top of page
Ancre 1

Phnom Penh & Arts : Carlo Santoro propose un moment privilégié avec l'unique Leang Seckon

Dernière mise à jour : 18 nov. 2023

Metaestetica Lab@Museum a le plaisir de proposer, samedi à la Meta House, un événement exceptionnel de deux heures : « Leang Seckon, performance et Exposition ». Cet intermède culturel fait partie du projet « (Visions) ON the Future », promu par Metaestetica Lab@Museum pour documenter l’art contemporain au Cambodge.

Leang Seckon, un moment privilégié à la Meta House
Leang Seckon, un moment privilégié à la Meta House

Les œuvres de Leang Seckon ne seront pas seulement exposées durant cet événement, elles sont destinées à être exposées à la fin de l’année 2023 dans plusieurs pays étrangers, y compris en Inde, alors que, grâce à Marina Pok, de nouveaux liens se tissent entre l’Inde et le Cambodge.

À l’origine du projet de demain, le curateur et grand ami des artistes, Carlo Santoro explique :

Les opportunités d’exposition peuvent parfois se présenter de manière inattendue. Les galeries professionnelles du monde de l’art doivent fournir une programmation méticuleuse, y compris une pause annuelle, mais cela n’est pas toujours garanti. La pandémie nous a enseigné l’importance de l’adaptabilité, en particulier en ce qui concerne la résilience des programmes, et la capacité d’être ouvert à des circonstances imprévues.

Cet événement ne peut être considéré que comme une chance fortuite d’exposer les œuvres de Leang Seckon pendant une durée limitée à deux heures dans la galerie du centre culturel cambodgien allemand, Meta House.

« Cette exposition fait partie d’un projet de six mois mené par Metaestetica Lab, qui a dissimulé de manière inattendue un musée dans une petite pièce de 10 mètres carrés. Cet espace, malgré sa taille, est le seul lieu exclusivement dédié à la documentation de l’art contemporain dans la capitale cambodgienne. »

La date du 18 novembre est une coïncidence, car elle tombe entre deux expositions programmées précédemment à Meta House. Néanmoins, il s’agissait du seul jour disponible pour garantir la présence de l’artiste avant son départ pour l’un de ses fréquents voyages à l’extérieur du pays. C’est une coïncidence d’avoir l’honneur de la présence de Marina Poc parmi nos invités. Elle a joué un rôle essentiel dans la présentation de Leang Seckon aux collectionneurs et au grand public. Coïncidence également dans la présence de ceux qui assisteront à l’événement, pris ou distraits par le choix fragmenté des événements culturels qui apparaissent sur la carte de Phnom Penh, qui n’a pas encore été déchiffrée.

Carlo Santoro
Carlo Santoro

Peut-on pour autant considérer comme une simple coïncidence l’accident tragique où une mère a imaginé protéger son enfant des bombes en se couvrant d’une jupe en lambeaux ? Que reste-t-il vraiment de l’être humain sans l’imagination qui le relie à ses ancêtres ?

« Alors oui, notre fils Seckon pourrait être un accident qui englobe toutes nos tragédies et nous invite à nous protéger avec une jupe faite des pièces détachées de l’univers. »

L’univers de Seckon, et peut-être le nôtre si nous choisissons de l’embrasser, nous est raconté dans les milliers d’intrigues tissées dans ses œuvres qui, souvent, ne cherchent pas à s’expliquer, mais à nous faire revivre, expérimenter et imaginer une voie à suivre.

Avec subtilité et maîtrise vestimentaire, Seckon capture la superposition constante des récits globaux auxquels il est souvent contraint de se confronter et nous les expose — ou plutôt nous expose — en ouvrant une voie de recherche qui dure depuis plus de deux décennies.

Les fragments d’une jupe qui recoud toutes ses histoires et les nôtres émergent par contraste parmi les allégories et les symbolismes (souvent connus, souvent à construire) qui connotent chacun des épisodes racontés sur les toiles et montrent les traces recueillies sur les marchés de nos vies.

« Sans prétendre à la vérité, Seckon nous met à nu en s’exposant tout simplement, nous permettant d’être les témoins et les participants volontaires de ses propres transformations colorées ».

Ses œuvres prennent forme tantôt en s’amusant avec lui-même, tantôt en jouant avec notre matériel humain. Des réalités à multiples facettes émergent, dans lesquelles les masques ne sont pas seulement noirs et blancs, mais peuvent aussi être des ananas.

