top of page
Ancre 1

Nature : Les espèces de requins , dangereuses ou non, présentes dans les eaux cambodgiennes

Le requin fait actuellement beaucoup parler de lui dans de nombreux pays, y compris dans les régions où on ne le trouve que très rarement proche des côtes, comme la méditerranée. Si très peu d’accidents liés aux requins ont été observés au Cambodge, il existe néanmoins plusieurs espèces de ce prédateur présentes dans les eaux du Royaume.

Requin à pointe noire ou requin de récif, peu dangereux mais éviter  de le « titiller »
Requin à pointe noire, peu dangereux mais éviter de le « titiller ». Illustration Flickr

Du poisson-chat géant du Mékong au crocodile en passant par les raies d’eau douce aux tailles gigantesques, le Cambodge regorge de créatures marines extraordinaires à découvrir. Mais qu’en est-il des requins ? Font-ils aussi partie de l’écosystème aquatique du Royaume ?

Le timide

Tout d’abord, on y trouve le requin à pointe noire. Cette espèce de relative petite taille se trouve dans la plupart des eaux tropicales et subtropicales du monde et vit à de faibles profondeurs. Il est rarement observé, mais est bel et bien présent dans les eaux cambodgiennes.

Le requins à pointe noire est connu pour être plutôt timide en présence de l’homme. Cependant, il peut mordre par erreur dans une eau trouble ou, plus intentionnellement, s’il se sent menacés dans son territoire.

Le requin à pointes noires peut être décrits comme très peu dangereux la plupart du temps. Il serait donc injuste de classer l’espèce dans la catégorie « danger de mort ».

La meilleure façon d’éviter les problèmes avec ce type de requin est de le laisser tranquille. C'est une créature timide qui préfère rester à l’écart des humains si elle le peut. Le fait de provoquer ce requin peu l’exciter, car il prendra peur et tentera probablement de fuir ou de se défendre. Il m'est arrivé de plonger en duo avec un furieux qui s'amusait à les chasser avec sa flèche de fusil, pas vraiment une idée géniale d'autant que, fuyant au départ, le requin est devenu ensuite beaucoup plus agressif lorsque mon « collègue » tentait de l'acculer contre un récif.

Au nord de Naked Island, dans l'archipel de Koh Prins, à l'extrémité nord-ouest de l'île, les requins de récif à pointe noire sont souvent aperçus - d'ou le nom de l'endroit : Shark Point. Les requins-baleines y sont également présents, normalement en décembre et de nouveau en mai.

Le tueur

La deuxième espèce présente dans les eaux cambodgiennes est le requin-taureau, que l’on trouve également dans les eaux tropicales et subtropicales du monde entier. Ce requin préfère vivre près des côtes et se nourrit de diverses proies. C’est une espèce que l’on trouve dans les eaux chaudes et peu profondes le long des côtes et des rivières. Il peut vivre aussi bien en eau salée qu’en eau douce. La raison pour laquelle cette créature est « célèbre » dans le monde entier tient à sa nature de super prédateur.

Le requin-taureau est conçu comme une véritable machine à tuer. Il peut peser jusqu’à 250 kilos et atteindre 3,5 mètres de longueur. Ses dents en forme d’aiguille sont d’un blanc brillant et de forme triangulaire. Elles peuvent facilement retenir une proie glissante et même ouvrir des coquillages.

Ce prédateur du sommet de la chaîne alimentaire a un régime très varié et n’est pas difficile. Il se nourrit de poissons, de mammifères marins, d’oiseaux et de tortues. Il arrive également que des requins taureaux se retournent contre leurs congénères. Bien que de tels incidents soient rares, cela montre à quel point le requin-taureau est un chasseur et un prédateur.

En raison de ses tendances agressives, le requin taureau est souvent considéré comme le requin le plus dangereux pour l’homme. La plupart des attaques dans le monde sont liées à trois espèces de requins : le grand blanc, le requin-tigre et le requin-taureau. Ces trois espèces ont la réputation d’attaquer les humains sans être provoquées. Le taureau est une espèce particulière qui peut prospérer dans des habitats d’eau douce et d’eau salée, ce qui signifie qu’il est plus proche de l’homme que les deux autres espèces mentionnées.

Requin taureau. Illustration Flickr
Requin-taureau. Illustration Flickr

Le requin-taureau est dangereux pour l’homme. Le fait qu’il ne soit pas seulement agressif, mais qu’il puisse venir près des plages montre à quel point ce requin peut constituer une menace. Cependant, il n’a pas d’appétit pour la viande humaine et il se désengage généralement lorsqu’il découvre qu’il a attaqué un être humain.

