Phnom Penh & Arts : 14 artistes au Centre Bophana pour promouvoir l’importance de la mémoire

Quatorze artistes d’horizons et de formes d’art divers se sont réunis pour la première fois afin de proposer une exposition collective intitulée « Memory », visible jusqu’au 29 au Centre Bophana.

Les visiteurs contemplent les nombreuses et diverses œuvres d’art de l’exposition collective Memory au Centre Bophana. Photo Hong Menea
Les visiteurs contemplent les nombreuses et diverses œuvres d’art de l’exposition collective Memory au Centre Bophana. Photo Hong Menea

Selon l’organisateur de l’exposition, Sou Kimsan, la raison qui l’a poussé à organiser une exposition collective de cette envergure était de promouvoir, de glorifier et de développer les arts et la culture du pays en mettant les artistes en contact les uns avec les autres afin qu’ils puissent partager leurs connaissances et nouer des amitiés.

Les quatorze artistes qui ont participé à l’exposition sont des peintres travaillant à l’huile et à l’aquarelle, des sculpteurs, des graveurs et même des installateurs.

« Nous avons choisi le thème de la mémoire pour notre première exposition parce que les œuvres exposées s’inspirent toutes des souvenirs et des expériences de chaque artiste dans son processus d’apprentissage et ses expériences. Nous espérons que ce thème nous permettra d’explorer et d’échanger entre les artistes et le public », explique M. Kimsan au Post.

M. Kimsan explique qu’au fil des siècles, le Cambodge a traversé de nombreuses époques, de la préhistoire au début de l’histoire écrite, vers le premier siècle de notre ère, en passant par le prospère empire d’Angkor. Au fil des siècles, la roue de l’histoire a connu un déclin progressif, jusqu’à ce que la noirceur du régime de Pol Pot amène la nation à son niveau le plus bas.

Il poursuit en disant qu’après la fin de la guerre, le Cambodge a dû lutter pour reconstruire son économie, ses infrastructures et ses relations internationales, mais qu’il a réussi à bien des égards.

Aujourd’hui, le peuple jouit de la stabilité et les choses s’améliorent, mais, dit-il, ce n’est qu’en faisant l’expérience de la richesse et de l’amertume de l’histoire que la prochaine génération pourra apprendre ce qu’elle doit ou ne doit pas faire pour construire le pays ensemble.

(En haut à gauche) Derrière le rideau noir de Phyra et Seila (en bas à gauche) Souvenir d’enfance et rêve flou. Photo fournie
(En haut à gauche) Derrière le rideau noir de Phyra et Seila (en bas à gauche) Souvenir d’enfance et rêve flou. Photo fournie

Les arts ont toujours joué un rôle important dans la civilisation cambodgienne et dans la vie des gens, comme en témoignent les œuvres monumentales des ancêtres qui subsistent encore aujourd’hui, souligne-t-il, s’appuyant sur les connaissances qu’il a acquises lors de ses études à l’Université royale des beaux-arts.

« Après des décennies de guerre civile, tous les secteurs de la société se sont progressivement redressés, mais pendant longtemps, les beaux-arts ont eu du mal à avancer. En tant qu’artistes et amateurs d’art, nous voulons faire tout ce que nous pouvons pour aider à développer les arts dans le pays », confie Kimsan.

La contribution de Kimsan à l’exposition est une peinture à l’huile intitulée L’esprit de la pierre vivante, qui représente des statues de temple. L’inspiration lui est venue lorsqu’il a visité Angkor Wat et qu’il a découvert l’étonnante architecture du lieu.

En même temps, il se dit attristé par le fait qu’une grande partie du patrimoine culturel cambodgien ait été emportée par les Français pendant la période coloniale ou pillée et vendue, même ces dernières années.

Voir d’anciens piédestaux qui élevaient autrefois de grandes œuvres d’art et qui ne sont plus qu’une paire de pieds où les voleurs ont cassé la statue pour l’emporter le remplit d’amertume, confie-t-il.

« Chaque sculpture a son âme parce que nos ancêtres les ont faites ainsi. Vous pouvez le voir sur leurs visages — ce sont des êtres immortels et chaque pièce d’entre eux est sacrée et nous devons faire tout ce qui est en notre pouvoir pour leur rendre leur place », dit-il.

