Phnom Penh & Exposition : Des artistes cambodgiens un peu plus près des étoiles

Un groupe de cinq artistes locaux qui partagent une passion pour la photographie et l’astronomie se sont réunis pour organiser une exposition d’astrophotographie unique en son genre au Cambodge.

(De gauche à droite) Sereywat, Nara, Mardy Suong, Piak Lim et Sonic Duran sont les vedettes de la première exposition d’astrophotographie. Photographie fournie
(De gauche à droite) Sereywat, Nara, Mardy Suong, Piak Lim et Sonic Duran sont les vedettes de la première exposition d’astrophotographie. Photographie fournie

De nos jours, lorsque la plupart des gens regardent le ciel de nuit, ils ne sont pas en mesure de voir grand-chose d’autre que quelques satellites clignotants qui passent lentement au-dessus d’eux. Cela est dû à la pollution — la pollution lumineuse, qui signifie que les lumières de la ville empêchent de distinguer les étoiles lointaines — et la pollution atmosphérique, qui est si forte dans certains endroits que l’on ne peut pas voir grand-chose, parfois pas même les avions.

À la campagne, loin des interférences urbaines, si vous levez les yeux vers le ciel nocturne, vous pourrez voir des centaines d’étoiles, mais pour distinguer les étoiles vraiment lointaines ou en détail, il faut un télescope et un minimum de connaissances. C’est là que l’astrophotographie s’avère utile. Elle utilise la technologie et la photographie pour capturer des images vraiment spectaculaires les galaxies.

Aujourd’hui, un groupe de cinq artistes locaux qui partagent une passion pour la photographie et l’astronomie se sont réunis pour organiser une exposition d’astrophotographie unique en son genre au Cambodge. L’exposition a été inaugurée le 15 janvier avec un atelier destiné à présenter cette forme d’art.

« Contrairement à la Thaïlande et au Vietnam, l’astronomie ou l’astrophotographie ne sont pas très populaires ici, mais nous pensons qu’il y a plus de gens qui partagent les mêmes intérêts que nous », explique Jiper « Sonic » Duran, l’un des organisateurs de l’exposition.

M. Duran, qui souligne avec autodérision qu’il n’est ni astronome ni photographe, affirme qu’il aime tout simplement la science et en particulier l’étude de ce qui se trouve au-delà de notre planète.

« L’objectif de cet événement est de faire savoir aux autres passionnés de l’espace qu’ils ne sont pas seuls », explique M. Duran.

« Au cours de l’atelier organisé lors du vernissage, nous avons quelques informations de base sur l’astrophotographie et le matériel nécessaire. Nous avons également illustré ce que l’on peut prendre avec différents types d’appareils d’imagerie, des smartphones aux reflex numériques, ainsi qu’avec des installations dédiées à l’astrophotographie », précise-t-il.

M. Duran et ses collègues amateurs d’astrophotographie se réunissent en ligne dans leur groupe Facebook « Astrophotography Cambodia ». Le groupe promeut l’intérêt pour l’astronomie dans le Royaume et tente d’encourager un esprit de camaraderie entre ceux qui pratiquent cette discipline au Cambodge.

L’exposition actuelle consiste en des tirages d’astrophotographie réalisés par cinq astronomes-artistes différents. Chacun d’entre eux a pris le temps de raconter au Phnom Penh Post son implication dans cette discipline inhabituelle.

Les artistes en résidence de la Voie lactée

Les artistes viennent tous d’horizons et de professions différents, mais ils partagent les mêmes objectifs ambitieux : capturer des images d’objets éloignés de notre monde à l’aide de divers objectifs et techniques et d’appareils photo allant du smartphone au reflex numérique professionnel.

Sereywat a pris cette photo d’un temple avec un ciel étoilé en toile de fond
Sereywat a pris cette photo d’un temple avec un ciel étoilé en toile de fond

Débuter avec un simple smartphone

Chea Sereywat, qui travaille aujourd’hui pour DENSO Cambodia Co Ltd, a trois ans d’expérience dans la photographie et deux dans l’astrophotographie. Il est tombé un jour sur un concours de photographie du ciel nocturne avec des participants du monde entier et des photographes internationaux et s’est demandé comment ils pouvaient capturer des choses que les gens ne pourraient jamais voir à l’œil nu.

« J’ai commencé à apprendre à prendre des photos avec mon smartphone. Mon expérience la plus marquante à ce stade a été lorsque j’ai capturé ma première photo de la Voie lactée après avoir attendu 30 secondes d’exposition. C’est cette photo qui m’a entraîné dans ma démarche actuelle », explique-t-il.

Sereywat affirme que les étoiles filantes sont ce qu’il préfère photographier et qu’il apprécie l’astrophotographie en général, car elle lui permet de voir ce qui ne peut être vu à l’œil nu. Sereywat propose neuf photos dans l’exposition et chacune d’entre elles a été prise dans un endroit différent : Rattanakiri, Battambang et Kampot — et propose un sujet différent.

Suong Mardy photographie des sujets terrestres sur fond céleste

Mardy, fonctionnaire au ministère de l’Environnement, a 11 ans d’expérience en astrophotographie. En 2009, il a décidé de commencer à photographier les étoiles avec des objectifs à grande focale après avoir vu des photos d’astrophotographie sur le site 500px. Ses premiers sujets ont été des photos de poussières d’étoiles et de la Voie lactée.

Mardy indique qu’habituellement il aime photographier des sujets comme les temples, les arbres et les chutes d’eau, mais il doit d’abord trouver des endroits sombres avec une bonne météo.

« J’aime voir les paysages étoilés et découvrir le ciel nocturne avec une belle profondeur », explique Mardy.