S’il n’existe pas de cas répertorié d’attaque de requin-taureau sur les côtes cambodgiennes, il est utile de savoir que la plupart des espèces de requins, y compris celle-ci, chassent la nuit. Donc, par extrême précaution, les baignades nocturnes ne sont pas très recommandées… Aussi, même si le sang n’est pas le principal facteur déclenchant, il vaut mieux jouer la carte de la sécurité. Ainsi, si vous avez une plaie qui saigne ou si vous vous blessez dans l’eau, il est préférable de sortir immédiatement pour éviter tout incident.

Enfin, les requins qui s’attaquent à l’homme sont connus pour cibler les solitaires. Ils attaquent très rarement des groupes d’individus, un solitaire est une cible plus facile pour le requin donc, il est préférable d’éviter de nager seul.

Le social

Enfin, une autre espèce de requin présente au Cambodge est le requin de récif à pointe blanche. Cette espèce est présente dans toute la région indo-pacifique. On la trouve presque exclusivement dans les habitats des récifs coralliens, le long des récifs de corail. On peut parfois l’apercevoir près des étendues sablonneuses, dans les lagons ou près des tombants profonds.

Requin de récif à pointe blanche. Illustration Flickr
Requin de récif à pointe blanche. Illustration Flickr

Sa profondeur préférée est de 8 à 40 mètres, ce qui en fait un nageur peu profond. Comme il s’agit d’une espèce lente par rapport à ses congénères, il préfère chasser la nuit lorsque la plupart des animaux marins sont endormis. Il aime les crustacés, les poulpes, les homards et les crabes.

Le requin à pointe blanche est un poisson très social. Il se pose souvent à même le fond en grands groupes. Il ne s’agit généralement pas d’une espèce territoriale, bien qu’il passe souvent plusieurs mois dans la même zone.

La menace qu’ils représentent pour l’homme est minime. Il s’agit d’une espèce relativement inoffensive, mais qui peut effrayer les nageurs et les plongeurs. Il s’approche souvent par curiosité, mais attaque très rarement. La plupart des morsures sont le fait de pêcheurs qui se font mordre lorsque le requin s’en prend à leur appât, parfois attaché directement à la ceinture (peu recommandé) ou dans un sac flottant près du corps.

La population de requins de récifs à pointe blanche a largement diminué au fil des années. En raison de leur faible taux de reproduction, de leur maturité tardive et de leur habitat limité, toute intervention humaine a des effets importants. Ainsi, la pêche au requin de récif à pointe blanche, même limitée, a suffi à réduire la population et à classer cette espèce dans la catégorie « quasi menacé » selon l’Union internationale pour la conservation de la nature (UICN).

D’autres espèces

Ces trois espèces représentent les requins les plus « courants » dans les eaux cambodgiennes, mais d’autres peuvent également y être (parfois) observées. Le requin-marteau, par exemple, est rarement vu dans les eaux cambodgiennes, mais des observations ont été rapportées dans certaines zones.

Le requin-marteau
Le requin-marteau. Illustration Flickr

Le requin-baleine est également aperçu occasionnellement près de la côte, bien qu’il soit plus commun dans les eaux plus profondes.

Complètement inoffensif

Le requin-baleine est de grande taille, mais est totalement inoffensif pour l’homme. C’est un animal qui se nourrit de plancton, comme le krill et les œufs de poisson, de petits organismes comme les petits calmars ou les poissons, et de phytoplancton, les algues et d’autres plantes marines.

Le requin-baleine est surtout présent dans l’océan Atlantique et le golfe du Mexique et attire de nombreux touristes, en particulier les plongeurs sous-marins. Il peut atteindre 18 mètres de long, peser jusqu’à 45,5 tonnes et avoir une durée de vie d’environ 70 ans. Cependant, la plupart d’entre eux pèsent environ 10 à 15 tonnes et mesurent en moyenne 10 à 12 mètres de long.

Requin-baleine. Illustration Flickr
Requin-baleine. Illustration Flickr

L’apparition de trois requins-baleines dans les eaux entourant les îles de Koh Rong et Koh Rong Samloem en 2019 avait suscité de nombreux espoirs. Quelques clubs de plongée proposent des sorties dans la région de Khoh Rong Island et de l'archipel de Koh Prin ; et des requins-baleines sont effectivement présents, généralement en décembre et en mai.

