Opinion & Géopolitique : Regarder vers l’avenir, « le Royaume du Cambodge en 2022 et au-delà »

2020 et cette année ont été une période difficile pour le monde, l’économie mondiale et l’humanité. La pandémie de COVID-19 continue de causer des ravages dans tous les pays du monde, limitant les perspectives de développement socio-économique, de commerce et de collaboration internationale.

Phnom Penh. Photographie Christophe Gargiulo
Phnom Penh. Photographie Christophe Gargiulo

À l’heure actuelle, la plupart des pays se concentrent sur la lutte contre la propagation du virus et sur les plans et stratégies de relance économique après la pandémie.

Les pays développés tout comme les pays en développement gardent pour objectif commun de trouver un équilibre entre le maintien de la croissance économique et la sauvegarde de la vie et des moyens de subsistance des populations.

Toutefois, pour un petit pays en développement disposant de ressources techniques et financières limitées comme le Cambodge, le défi demeure plus compliqué. Ainsi, le Royaume a connu son pire ralentissement économique depuis le début des années 1990, avec une contraction de son économie de 3,1 % en 2020, selon la Banque mondiale. L’évaluation de la Banque asiatique de développement (BAD) indique également une contraction de 3,1 % en 2020. Une prévision récente de la BAD montre fort heureusement que l’économie du Cambodge devrait croître de 4 % en 2021 et de 5,5 % en 2022.

Le parcours du Cambodge en 2020 et au cours du premier semestre 2021, comme c’est le cas pour de nombreux autres pays, s’est concentré sur la maîtrise de la propagation du COVID-19. Bien que le pays ait obtenu un succès relatif dans le contrôle de la propagation virale tout au long de 2020, les choses ont radicalement changé depuis février 2021, date à laquelle la troisième transmission communautaire a été détectée. Depuis la mi-avril 2021, les nouveaux cas quotidiens sont au moins de quelques centaines, les nouveaux cas en juin et juillet 2021 étant en moyenne d’environ 800 cas par jour.

Lancement de la campagne de vaccination des moins de 18 ans
Lancement de la campagne de vaccination des moins de 18 ans (AKP)

Au 11 septembre 2021, le Cambodge a signalé environ 98 000 cas d’infection, avec un total de 2 019 décès. Même si environ 92 000 patients se sont rétablis, il y a eu environ 10 à 30 nouveaux décès quotidiens depuis juin 2021.

Dans le cadre des mesures prises par le gouvernement cambodgien pour enrayer le pic d’infections lié à la variante Delta, une souche de coronavirus plus contagieuse, un nouveau couvre-feu national de 21 heures à 3 heures du matin a été imposé pendant quelques semaines début août. Grâce au leadership et au soutien efficace de tous les partenaires clés, le Cambodge a vacciné 97,03 % des 10 millions d’adultes ciblés au 10 septembre 2021, et 9,3 millions de personnes ont reçu deux doses de vaccin COVID-19. Malgré cela, alors que le COVID-19 continue de faire des ravages au Cambodge et dans d’autres pays du monde, les efforts de redressement économique de la pandémie sont compromis.

Des progrès constants malgré la pandémie

Malgré la pandémie, le Cambodge continue de progresser dans certains secteurs clés. Dans le domaine économique, de bons signes sont apparus au milieu de la crise du COVID-19. Grâce à une initiative conjointe impliquant quatre ministères et deux institutions publiques, le gouvernement a lancé un système novateur d’enregistrement en ligne des entreprises afin d’accélérer le processus de déclaration qui peut être achevé en moins de 10 jours.

« En outre, de nouveaux projets d’investissement susceptibles de créer des emplois indispensables ont été approuvés au milieu de la pandémie, et cette tendance positive en matière d’investissement, notamment en provenance de Chine, devrait se poursuivre »

Le Cambodge a notamment signé un accord bilatéral de libre-échange avec la Chine en octobre 2020.