Il présente neuf photos dans l’exposition, toutes liées à la nature - arbres, chutes d’eau et plans d’eau — et elles ont été prises dans les provinces de Koh Kong, Kampong Speu, Mondulkiri, Stung Treng et Kampot.

Nara Tsitra, inspirée par une amie

Nara a été initié à l’astrophotographie il y a quelques années par Duran, qui lui a enseigné comment prendre des photos des étoiles la nuit.

« J’ai été vraiment étonné de constater que capturer des images d’étoiles était en fait un plaisir pour moi et le meilleur moyen de m’occuper lorsque je n’ai rien à faire la nuit », explique Nara, dont huit photos figurent dans l’exposition.

Dans le passé, Nara passait ses soirées à jouer de la guitare dans des groupes de métal underground locaux tels que Sliten6ix et Reign in Slumber, mais aujourd’hui, il s’adonne à des activités plus calmes.

« C’est le seul passe-temps qui me permet de rester sobre la nuit et qui me permet de capturer les moments incroyables où la luminosité de ces étoiles arrive après avoir voyagé durant des millions d’années-lumière vers la Terre »

Nara a photographié la galaxie d’Andromède le 24 août 2020, chez lui à Phnom Penh, en utilisant un appareil photo sans miroir à capteur d’image fixé à son télescope, ainsi qu’un tracker.

« Il était un peu plus difficile pour moi de repérer l’objet en raison de la forte pollution lumineuse dans la ville et je n’ai pas de tracker automatique qui m’aide à trouver ma cible facilement », dit-il.

Il a capturé des images de la nébuleuse d’Orion le 18 août 2020, à Kampong Cham, en utilisant le même appareil photo. Il est resté debout tard pour installer son matériel et a finalement obtenu son cliché vers cinq heures du matin.

« C’est un passe-temps qui peut demander du temps et de la persévérance, mais lorsque vous capturez enfin une image de quelque chose de vraiment cool dans l’espace, cela en vaut vraiment la peine », déclare Nara.

Lim Piak, tout photographier, y compris les étoiles

Lim Piak, qui vit à Poipet, travaille à son compte et pratique la photographie comme passe-temps depuis plus de dix ans.

La galaxie Crescent Nebula par Sonic Duran. Les images nécessitent un temps d’exposition de 300 secondes pour être capturées
La galaxie Crescent Nebula par Sonic Duran. Les images nécessitent un temps d’exposition de 300 secondes pour être capturées

Il confie que son intérêt pour la photographie vient de sa volonté d’affiner ses compétences pour pouvoir prendre de superbes photos à l’aspect unique.

Piak présente cinq photos dans l’exposition qui ont été prises à différents endroits du Cambodge et qui ont nécessité beaucoup de préparation et de temps de voyage pour les capturer. Parmi les endroits où il a pris des photos, citons Veal Thom dans le parc national de Vireak Chey, le temple de Preah Vihear et Khnang Kroper.

« L’un des meilleurs endroits pour photographier les étoiles est Veal Thom. Le ciel y est parmi les plus sombres et les plus clairs du pays. Et la plus belle rencontre de ma vie en astrophotographie a eu lieu à Veal Thom, lorsque nous avons pu photographier la comète Neowise C2/2020 F3. Cette dernière ne reviendra pas avant 6800 ans », dit-il.

Sonic Duran voulait devenir un scientifique de la NASA

L’intérêt de Duran pour l’astrophotographie a été suscité tôt un matin de décembre 2018 lorsqu’il s’est réveillé pour apercevoir trois points lumineux dans le ciel depuis sa fenêtre.

Il a découvert plus tard que ce qu’il avait vu était trois des planètes de notre système solaire : Jupiter, Vénus et Mercure, rarement visibles ensemble ou à l’œil nu, et il aurait souhaité pouvoir les photographier, alors il a commencé à se renseigner sur le processus nécessaire et à construire un appareil d’imagerie.

Huit des photographies d’objets du ciel profond prises par Duran sont présentées dans l’exposition. Parmi elles, la nébuleuse du Croissant dont Duran a pris 500 images depuis 2020 en utilisant des temps d’exposition de 300 secondes.

« Les événements les plus notables et extrêmement rares que j’ai pu capturer sont les comètes Neowise et Léonard et la grande conjonction de Jupiter et Saturne », explique Duran.

Ce dernier suggère aux astrophotographes en herbe de rechercher des endroits classés 1 ou 2 sur l’échelle de Bortle, qui permet de mesurer le degré de pollution lumineuse dans une zone donnée. Il conseille également de trouver un endroit suffisamment ouvert pour voir l’ensemble du ciel de nuit et où l’équipement photographique coûteux sera en sécurité — de préférence avec de l’électricité et un endroit pour dormir — et puis, bien sûr, vous aurez également besoin d’un temps clément et d’une nuit sans nuages.

« La soirée d’ouverture s’est très bien déroulée et nous en organiserons une autre exposition sur un thème différent lié à l’astrophotographie à la Meta House en mars prochain. Si vous vous intéressez à l’astrophotographie ou si vous envisagez de vous lancer dans ce hobby, gardez un œil sur le calendrier des événements de mars de Meta House », explique Nara.

L’exposition d’astrophotographie au Cambodge est ouverte au public au Cloud, situé au 32 rue Ke Nou à Phnom Penh. Elle se tient jusqu’au 12 février.

Facebook : @cloudcambodia et @MetaHousePhnomPenh. Rejoignez le groupe Facebook Astrophotographie Cambodge

Hong Raksmey avec notre partenaire The Phnom Penh Post

Merci pour votre envoi !

  • Instagram
  • Facebook Social Icône
  • Gazouillement
  • LinkedIn Social Icône