L’élégant

Le requin-léopard est une espèce de requin relativement rare que l’on trouve aussi au Cambodge. Il évolue généralement dans des eaux peu profondes et préfère se nourrir de petits poissons, de crabes et d’invertébrés.

Le requin-léopard se distingue des autres espèces par son motif tacheté distinctif. Il peut atteindre trois mètres de long et peser jusqu’à 100 kilos. Malgré sa grande taille, le requin-léopard est généralement considéré comme inoffensif. Bien qu’il soit un prédateur, son régime alimentaire se composant principalement de petits poissons et d’invertébrés, il n’est pas considéré comme une menace pour l’homme. Il m'est arrivé d'en rencontrer un de petite taille collé au fond dans une profondeur de cinq mètres, et il n'a montré aucune agressivité, se contentant de s'éloigner lentement après quelques secondes d'observation.

Requin léopard. Illustration Flickr
Requin léopard. Illustration Flickr

Bien que le requin-léopard soit rarement observé, il reste une espèce importante pour l’écosystème marin. C’est un prédateur du sommet de la chaîne et il joue un rôle essentiel dans le maintien de l’équilibre de l’environnement marin.

Il est important de rappeler que, malgré sa relative rareté, le requin-léopard doit être protégé et respecté. La présence de requins-léopards dans les eaux cambodgiennes rappelle la richesse de la biodiversité de la région et la nécessité de la protéger. Les nageurs et les plongeurs doivent redoubler de prudence et respecter les requins et les autres créatures marines dans leur habitat naturel.

Observations

Malgré la réputation du Cambodge en tant que destination balnéaire, très peu d’observations de requins ou de leurs cousins, les raies, ont été signalées dans les zones côtières. La plupart des rapports mentionnent des signalements très loin au large, et même dans ce cas, certains ont été considérés comme des erreurs d’identification.

Cela ne veut pas dire que les requins n’existent pas dans la région, mais, ils sont difficiles à repérer et les rencontres avec les humains - en dehors des expédtions de clubs de plongée - demeurent très rares.

Il est probable que la surpêche - qui a du s’intensifier encore durant la crise sanitaire et la perte d’habitat liée au développement côtier - a largement contribué à clairsemer les populations de requins dans la région. Cela suggère que la baignade dans les eaux côtières du Cambodge est plutôt sûre pour les touristes, mais il est toujours conseillé de faire preuve de prudence.

Selon certaines informations, quelques zones ont connu une augmentation du nombre de requins au cours des dernières années. En fait, selon une étude réalisée en 2013-2014, on estime qu’il y avait entre 70 et 90 requins rien que dans la région de Koh Rong. Toutefois, il n’existe pas de recensement ultérieur ni de cas d’observations après ces dates.

Attaques et rencontres au Cambodge

La première attaque de requin officiellement recensée a eu lieu en 2000, lorsqu’une jeune fille de 17 ans a été attaquée alors qu’elle plongeait à Sihanoukville. En 2012, un surfeur a été blessé par un requin-taureau près de la plage de Ream. Aucun autre incident n’a été enregistré depuis.

Plusieurs rapports locaux font état de rencontres avec des requins au fil des années. Par exemple, en 2009 et 2010, des appâts auraient été arrachés des lignes de pêche et des bateaux heurtés par des requins près de la province de Kampot.

En 2017, des pêcheurs locaux racontaient avoir vu quelques requins autour de l’île de Koh Phich, au large de la côte de Sihanoukville. Bien qu’aucun de ces incidents n’ait entraîné d’attaque ou de blessure, ils rappellent néanmoins que les requins peuvent être présents dans les eaux cambodgiennes.

Le Cambodge ne dispose pas d’une base de données complète sur les observations de requins, il est donc impossible de se faire une idée précise de la fréquence et du lieu des observations.

Ainsi, même si les eaux cambodgiennes ont connu leur petit lot d’observations de requins, il est probable que s’ils évoluent ici, c’est en petit nombre et qu’il s’agit probablement des espèces les plus inoffensives. Ne laissez donc pas le mythe du mangeur d'hommes vous empêcher de profiter des belles plages et des eaux chaudes qui font de la région une destination touristique de choix.

Comments

Rated 0 out of 5 stars.
No ratings yet

Add a rating

Merci pour votre envoi !

  • Instagram
  • Facebook Social Icône
  • Gazouillement
  • LinkedIn Social Icône
bottom of page