Nature : Les défenseurs de l'environnement appellent à l'application de la loi contre le braconnage

Les défenseurs de la nature ont appelé hier à une action immédiate pour mettre fin au colletage qui menace de plus en plus la vie sauvage du Cambodge.

Mort d'un éléphanteau pris dans un collet en 2015. Photo PPP
Mort d'un éléphanteau pris dans un collet en 2015. Photo PPP

Le secrétaire d’État et porte-parole du ministère de l’Environnement, Neth Pheaktra, a appelé toute la population à cesser de consommer de la viande sauvage et tout autre produit issu de la faune sauvage :

« Nous demandons instamment à tous les Cambodgiens de dire non à la viande sauvage et de participer à la conservation des ressources naturelles du pays ».

La déclaration a été publiée après que le ministère de l’Environnement et ses partenaires aient organisé une campagne « zéro collet » dans la province de Preah Vihear. Il s’agit de la troisième campagne d’une série de huit, la première ayant eu lieu à Phnom Penh en mars dernier et la seconde dans la province de Stung Treng en avril dernier.

« La crise du colletage au Cambodge ne peut être enrayée qu’avec la participation de la population. Cette campagne est un moyen efficace de faire comprendre qu’il est urgent d’arrêter de consommer des produits de la faune sauvage avant qu’il ne soit trop tard », a déclaré Ken Sereyrotha, directeur du programme national de la Wildlife Conservation Society (WCS) au Cambodge.

« Nous demandons instamment à chacun de répondre à cet appel, qu’il s’agisse de ceux qui créent la demande en consommant des produits issus de la faune sauvage ou de ceux qui font le commerce de cette viande ».

En 2021, 61 611 collets ont été retirés de 72 zones protégées et corridors de biodiversité à travers le Cambodge
En 2021, 61 611 collets ont été retirés de 72 zones protégées et corridors de biodiversité à travers le Cambodge

« La clé du succès de cette campagne est que les gens doivent reconnaître qu’en achetant et en mangeant de la viande de brousse, ils alimentent ce marché, détruisent donc nos forêts et mettent leur santé en danger par des maladies », a déclaré Jackson Frechette de Conversation International (CI).

Selon le ministère de l’Environnement, en 2021, 61 611 collets ont été retirés de 72 zones protégées et corridors de biodiversité à travers le Cambodge. En moyenne, un total de plus de 40 000 collets sont retirés chaque année.

Difficultés

Le militant écologiste Kreung Tola, également coordinateur du Réseau des populations autochtones de la province du Mondolkiri, déclare qu’il existe désormais de nombreuses exploitations d’élevage d’espèces animales exotiques. Ces fermes posent des problèmes aux responsables de l’environnement qui tentent d’attraper les braconniers, car les commerçants prétendent souvent que la viande sauvage qu’ils vendent a été achetée dans une ferme.

« Lorsque nous voyons des villageois qui vendent la viande d’une espèce sauvage, nous leur demandons où elles l’ont obtenue. Ils répondent généralement qu’elle a été achetée dans une ferme. Il existe ainsi des fermes qui élèvent des cochons sauvages, des chevreuils, des singes et même des porcs-épics, entre autres. Quand il y a autant de fermes, il est difficile de prouver que les animaux ont été braconnés dans une zone protégée », explique Tola.

Il ajoute que des collets et des pièges sont toujours posés dans la forêt par les habitants, bien que des indigènes vietnamiens posent également des pièges dans le Mondolkiri et dans d’autres provinces frontalières du Vietnam.

Muntjac tué par un piège. Photo PPP
Muntjac tué par un piège. Photo PPP

Nong Deng, chef de la forêt communautaire dans le district de Chheb de la province de Preah Vihear, affirme lui aussi qu’il y a encore de nombreux cas de gens dans sa communauté qui posent des collets pour attraper des animaux sauvages pour leur usage quotidien.

Merci pour votre envoi !

  • Instagram
  • Facebook Social Icône
  • Gazouillement
  • LinkedIn Social Icône