Nature & Environnement : Alerte ! Le temps presse pour sauver les derniers dauphins transfrontaliers

La population isolée de dauphins de l’Irrawaddy (Orcaella brevirostris) résidant dans le bassin transfrontalier Chheu Teal du Mékong, à la frontière entre le Laos et le Cambodge, est sur le point de totalement disparaître.

Alerte ! Le temps presse pour sauver les derniers dauphins transfrontaliers

La population de dauphins du Mékong figure depuis bien longtemps sur la liste rouge de l’UICN des espèces en danger critique d’extinction. Son habitat primaire se limite désormais aux eaux situées entre Kratie, au Cambodge, et la frontière en aval des chutes de Khone, au Laos. Une étude réalisée en 2020 a permis d’estimer à seulement 89 le nombre d’individus, sans compter les baleineaux récemment nés, encore présents sur un tronçon de 180 km de la rivière. Cependant, le nombre d’individus dans le bassin transfrontalier a chuté en raison des changements survenus dans le Mékong en amont, de la faible application des lois transfrontalières et des décès dus à l’âge. La population a été considérée comme « fonctionnellement éteinte » en 2016 [1].

« La population transfrontalière très réduite de dauphins, dont on pense qu’elle a été isolée pendant un certain temps des groupes plus importants en aval à Kratie et Stung Treng, est essentiellement perdue », déclare le Dr Randall Reeves, président du groupe de spécialistes des cétacés de la Commission de la survie des espèces de l’Union internationale pour la conservation de la nature.

En 2007, des enquêtes de photo-identification, menées par l’administration des pêches du gouvernement royal du Cambodge et le WWF, ont permis de recenser huit dauphins adultes dans ce bassin transfrontalier.

Des relevés périodiques de photo-identification ont indiqué que ce nombre était tombé à sept en 2009, six en 2012, trois en 2018 et maintenant un seul, avec un code d’identité individuel ID#35, restant en 2021.

« La lente disparition de la population de dauphins transfrontaliers constitue un signal d’alarme pour l’avenir de l’une des espèces les plus menacées au monde. Actuellement, bien qu’il ne reste plus qu’un seul dauphin dans le bassin transfrontalier, l’administration des pêches va encore renforcer sa protection et consolider notre coopération avec le Laos dans la gestion de cette précieuse ressource halieutique », annonce Son Excellence Poum Sotha, délégué du gouvernement royal en charge du directeur général de l’administration des pêches.

Il ajoute que les dauphins sont entièrement protégés par la loi cambodgienne sur la pêche et le sous-décret sur la gestion et la protection des dauphins du Mékong.

Ces dauphins sont confrontés à des menaces croissantes depuis des décennies. Les principales causes connues du déclin de la population transfrontalière sont la noyade dans les filets à mailles, les perturbations du débit du fleuve dues aux barrages en amont, la surpêche et l’utilisation de pratiques de capture nuisibles telles que la pêche électrique. Ces facteurs menacent la survie de tous les dauphins du fleuve.

En 2020 et au premier semestre 2021, les patrouilles fluviales couvrant l’habitat des dauphins, dans les provinces de Kratie et de Stung Treng, ont retiré près de 112 000 mètres de filets maillant et plus de 131 000 mètres d’hameçons illégaux. Les patrouilles ont également mis fin à 20 cas de pêche électrique.

« Nous exhortons les autorités du Laos et du Cambodge à collaborer étroitement pour cogérer les pêcheries transfrontalières au profit des communautés locales des deux pays et contribuer à assurer la survie des derniers dauphins du Mékong », déclare Son Excellence Poum Sotha.

« Nous assistons à la perte tragique de la population transfrontalière de cette espèce emblématique. C’est vraiment dévastateur », précise Dr Uzma Khan, coordinatrice pour l’Asie de l’initiative « River Dolphin Rivers », WWF, et membre du groupe de spécialistes des cétacés de l’UICN-SSC.

« Nous demandons aux gouvernements du Laos et du Cambodge de se donner la main, de prendre conscience de la quasi-disparition de la population de dauphins transfrontalière, de mettre fin à l’utilisation des filets maillant et aux autres méthodes de pêche illégales dans et autour du bassin transfrontalier et d’élaborer de toute urgence un plan de restauration des habitats en maintenant les flux pour les dauphins et les espèces de méga poissons », insiste-t-elle.

L’exploitation des barrages sur le Mékong a eu de graves répercussions sur toute la longueur du fleuve. Les projets de construction de barrages sur le cours principal du Mékong menacent encore davantage la survie des derniers dauphins et des autres mégafaunes aquatiques.

« Toutes les activités de développement, en particulier la construction de barrages, devraient inclure des études complètes sur les impacts et les conséquences environnementales et sociales pour la prise de décision », explique Son Excellence Poum Sotha.

« Je remercie le gouvernement royal du Cambodge pour sa décision de moratoire sur la construction de barrages le long du Mékong, comme le barrage de Sambo dans la province de Kratie », ajoute-t-il.

« Les dauphins du Mékong sont considérés comme des animaux sacrés par le peuple cambodgien. Ils soutiennent nos moyens de subsistance, en fournissant une importante source de revenus et d’emplois aux communautés impliquées dans le tourisme d’observation des dauphins »,déclare M. Kung Chanthy, chef du réseau de pêche communautaire dans le district de Borei O’Svay Sen Chey, province de Stung Treng, au Cambodge.

« Le peuple cambodgien croit que là où il y a des dauphins, il y a des poissons. Sans poissons et sans dauphins, nos moyens de subsistance seront détruits », conclut-il.

Son Excellence Poum Sotha et M. Seng Teak, directeur national du WWF-Cambodge, ont convenu que l’administration des pêches et le WWF installeraient une statue commémorative de dauphin dans le bassin de Chheu Teal pour rappeler au public et aux générations futures l’existence de ce dernier dauphin qui a jadis vécu dans ces eaux.

[1] https://wwf.panda.org/wwf_news/?282570/Irrawaddy-dolphins-functionally-extinct-in-Laos-WWF

Source WWF & Administration des pêches — Cambodge

Merci pour votre envoi !

  • Instagram
  • Facebook Social Icône
  • Gazouillement