cette série, comme ses nombreux autres projets, est plus important que les photographies produites.

« Sophal croit que chacun a une histoire à raconter, et dans ce cas, attire notre attention sur les histoires de la terre », déclare Katherine Brickell, ajoutant :

« Dans un document vidéo sans dialogue, Sophal nous livre un aperçu de la vie quotidienne des agriculteurs en mouvement. Nous entendons le son atmosphérique des villages, les paysages, leurs activités et les objets qui tombent de leurs mains sur le sol ».

La vidéo commence par une scène de rizières dorées et luxuriantes et se termine par un homme marchant sur une terre récemment récoltée vers l’horizon, sans but précis.

Treasure appelle le public à écouter les histoires des agriculteurs individuels. Cependant, en dissimulant leurs identités respectives, les photographies les transforment en quelque sorte en une communauté d’agriculteurs, qui constituent en définitive l’épine dorsale de la sécurité alimentaire et de l’économie du Cambodge.

Malgré cela, ils sont parmi les plus touchés par le changement climatique et l’instabilité économique.

Dans Treasure, les agriculteurs font face aux téléspectateurs en se tenant sur les terres qu’ils cultivent. Ils se présentent comme des témoins du changement, de la lutte et de la détermination, de la force et de l’impact collectif qu’ils portent.

Hong Raksmey avec notre partenaire The Phnom Penh Post


Merci pour votre envoi !

  • Instagram
  • Facebook Social Icône
  • Gazouillement
  • LinkedIn Social Icône