Il a également signé l’accord commercial de partenariat économique global régional (RCEP) en novembre 2020. Cet accord commercial, qui implique 15 pays, est le plus grand accord régional de libre-échange au monde. Il devrait améliorer les investissements directs étrangers, les marchés d’exportation, l’économie et le produit intérieur brut (PIB) du Cambodge. En outre, le Cambodge a également négocié des accords bilatéraux avec d’autres partenaires clés tels que la Corée du Sud, le Royaume-Uni, les États-Unis, le Japon, l’Union économique eurasienne et l’Inde.

Dans le secteur de l’éducation, de nombreux progrès ont été réalisés et plusieurs initiatives clés sont en cours de mise en œuvre. Notamment, le ministère de l’Éducation, de la Jeunesse et des Sports (MoEYS) met en œuvre un projet financé par la Banque mondiale à hauteur de 92,5 millions de dollars pour améliorer la qualité de l’enseignement et de la recherche dans le domaine des sciences, de la technologie, de l’ingénierie et des mathématiques (STEM) et de l’agriculture.

Apprentissage en ligne
Apprentissage en ligne

Ce projet, appelé Higher Éducation Improvement Project (HEIP), est d’une durée de six ans et devrait s’achever en 2024. Le HEIP succède au précédent projet quinquennal d’amélioration de la qualité et des capacités de l’enseignement supérieur, cofinancé par la Banque mondiale et le gouvernement cambodgien. Il reste donc à voir comment le HEIP améliorera l’enseignement et la recherche en matière de STIM dans certaines universités publiques cambodgiennes telles que l’Université royale de Phnom Penh, la plus ancienne université du pays.

De même, divers projets en cours sont mis en œuvre pour améliorer la qualité de l’enseignement, renforcer les capacités des enseignants et améliorer les compétences de gestion des administrateurs et des directeurs d’école. Bien que la pandémie ait fortement perturbé le système éducatif et posé des défis sans précédent, notamment des risques de faillite pour de nombreuses écoles et universités privées, le ministère de l’Éducation, avec le soutien de différents acteurs du secteur, a pris des mesures pour offrir des possibilités d’apprentissage aux étudiants en diffusant des leçons vidéo par le biais des télévisions, de Facebook, de Telegram, de YouTube et de sites web.

Plus important encore, dans le contexte de la crise du COVID-19, le ministère de l’Éducation a créé un nouveau centre, appelé Centre d’apprentissage numérique et à distance, afin de promouvoir l’éducation numérique et d’améliorer les connaissances et l’alphabétisation numériques des étudiants et des enseignants. Ainsi, dans un sens, on peut considérer que la crise COVID-19 constitue une lueur d’espoir pour le système éducatif cambodgien, car elle a poussé à la transformation numérique de l’éducation dans le pays.

Phnom Penh. Photographie Christophe Gargiulo
Phnom Penh. Photographie Christophe Gargiulo

Dans le domaine des affaires étrangères, l’année à venir présentera à la fois des opportunités et des défis, puisque le Cambodge assumera la présidence de l’ASEAN pour la troisième fois. Les opportunités résident dans la capacité du Cambodge à amener la communauté à relever les défis régionaux, notamment en ce qui concerne la conclusion du code de conduite très attendu pour régler les différends en mer de Chine méridionale et la mise en œuvre du consensus en cinq points sur la crise du Myanmar. Si ces objectifs peuvent être atteints, l’image internationale du Cambodge s’en trouvera grandement améliorée.

Les défis à relever sont toutefois considérables. En 2022, le Royaume sera probablement confronté à un dilemme bien connu dans la gestion de ses relations avec la Chine, les États membres de l’ASEAN et les grandes puissances telles que les États-Unis.

La politique étrangère du Cambodge — motivée par le pragmatisme économique, la paix, la stabilité et la politique intérieure — continuera à poser de sérieux problèmes. Plus précisément, l’adhésion du Cambodge à la Chine et aux initiatives de développement menées par celle-ci, notamment l’initiative « Belt and Road », le placera au centre de la rivalité géopolitique entre la Chine et les États-Unis. Cela constitue une situation préoccupante, car le Cambodge a toujours été victime des rivalités géopolitiques et idéologiques entre les grandes puissances. En outre, avec la concurrence permanente entre une Chine en pleine ascension et des États-Unis apparemment en déclin, l’avenir du Cambodge sera parsemé de défis stratégiques et géopolitiques en raison de son alignement étroit sur son grand ami.

