Livre & Architecture : Publication d'un nouvel et bel ouvrage sur les maisons en bois cambodgiennes

La diffusion d’un nouveau livre sur les maisons en bois cambodgiennes, considéré comme la première monographie entièrement consacrée à ce sujet, a débuté aujourd’hui.

l’ouvrage de 296 pages est signé par l’historien de l’art australien Darryl Collins et l’architecte cambodgien Sok Sokol
L’ouvrage de 296 pages est signé par l’historien de l’art australien Darryl Collins et l’architecte cambodgien Sok Sokol

Publié par Sipar Books, une division de l’ONG française Sipar, l’ouvrage de 296 pages est signé par l’historien de l’art australien Darryl Collins et l’architecte cambodgien Sok Sokol, qui résident tous deux à Siem Reap.

Le livre, intitulé « Cambodian Wooden Houses: 1,500 years of Khmer Heritage » — évoque le contexte historique et le processus architectural actuel de la construction d’habitations en bois. Avec des photographies, des illustrations, des cartes, des plans et des dessins, l’ouvrage met l’accent sur les valeurs patrimoniales des maisons en bois et sur le nombre décroissant de beaux exemples qui subsistent aujourd’hui dans le pays.

À la tombée de la nuit, la maison semble se diviser en deux parties - les quartiers d'habitation principaux au-dessus et un espace entièrement ouvert en dessous, avec toutes les colonnes d'origine. (Photo : John Gollings, 2008)
À la tombée de la nuit, la maison semble se diviser en deux parties - les quartiers d'habitation principaux au-dessus et un espace entièrement ouvert en dessous, avec toutes les colonnes d'origine. (Photo : John Gollings, 2008)

S.E. Chea Sophara, ministre de l’Aménagement du territoire, de l’urbanisme et de la construction, décrit le livre comme « un document riche qui présente l’histoire, l’évolution ainsi que les techniques, les traditions et les motifs élaborés développés par les travailleurs khmers du bois au cours des quinze derniers siècles. »

Dans sa préface, le ministre déclare qu’il est crucial pour les Cambodgiens — en particulier les plus jeunes — de s’assurer qu’ils comprennent et apprécient la nécessité de préserver leur patrimoine.

« En outre, mon souhait est que ce livre devienne une ressource utile pour l’appréciation, l’exploration et la recherche dans la région de l’ANASE ainsi que dans le monde entier », écrit-il.

M. Collins, qui a coécrit le très remarqué « Building Cambodia: New Khmer Architecture 1953–1970 », publié à Bangkok en 2006, réside au Cambodge depuis 1996.

Il s’est rendu pour la première fois à Phnom Penh en 1994 pour travailler sur un projet du gouvernement australien visant à redynamiser le Musée national du Cambodge. Pendant dix ans, il a supervisé l’enregistrement numérique, la photographie et la saisie de documents historiques dans une base de données.

Sok Sokol est diplômé de la faculté d’architecture et d’urbanisme de l’université royale des beaux-arts en 1999. Depuis 2020, il est certifié en tant qu’architecte de l’ASEAN avec son cabinet Sok Sokol Architecture.

L’architecte a contribué au livre précédent de Collins et ses recherches ont été incluses dans « Wooden Architecture of Cambodia: A Disappearing Heritage » publié par le Center for Khmer Studies en 2006.

Déplacement et préservation d'une maison unique de 100 colonnes, de Chhlong à Kratie. (Photo : Hok Sokol, 2021)
Déplacement et préservation d'une maison unique de 100 colonnes, de Chhlong à Kratie. (Photo : Hok Sokol, 2021)

En sus de travailler ensemble sur des livres, les auteurs ont collaboré à la relocalisation à Siem Reap, en 2007, d’une maison située sur une île du fleuve Mékong dans la province de Kampong Cham. Ils ont également restauré deux autres maisons qui sont situées dans la banlieue de Siem Reap.

Contrairement au précédent livre publié et imprimé en Thaïlande en 2006, le nouveau livre a été imprimé au Cambodge — par l’imprimerie Sok Heng à Phnom Penh.

Le livre a été mis en vente au café du Musée national de Phnom Penh mardi après-midi. Il devrait être disponible dans le courant de la semaine chez Monument Books, la plus grande chaîne de librairies du Cambodge, dont les points de vente se trouvent sur le boulevard Norodom et à Exchange Square, ainsi que dans les deux aéroports desservant Phnom Penh et Siem Reap.

Sipar

L’éditeur Sipar Books a produit plus de 200 livres en langue khmère depuis 2000, avec plus de 2,4 millions d’exemplaires distribués. La maison mère, basée à Versailles, a quant à elle créé des bibliothèques dans 310 écoles et formé plus de 2 600 bibliothécaires depuis son arrivée au Cambodge en 1992.

Elle a également créé des bibliothèques et des « centres de lecture » dans des villages, des hôpitaux, des prisons et des usines de confection, tout en exploitant neuf bibliothèques mobiles.

Sao Da — AKP

Merci pour votre envoi !

  • Instagram
  • Facebook Social Icône
  • Gazouillement
  • LinkedIn Social Icône