Phnom Penh & Arts : Profusion de talents en octobre 2022 à The Gallerist

Dernière mise à jour : 3 oct.

Pour ce mois d'octobre, Stan et Bénédicte de « The Gallerist » ont concocté un riche programme d'expositions, mettant à l'honneur des artistes étrangers aux univers artistiques éclectiques.

« Nous sommes ravis d'exposer ces artistes aux univers artistiques aussi fascinants », disent-ils.

Parmi ces artistes, le public de Phnom Penh pourra découvrir :

André Nadal

André Nadal est un artiste français qui très tôt, se passionne pour le dessin. Il a étudié le dessin industriel et le dessin à l’École des Beaux-Arts de Perpignan. Nadal vit et travaille entre Paris et le sud de la France. En 1980 en jouant avec sa fille il découvre presque accidentellement, la peinture abstraite… À la suite d’une série de voyages, notamment aux États-Unis, il décide d’abandonner le dessin industriel afin de se consacrer à la peinture.

Selon l’ICAC, « l’œuvre d’André Nadal fait partie de celles dont la peinture parle aux sens et s’exprime par l’émotion qu’elle dégage. Ses constructions monochromes architecturales sont complexes et précises, et les jeux d’ombres et lumières sur ses toiles offrent plusieurs niveaux de lecture. Ces compositions flottantes dans le vide deviennent une invitation au voyage dans l’espace — temps. L’artiste a su créer un monde à part où règne un sentiment de paix et de contemplation ».

Vernissage le 5 octobre 2022 à 18 h.

 

Isabelle RI

Isabelle RI, née en 1980 à Singapour, est artiste et professeur d’art. Elle dirige une pratique de dessin basée sur la peinture à l’huile, ses œuvres répondent aux traditions et techniques esthétiques.

Tout au long de sa vie, elle a été fascinée par les images et la façon dont le monde est représenté à travers les yeux des autres. Son intérêt pour les arts a été cultivé pendant son adolescence et s’est développé lorsqu’elle a choisi de passer sa licence puis sa maîtrise en beaux-arts en Amérique.

Après avoir obtenu son diplôme, elle a ouvert son propre studio d’art à Singapour pendant plusieurs années. Elle a créé un programme d’enseignement artistique qui comprend les compétences de production, la structure de l’art et l’histoire de l’art. Elle enseigne aux étudiants comment pratiquer et encourager la perception, l’imagination, la mémoire et la créativité.

Oeuvre d'Isabelle RI
Oeuvre d'Isabelle RI

Elle pense que les compétences se développent par la pratique. Après de nombreuses années dans l'enseignement de l'art, elle a commencé à voyager dans le monde entier, principalement dans les pays du tiers-monde tels que le Vietnam, le Laos, l'Indonésie, l'Inde et le Cambodge, afin de poursuivre son enseignement, principalement auprès des enfants défavorisés.

Vernissage le 20 octobre 2022 à 18h00.

 

SERA

Ing Phouséra dit Séra, né à Phnom Penh, est un artiste plasticien d'origine franco-cambodgienne, auteur de bande dessinée, illustrateur, sculpteur, peintre. Il est titulaire d'un Doctorat en Arts Plastiques et Sciences des Arts à l'École des Arts de la Sorbonne.

Séra naît au Cambodge le 24 juin 1961 d'un père cambodgien et d'une mère française. Le 17 avril 1975, lors de la prise de Phnom Penh par les Khmers rouges, son père est extrait par contrainte de l'ambassade et Séra ne le reverra plus jamais.

La famille s’installe en région parisienne en mai 1975. Séra publie sa première bande dessinée dans le mensuel Circus en 1979 et obtient un premier diplôme en arts graphiques en 1981. En 1986 paraît son premier album, Lady Mage Kane, co-réalisé avec François Borderie.

Ayant poursuivi un cursus universitaire en Arts plastiques à l’école des Arts de Saint-Charles, Séra obtient un DEA de l’Université Paris I Panthéon-Sorbonne en 1987. À partir de 1990, il intensifie son engagement dans l’enseignement et mène de front une activité de création artistique en bande dessinée et peinture. En 1992, il intègre le CNED comme rédacteur et correcteur. Il rédige deux cours, dont celui de « Narration visuelle ».

En 1994, Séra obtient la bourse « Kodansha Manga’ Member Fellowship » et séjourne deux mois à Tokyo. Il publie deux histoires dans l’hebdomadaire japonais Morning des éditions Kōdansha.

En 1995, Rackham publie Impasse et Rouge, son premier album consacré à la guerre civile du Cambodge, pays où il est retourné pour la première fois en 1993. Dans les années suivantes, sa production s’intensifie : le mensuel des éditions Casterman pré-publie en 1997 HKO, une fiction traitant de la rétrocession de Hong Kong à la Chine, reprise en album la même année.

À partir de 1999, Séra anime également un grand nombre d’ateliers où se mêlent enseignement artistique théorique et pratique, principalement au Cambodge, mais aussi en Irlande, en France, en Thaïlande, en Arménie. De 2012 à 2014, il assure la fonction de directeur pédagogique de l’École Phare Ponleu Selpak à Battambang au Cambodge.

Entre 2001 et 2003, Albin Michel publie la trilogie Les Processionnaires écrite par Philippe Saimbert, et réédite en 2003 Impasse et Rouge dans une nouvelle version coloriée.

Par la suite, L’artiste alterne les biographies et les récits personnels sur le Cambodge. L’eau et la Terre en 2005, Lendemains de cendres en 2007.

En hommage à la disparition du peintre cambodgien Vann Nath, Séra publie en 2011 un court récit au format poche « Trois pas dans la pagode bleue ». En 2018, après sept années de travail, il publie un album de 312 pages sur les racines de la tragédie cambodgienne : Concombres amers.

Sera revient au Cambodge novembre prochain avec des peintures et une série limitée de dessins dédiés au Centenaire de la naissance de Sa Majesté le roi Père.

À partir du 3 novembre 2022.

Plus de renseignements sur : https://www.facebook.com/Thegallerist.cambodia


Merci pour votre envoi !

  • Instagram
  • Facebook Social Icône
  • Gazouillement
  • LinkedIn Social Icône