Samdech Techo Hun Sèn, Premier ministre du Royaume du Cambodge, et Xi Jinping, au Palais de la Paix, à Phnom Penh
S.E. Hun Sen, Premier ministre du Royaume du Cambodge et Xi Jinping, au Palais de la Paix, à Phnom Penh

Perspectives

Dans le contexte des tensions géopolitiques croissantes, de la pandémie COVID-19 en cours et de la quatrième révolution industrielle, le Cambodge doit clairement faire face à de nombreux enjeux qui l’attendent. Pour garantir sa pertinence et sa compétitivité dans l’économie de la connaissance, une attention accrue doit être accordée au système éducatif. Il est crucial d’assurer l’efficacité de la mise en œuvre de diverses politiques éducatives, telles que la politique et la stratégie sur les technologies de l’information et de la communication dans l’éducation, le plan directeur pour le développement de la recherche dans le secteur de l’éducation, le plan stratégique pour l’éducation 2019-2023, la feuille de route Éducation 2030 du Cambodge et la politique sur « l’enseignement supérieur Vision 2030 ».

« Ce n’est que lorsque le système éducatif cambodgien pourra produire des diplômés hautement qualifiés et compétents que le Royaume pourra avancer avec confiance et réaliser de réels progrès vers le développement durable »

Pour atteindre la durabilité dans le plus grand nombre de domaines possible, il est essentiel que le gouvernement cambodgien et toutes les parties prenantes accordent une plus grande attention aux jeunes, qui représentent environ deux tiers des 16 millions d’habitants du Cambodge. Ces jeunes constituent l’avenir de la nation. Ils méritent davantage d’opportunités et de soutien pour réaliser leur potentiel et se transformer en ressources humaines de haute qualité qui peuvent rehausser le profil du Cambodge sur la scène régionale et internationale.

En outre, le développement durable dépend également de la manière dont le Cambodge mènera ses relations extérieures. L’histoire a montré qu’une politique étrangère déséquilibrée mettait le Cambodge en danger. À l’heure actuelle, le Cambodge est souvent considéré comme un État client de la Chine en raison de ses liens étroits avec celle-ci. Cette perception se révèle périlleuse et doit être sérieusement prise en compte par les dirigeants cambodgiens.

« Outre la nécessité de relever les défis et les problèmes intérieurs, le Cambodge doit adopter une politique étrangère plus équilibrée, plus avisée et plus souple pour éviter d’être pris au piège de la rivalité croissante entre les États-Unis et la Chine »

Le Cambodge a parcouru un très long chemin, passant d’un pays déchiré par la guerre avec un PIB par habitant d’environ 250 dollars en 1993 à un pays à revenu intermédiaire de la tranche inférieure avec un PIB par habitant d’environ 1 600 dollars en 2019. En termes économiques, il s’agit d’une réalisation impressionnante qui doit être applaudie. En termes de paix et de stabilité politique, le Cambodge peut susciter l’envie de nombreux pays. Cependant, pour assurer un développement durable et un avenir prospère, le Royaume doit accélérer les réformes existantes et en engager de nouvelles pour réduire la corruption, renforcer la transparence et la responsabilité dans le secteur public, améliorer le système éducatif, favoriser une culture de recherche saine, promouvoir l’indépendance judiciaire et la justice sociale, et surtout accroître les compétences numériques et innovantes de ses citoyens.

À l’avenir, la participation active et authentique de toutes les parties prenantes — le gouvernement, le secteur privé et les Cambodgiens à titre individuel, ainsi que le soutien des organisations non gouvernementales et des partenaires de développement — est nécessaire pour faire progresser le Cambodge vers la prospérité, la croissance inclusive et le développement durable.

Heng Kimkong

Heng Kimkong est chercheur principal invité au Cambodia Development Center. Boursier australien, IL poursuit un doctorat à l’école d’éducation de l’université du Queensland. Il est cofondateur et rédacteur en chef du Cambodian Éducation Forum.

Cet article a été initialement publié par le Cambodia Development Center le 11 septembre 2021.

Avec l’aimable autorisation de Cambodianess

Posts récents

Voir tout