Musée national du Cambodge : Le trio de Phnom Da, un artisanat exceptionnel des siècles pré-Angkor

La collection pré-Angkor (VIe-VIIIe siècle) du Musée national de Phnom Penh est tout simplement remarquable. Parmi les pièces exposées, se dressent littéralement trois œuvres d’art spectaculaires provenant toutes du même endroit, Phnom Da, une petite colline proche de la ville d’Angkor Borei dans la province de Takeo, à 80 km au sud de Phnom Penh.

Vishnu
Vishnu

Phnom Da était un centre de l’important État Funan qui a précédé Angkor et qui a produit une série de sculptures qui figurent parmi les plus anciennes du musée, bien que leurs dates soient discutées par les spécialistes. Initialement considérées comme datant du début du VIe siècle, des théories plus récentes les situent entre le début et le milieu du VIIe siècle. C’est aux experts de décider de leur âge, ce qui est évident, c’est que le travail de ces trois statues — Vishnu, Rama et Balarama — est exceptionnel.

Toutes trois ont été trouvées par Henri Mauger lors de fouilles sur le site de Phnom Da au début de l’année 1936. Mauger, qui entretenait des relations tumultueuses avec ses employeurs de l’École française d’Extrême-Orient, a entrepris la restauration du Phnom Da en 1935 et 1936. Les trois statues ont été déplacées à Phnom Penh, rénovées et exposées. Elles sont taillées dans un grès dur et dense, et non dans du schiste comme on le pensait initialement, et très différent du grès utilisé au cours des siècles suivants. L’identification initiale par Mauger de la statue gigantesque à huit bras comme étant Shiva a ensuite été contestée par d’autres experts qui ont avancé l’argument qu’elle représentait Vishnu, et cela est depuis resté l’opinion dominante.

 Balarama
Balarama

Les trois personnages ne forment pas une triade, bien que le traitement de leurs visages, mains et torses suggère fortement que ce sont les mêmes artistes qui les ont sculptés tous les trois, et leur statut d’avatars leur confère un lien avec Vishnu. Rama, identifié par son arc, est un héros des contes de l’épopée hindoue Ramayana et du Khmer Reamker ; et Balarama, qui porte une charrue, apparaît dans le Mahabharata. Si les sculptures révèlent des influences stylistiques indiennes traditionnelles, les artistes khmers ont décidé, pour la première fois, de les sculpter comme des images autoportantes, soutenues par une arche ou des jambes de force. À leur arrivée au musée en 1936, une première restauration a été effectuée, mais entre 2000 et 2007, l’équipe de conservation de la pierre du musée a entrepris une reconstruction majeure pour offrir les sculptures que vous voyez aujourd’hui. Au moment de leur découverte, les trois statues étaient en fragments et ce n’est qu’en 1990 que le pied gauche de Vishnu a été identifié.

Rama
Rama

Le Vishnu à huit bras, qui mesure trois mètres de haut, avec sa mitre cylindrique imposante, représente l’apparition cosmique du dieu en tant que chef universel, ou chakravartin. L’une des plus anciennes et des plus magnifiques sculptures khmères, elle illustre la nouvelle pratique consistant à conserver un arc du bloc de pierre original pour soutenir la tête, les bras et les attributs tenus dans les mains. Certains de ces attributs (flamme, peau de cerf, gourde) ne sont pas habituellement portés par Vishnou, ce qui a créé une division entre les experts dans son identification. Le style Phnom Da, le plus ancien style brahmanique de l’art khmer, se caractérise par des divinités au visage ovale, au nez aquilin, à la bouche délicatement modelée et à l’élégante arcade sourcilière continue. Le modelage naturaliste du torse et le rendu délicat de l’étoffe drapée sont également caractéristiques.


Ce Vishnu porte son propre nom, Hari-Kambujendra, d’après une inscription ultérieure trouvée au temple. Ses attributs de haut en bas, à droite : des flammes de feu, une masse courte, la peau d’une antilope, une masse longue, et à gauche : un objet inconnu, une épée, un vajra (éclair) et un vase. Rama, avec un léger déhanchement vers la gauche et portant un arc dans sa main gauche, mesure plus d’un mètre quatre-vingts. Balarama, le frère de Krishna, avec son arme de prédilection, une charrue, mesure également 1,80 mètre.

Du 14 novembre à la fin janvier 2022, une exposition très attendue des huit dieux de Phnom Da, intitulée Revealing Krishna, aura lieu au Cleveland Museum of Art dans l’Ohio, aux États-Unis. Cette exposition, la première du genre, comprendra quatre sculptures, mais les huit dieux seront réunis dans des modèles 3D haute résolution, grandeur nature, pour révéler une histoire qui s’étend sur 1 500 ans.

Andy Brouwer — Avec l’autorisation du Musée national du Cambodge.


Merci pour votre envoi !

  • Instagram
  • Facebook Social Icône
  • Gazouillement
  • LinkedIn Social Icône