Phnom Penh & Arts : Artistes, techniques anciennes et innovantes pour la nouvelle normalité

Après avoir lutté pour s’adapter, les artistes cambodgiens s’aventurent dans de nouveaux styles pour parler du monde d’aujourd’hui avec l'aide de la galerie Sra'Art à Phnom Penh.

Photo ci-dessus : L’artiste cambodgien Chang Shangai, à droite, discute des détails de son installation avec un visiteur de la galerie Sra'Art à Phnom Penh. Photo : Rebecca Light.

Que faites-vous lorsque vous avez une vingtaine d’années et que soudain, à cause d’un virus, votre monde bascule et votre vie — présente et future — doit être réinventée sans savoir quand la normalité reviendra ?

En outre, vous devez apprendre à vous débrouiller seul et, si vous rencontrez des amis et des membres de votre famille, vous devez vous rappeler que faire des câlins, serrer la main ou même toucher l’épaule d’une personne n’est plus acceptable.

Les œuvres de l’exposition « Talking Texture », organisée à la galerie Sra'Art de Phnom Penh, sont issues de ce que les trois artistes du collectif Homeless — Sin Many, Chang Shanghai et So Sothsovankong — ont vécu depuis le début de la pandémie.

« C’est le résultat d’une longue période de lutte, de combat, de souffrance, de solitude », dit M. Sothsovankong, qui porte le nom d’artiste de KWN23.

« Je pense qu’il s’agit de périodes et de stress, de différentes périodes, de différents stress, de différentes émotions… triste, solitaire, confiant »

« Mais en même temps, vous vous sentez bien : J’ai survécu, je peux y arriver. Parce que, vous savez, à la fin de la journée, nous y arrivons », déclare-t-il.

Les trois artistes qui ont une vingtaine d’années se sont rencontrés en 2018 et ont exposé ensemble à plusieurs reprises.

Pour cette exposition, ils ont créé des œuvres pour refléter les moments inhabituels de notre époque COVID-19 dans laquelle toucher n’importe qui ou n’importe quoi est devenu un problème. Les trois artistes ont donc créé des œuvres que les gens peuvent réellement toucher — avec douceur, bien sûr.

Photo ci-dessus : Installation en tissu de l’artiste Chang Shangai. Photo : Roman Koenig.

Chang Shangai : Revisiter des techniques ancestrales

Les trois artistes partageaient un atelier avant la pandémie. Ils ont dû s’en séparer au début de l’année 2020.

Se retrouvant chez lui et seul, Shangai, originaire de Phnom Penh et ayant étudié le design de mode à l’université, s’est intéressé aux techniques ancestrales.

Pour les installations qu’il a créées en tissu, il a utilisé une technique expliquée dans un livre qu’il possède. « C’est une sorte d’art au Japon, un art très ancien comme l’origami, mais pour le tissu », explique Shanghai. Il avait déjà utilisé cette technique dans le passé, mais seulement sur de petites pièces. Mais cette fois, Shanghai avait l’intention de réaliser de plus grandes œuvres avec cette technique.

Grâce à son livre et aux informations qu’il a trouvées sur Internet, Shanghai est parvenu à maîtriser la technique. Il a choisi d’utiliser du coton ivoire pour réaliser deux installations, l’une verticale avec le tissu tourbillonnant sur deux étages, l’autre se déployant en vagues, les deux côtés du tissu affichant des motifs en relief.

Pour ses peintures, Shanghai s’est tourné vers une forme d’art qu’il a déjà vu pratiquer par des femmes cambodgiennes d’aussi loin qu’il se souvienne : le point de croix. « Les vieilles personnes de mon quartier : Quand elles avaient du temps libre, elles pratiquaient le point de croix », raconte-t-il.

Shanghai avait suivi quelques cours de broderie à l’école, mais souhaitait revoir la technique. « J’ai d’abord essayé de faire de petites pièces pour voir comment cela fonctionnerait parce que je voulais que les deux côtés aient des motifs… et je voulais qu’ils soient épais », dit-il, pour donner du relief au dessin. « J’ai donc appris par moi-même, sur Internet ou auprès de voisins, et ma mère m’a également appris. »

Mais créer une œuvre de la taille d’une peinture au point de croix s’est avéré laborieux. « Il faut tellement de patience pour réaliser cela », confie Shanghai. « Mais en même temps, parce que pendant le COVID je n’avais pas de travail… chaque jour, je faisais une ligne de cinq centimètres… et chaque jour j’avais un petit sentiment d’accomplissement.

« Chaque œuvre me demandait un mois de travail. Quand je finissais une pièce, je me sentais soulagé, car c’était un travail éprouvant », déclare Shanghai.

Le résultat est une tapisserie aux motifs riches et complexes.


Photo ci-dessus : Peinture de l’artiste Sin Many. Il a utilisé des couleurs primaires, dit-il, comme une réflexion sur les gens qui retournent à l’essentiel pendant la pandémie de COVID-19. Photo : Roman Koenig.

Sin Many: Exploration des textures et des couleurs

Sin Many s’est également tourné vers de nouvelles techniques pendant la pandémie. « Je voulais simplement explorer ce que je peux faire sur une toile, car je ne peins pas tellement : Dans les précédentes expositions auxquelles il avait participé, il s’agissait principalement de dessins.

« Pendant cette période du COVID, je n’ai pas pu voir ma famille, mon partenaire ou mes amis… J’étais en quelque sorte privé de contact avec les gens. C’est pourquoi l’idée de réaliser un travail de texture est née », confie M. Many.