Nous chevauchons le dos d’éléphants dont les reflets exposent les zombies d’un passé atroce que nous avons laissé de l’autre côté du miroir ou piégé dans les négatifs de photos qui n’ont jamais été développées.

Carlo Santoro et Leang Seckon
Carlo Santoro et Leang Seckon

Comme le lapin d’un conte grec ancien, pourrons-nous un jour courir plus vite que la tortue ? Ou bien les chuchotements se transformeront-ils en cris qui pourraient nous poursuivre dans notre malheur à travers les cadres des murs construits par des cultures lointaines ou gouvernés par des rois honteux mus par leurs reines, préoccupés par la préservation de leurs royaumes prétentieux tout en étant prisonniers de désirs inavouables sur leurs trônes solitaires ?

« Nous sommes probablement tous à la recherche des toiles d’une nouvelle liberté qui pourrait nous piéger encore plus, nous immergeant dans des sons indistincts traduits par des alphabets sans expression. »

Cependant, nous avons beau essayer de quitter les histoires des autres, tant que nous ne construirons pas les nôtres, nous resterons avec des questions sans réponse, regardant une vie déshumanisée qui peut sembler inutile à quitter, « esclave de démons déterrés de tombes noires », comme nous l’a dit un poète hier.

Les oiseaux et les fleurs qui se lèvent sont des pinceaux de lumière gravés dans les saisons cycliques de la vie de Seckon qui, autrement, serait écrasée par le poids de nos mondes.

Il ne reste plus qu’à caresser, à toucher, à saisir, mais aussi à danser, à chanter, jusqu’à ce que nous aussi, nous façonnions, nous pénétrions les œuvres de Seckon, qui sont, après tout, faites d’aiguilles et de fils.

A propos de l’artiste

Selon Rossi & Rossi, l’une des galeries les plus réputées de Hong Kong, Leang Sekon est « l’un des membres les plus éminents de la scène émergente de l’art contemporain cambodgien. Leang Seckon est né dans la province de Prey Veng, au Cambodge, au début des années 1970, au début des bombardements américains sur l’Indochine, et a grandi pendant la montée du brutal régime des Khmers rouges.

Comme l’a souligné l’historien de l’art Peter D. Sharrock, “ses peintures et collages témoignent d’une magnifique sensibilité ancienne qui a survécu aux vicissitudes et aux cauchemars périodiques de l’histoire cambodgienne. Ses talents de dessinateur et ses innovations techniques expriment la présence vivante du don artistique qui a produit la maîtrise de la forme dans la pierre et le bronze qui a orné l’efflorescence d’Angkor il y a un millier d’années”.

 

LEANG SECKON/PERFORMANCE ET EXPOSITION

Samedi 18 novembre 2023 à 17 h - 19 h

Lieu : Meta House Phnom Penh/#48 Street 228

ENTRÉE LIBRE/PAS D’INSCRIPTION

17:00 – 17 h 30 arrivée des invités

17 h 30 - 17 h 40 Remarques d’ouverture par Carlo Santoro, Directeur de Metaestetica Lab@Museum

17:40 – 18 h Les visites de Leang Seckon hors du Royaume par Marina Pok, Directrice créative de la Fondation Anicca

18:00 – 18 h 30 Performance de Leang Seckon

18:30 – 19 h Réseautage avec l’artiste et les invités

 

Cet événement est soutenu par : Fondation Anicca — Projet artistique italo-cambodgien — Association des entreprises italiennes du Cambodge —Meta House Phnom Penh et Metaestetica Lab. L’événement sera suivi de la 6e nuit italienne à Meta House : Projection de film et dîner dans le jardin.

Dans le mini-musée privé sur l’art contemporain au Cambodge, sont actuellement exposées des œuvres de : Em Riem, Anida Yoeu Ali, Tor Vutha, Vannak Khun, Suos Sodavy, Ernst Altmann, Gregory Gosselin, Carlo Santoro, Vuth Lyno Yen Entearak… ainsi que les artistes qui ont participé à A-N-T-O-P-I-A Phnom Penh Events

Comentários

Avaliado com 0 de 5 estrelas.
Ainda sem avaliações

Adicione uma avaliação

Merci pour votre envoi !

bottom of page