Quatorze artistes se sont réunis pour la première fois afin de réaliser une exposition mémorable par son ampleur et son thème. Photographie fournie
Quatorze artistes se sont réunis pour la première fois afin de réaliser une exposition mémorable par son ampleur et son thème. Photographie fournie

Morn Phyra et Im seila, deux des 14 artistes de l’exposition, ont également confié ce que le thème de l’exposition signifiait pour eux.

Derrière le rideau noir est le titre de l’œuvre de Phyra, qui est un dessin d’une femme dansant en tenue traditionnelle, le regard triste, tandis qu’un instructeur se tient à proximité pour lui donner des cours, mais à l’arrière-plan de cette scène se trouve un tas de crânes.

Phyra, 30 ans, originaire de la province de Takeo, explique qu’il s’agit d’une œuvre d’art qui traite principalement de l’époque la plus sombre du Cambodge sous Pol Pot, lorsque les Khmers rouges ont tenté de détruire toute la culture cambodgienne et de ramener l’histoire à l’« Année zéro ».

« J’ai la ferme conviction que le régime des Khmers rouges a totalement perturbé les arts au Cambodge et chaque fois que vous voyez l’art au sein d’une culture décliner, vous pouvez vous attendre à ce que peu de choses parviennent à se relever, car l’art est au cœur du développement de tout pays. Perdez la culture et le pays disparaît. Un pays sans culture — ce n’est qu’un gros tas de terre », dit-elle.

Phyra est diplômée de l’Université royale des beaux-arts en 2016 et poursuit actuellement un master à l’Académie royale du Cambodge en beaux-arts. Elle se dit ravie d’avoir la chance de travailler avec tant d’autres artistes pour l’exposition.

« Cette exposition est vraiment une excellente initiative, car nous sommes en mesure de rassembler tant d’artistes, ce qui permet de créer une mémoire ainsi que de partager nos souvenirs liés aux arts. Des expositions comme celle-ci sont importantes pour la promotion des arts dans l’ensemble de la nation et sur la scène internationale », dit-elle.

Les artistes participant à l’exposition travaillent dans divers domaines, notamment la peinture à l’huile et l’aquarelle, la sculpture et les installations. Photo Hong Menea
Les artistes participant à l’exposition travaillent dans divers domaines, notamment la peinture à l’huile et l’aquarelle, la sculpture et les installations. Photo Hong Menea

Im Seila, autre artiste de l’exposition, présente deux tableaux. L’un s’intitule « Mémoire d’enfance » et l’autre : « Rêve flou ».

« Mémoire d’enfance » s’inspire de son passé d’enfant vivant à la campagne et des jeux auxquels ils s’adonnaient pendant le Nouvel An khmer et Pchum Ben. Il constate avec tristesse que beaucoup de ces jeux traditionnels semblent disparaître à cause de l’utilisation obsessionnelle de la technologie par les jeunes.

« Rêve flou » parle de sa mère, Seila, et de la façon dont les circonstances, l’histoire et le sexisme ont contrecarré nombre de ses objectifs dans la vie.

« Le rêve de ma mère a toujours été d’étudier, mais elle est née à une époque où ses parents ne lui permettaient pas de le faire — que ce soit un cours académique ou même un cours de danse. Et quand les Khmers rouges sont arrivés, ils ont anéanti toutes les possibilités d’étudier et l’ont éloignée de ses rêves.»

« Je sais qu’il existe d’innombrables Cambodgiennes de la génération de ma mère qui ont vécu les mêmes expériences et je voulais leur rendre hommage avec cette œuvre et dire que nous devons nous assurer que leurs filles ne subissent pas le même sort », explique Seila, qui travaille comme art-thérapeute pour les enfants dans un hôpital en marge de sa carrière artistique.

M. Kimsan ajoute qu’il est heureux d’avoir eu l’occasion de réunir tous ces artistes et de donner à certains jeunes artistes l’occasion de s’exprimer afin de les encourager à continuer à faire ce qu’ils aiment.

« J’espère que cela sera un rappel constant pour nous tous que nous pouvons échanger des idées et des perspectives en tant qu’artistes afin d’aider les choses à changer pour le mieux. Ce serait vraiment un accomplissement mémorable », dit-il.

Pour en savoir plus, rendez-vous sur Facebook : @bophanacenter.cambodia

Roth Sochieata avec notre partenaire The Phnom Penh Post

Merci pour votre envoi !

  • Instagram
  • Facebook Social Icône
  • Gazouillement
  • LinkedIn Social Icône