Étant donné que toucher physiquement quelque chose dans un lieu public est devenu un problème à l’ère du coronavirus, M. Many a exploré la texture sur la toile, créant des œuvres qui peuvent réellement être touchées.

« La sensation de toucher les œuvres d’art : C’est pour soulager un peu de ce stress, vous savez », dit-il.

« Je laisse les gens toucher les peintures.... je veux juste qu’ils sentent qu’ils peuvent toucher quelque chose et qu’ils sachent que c’est une période pendant laquelle nous devons rester ensemble et que nous allons traverser cela ensemble. »

Originaire de la province de Battambang, Many a suivi des cours d’art à Battambang au sein de l’ONG Phare Ponleu Selpak, spécialisée dans la formation aux arts visuels et du spectacle. À l’université, il a obtenu un diplôme en finance et en banque, puis a travaillé dans des galeries d’art telles que l’ONG SaSa Bassac à Phnom Penh, en s’occupant de l’administration.

Pour créer les peintures de cette exposition, Many a utilisé des journaux mis au rebut qu’il a superposés sur du carton. Il a ensuite peint chaque œuvre avec de la peinture acrylique, puis a pressé la toile par-dessus pour créer des motifs. « Je voulais garder la sensation de texture, la grossièreté des couches », explique-t-il.

« Et pour cette exposition, j’ai exploré les couleurs pour découvrir celles qui m’attiraient », déclare Many.

« Donc au début, j’ai utilisé beaucoup de couleurs. Mais pour cette exposition, je me suis contenté de quelques-unes », ajoute-t-il.

Il a fini par utiliser le bleu, le rouge, le jaune, le noir et le blanc. « Les couleurs que j’ai utilisées sont des primaires, elles sont donc importantes pour que les autres couleurs existent, si cela a un sens », explique-t-il.

Cela reflète, selon M. Many, « le fait que j’aimerais m’accrocher… à certaines personnes qui sont importantes pour moi. » Car pendant cette pandémie, dit-il, « nous devons simplement continuer et nous accrocher à ce qui est important. »



Photo ci-dessus : Détail de la peinture intitulée « For The Night » de l’artiste KWN23. Photo : Roman Koenig.

SO Sothsovankong (KWN23) : Retrouver la nature

Les premiers mois de la pandémie ont été très difficiles pour KWN23, car les projets ont été annulés les uns après les autres.

« Je ne pouvais pas me débrouiller », déclare-t-il. « J’étais coincé chez moi et tout ce que je pouvais faire, c’était me retrouver seul et essayer de réaliser quelques œuvres d’art.. Mais mon niveau d’énergie était si bas que je n’y arrivais pas. Je suis donc retourné dans ma ville natale, dans la province de Banteay Meanchey, et j’ai passé du temps avec ma famille.

« J’ai pris toutes mes affaires, toutes mes fournitures, mes peintures, mes toiles, et puis j’ai peint dans ma ville natale », confie l’artiste.

« J’ai marché dans les champs, j’ai marché dans les villages et tout. Puis, comme je me sentais mieux, je suis revenu à Phnom Penh. »

KWN23 a étudié le génie civil à l’université et a également suivi des cours de graphisme à l’Université royale des beaux-arts de Phnom Penh.

« J’ai commencé à pratiquer mon art en tant que graffiteur, c’est-à-dire que j’ai travaillé sur… les murs et en public », a-t-il déclaré. « Je pense que je suis à moitié beaux-arts et à moitié street art ».

Pour cette exposition, il déclare : « J’ai utilisé tellement de médias. J’ai fait de la peinture acrylique, de la peinture à l’huile… J’ai pensé à la campagne où il se passe beaucoup de choses. J’ai pensé à l’énergie et à tout ce qui se rassemble dans les peintures. Et c’est le support que j’ai utilisé ».

De plus, ajoute-t-il, « parce que j’ai une expérience de l’art du graffiti… j’apporte en quelque sorte le travail de l’espace public et je le mets dans le studio, je le mets sur la toile. J’associe donc l’art de la rue et l’art des galeries. J’ai l’impression que c’est comme deux en un… ».

Le temps que KWN23 a passé à la campagne est particulièrement présent dans deux œuvres de cette exposition, a-t-il dit.

« Les vues quand je me promenais dans les champs et les villages au coucher du soleil, je les ai portées sur la toile, et j’ai aussi apporté des écritures, de la calligraphie et j’ai mis tout cela ensemble, je pense donc que cela véhiculait une sorte d’énergie, d’émotion »

KWN23 espère que les gens qui regarderont son œuvre ressentiront, dit-il, « quelque chose à travers leur propre expérience, à travers leur passé et leur avenir. »

Comme l’explique Sin Many, même si lui, Shanghai et KWN23 avaient déjà exposé en tant que collectif Homeless, cette fois-ci, les choses sont différentes.

« C’est en fait la première exposition où nous nous sommes en quelque sorte réunis… en tant que groupe », dit-il. « Nous sommes ensemble depuis 2018. Mais nous effectuons principalement notre propre travail séparément, en faisant ce que nous savons faire de mieux. »

« Pour cette exposition, nous avons eu beaucoup de temps pour réaliser les œuvres et aussi pour nous réunir. Nous avons donc suivi tout un processus, beaucoup de travail pour y parvenir. Donc oui, c’est quelque chose que… nous aimerions explorer en tant qu’équipe à l’avenir », conclut-il.

L’exposition à la galerie Sra'Art — https://www.sraartstudios.com/ -- se déroule jusqu’au 3 juillet 2021.

La galerie est située au 7 Eo, Samdach Sothearos Blvd (3) à Phnom Penh.

Michelle Vachon avec l'aimable autorisation de Cambodianess