Le roi Sihamoni et le 1er ministre félicités lors de la Journée internationale du bouddhisme

Le ministère des Cultes et des Religions a dédié la Journée internationale du bouddhisme de cette année à la croisade du roi Norodom Sihamoni pour la nation et le bouddhisme et au Premier ministre Hun Sen « pour avoir soutenu le bouddhisme et apporté la paix au pays ».

Le roi Norodom Sihamoni participe à une cérémonie bouddhiste dans une pagode à Phnom Penh. Photo Conseil des ministres
Le roi Norodom Sihamoni participe à une cérémonie bouddhiste dans une pagode à Phnom Penh. Photo Conseil des ministres

Observée en avril de chaque année, la Journée internationale du bouddhisme a été instaurée en 2014 lors de la 6e conférence du Sommet bouddhiste par les dirigeants bouddhistes suprêmes de 41 pays sous le thème « Unité bouddhiste pour la paix mondiale » à Kobe, au Japon.

Cette année, le roi Sihamoni a été nommé Preah Sreylok Thomareach en 2015, un titre qui lui a été décerné pour reconnaître son statut de modèle dans la pratique du bouddhisme.

Le ministère a déclaré que cette journée visait à rappeler la noble croisade du roi, qui, selon lui, a contribué à la diffusion de la connaissance, de la culture et de la conscience à tous les peuples, en particulier aux jeunes moines et bouddhistes - la « colonne vertébrale » de la religion d'État du Cambodge.

Il a également profité de cette commémoration pour conseiller au public de suivre le Dharma sacré et d'encourager la paix et l'humanité en toutes circonstances « afin de créer un monde harmonieux ».

Le ministère a ajouté que le gouvernement canalisait les principes du bouddhisme dans le développement du pays dans tous les domaines, notant que le Bouddha avait exprimé l'opinion que « rien n'est mieux que d'avoir la paix ».

« Le Premier ministre Hun Sen accorde également de l'importance à la paix et lui donne la priorité plus que tout. Pour lui, la paix est ce qu'il y a de mieux, elle donne de l'espoir et des sourires à toute l'humanité. Sans paix, il n'y a pas de développement, pas de respect des droits de l'homme et pas de démocratie », écrit le ministère ajoutant qu’il adherait pleinement à la reconnaissance accordée au roi Sihamoni, qui, selon lui, porte le "plus grand honneur" sur son nom à la fois au Cambodge et dans le monde bouddhiste, en particulier en raison de son obéissance sans faille au bouddhisme qui a conduit le Royaume à devenir un modèle pour l'adhésion aux enseignements de la religion.

Merci pour votre envoi !

  • Instagram
  • Facebook Social Icône
  • Gazouillement
  • LinkedIn Social Icône