Le ministère du Travail va jouer un rôle de médiateur dans le conflit de NagaWorld

Le porte-parole du ministère du Travail et de la Formation professionnelle, Heng Sour, a déclaré que le ministère continuerait à jouer le rôle de médiateur dans le conflit entre l’opérateur de complexe hôtelier intégré local NagaWorld Ltd et ses employés licenciés afin de trouver une solution, bien que les deux parties aient la possibilité de recourir aux tribunaux en l’absence d’accord.

Les employés licenciés de NagaWorld manifestent dans le district de Chamkarmon à Phnom Penh le 21 décembre. YOUSOS APDOULRASHIM
Les employés licenciés de NagaWorld manifestent dans le district de Chamkarmon à Phnom Penh le 21 décembre. YOUSOS APDOULRASHIM

Les anciens employés de NagaWorld ont manifesté pour la dixième journée consécutive le 27 décembre devant le complexe, demandant la réintégration de 365 employés licenciés et la fin de la discrimination présumée à l’encontre des membres du syndicat après qu’ils eurent été licenciés en 2020, l’entreprise invoquant la crise du Covid-19 comme motif.

Heng Sour a déclaré au Post le 27 décembre qu’en vertu du droit du travail cambodgien, le ministère a pour rôle de servir de médiateur et de concilier les conflits du travail entre employeurs et employés, mais que la réconciliation dépendra finalement de l’accord des parties.

« Dans les cas où il n’y a pas de réconciliation entre les parties, celles-ci doivent déposer une plainte auprès des tribunaux en dernier recours. Le ministère continuera à remplir ses fonctions dans le cadre de la législation du travail. Au 27 décembre, je ne sais pas qui a reçu une indemnité de départ, mais je sais que chacun s’est vu offrir un certain montant de compensation », a-t-il déclaré.

Dans un communiqué de presse du 23 décembre, le ministère a déclaré qu’il continuerait à jouer un rôle de médiateur et à régler les conflits du travail entre le représentant de NagaWorld, Mike Ngai, et les anciens employés représentés par Chhim Sithor et leur avocat, Ham Sunrith.

Selon le communiqué, les deux parties ne sont pas parvenues à un accord. La société a déclaré qu’elle n’ajusterait pas la formule utilisée pour calculer l’indemnité de départ pour 85 travailleurs qui ont accepté cette indemnité tout en renonçant à toute réclamation, comme le prévoit la loi. La société a également refusé de réintégrer les travailleurs, qui continuent de protester.

Cependant, les syndicats ont demandé un règlement global, exigeant que l’entreprise réintègre d’abord les travailleurs protestataires avant de calculer l’indemnité de licenciement pour ces 85 employés, comme l’exige la loi. Cela permettrait d’augmenter le montant de l’indemnité de licenciement à laquelle ces 85 travailleurs avaient droit.

Chhim Sokhon, secrétaire de la Labour Rights Supported Union of Khmer Employees (LRSU) de NagaWorld, a déclaré au Post le 27 décembre que si une solution ne pouvait être trouvée par le conseil d’arbitrage, tous les travailleurs protestataires poursuivraient leurs manifestations non violentes pour demander une solution. Elle a ajouté que les travailleurs s’attendaient à ce que l’entreprise les réintègre et cesse de discriminer le syndicat, et que la réintégration montrerait également que l’entreprise respecte la loi.

« Du côté du syndicat, nous avons choisi de mener une grève pacifique jusqu’à ce qu’une solution soit trouvée. Nous constatons que notre licenciement est inhabituel, car la plupart des 365 travailleurs sont des membres du syndicat, des militants et même des dirigeants syndicaux. Il est évident que l’entreprise souhaite détruire le syndicat », a déclaré M. Sokhon.

Moeun Tola, directeur général du Centre for Alliance of Labour and Human Rights (Central), a déclaré que NagaWorld devrait mettre un terme au conflit dès que possible en réintégrant les travailleurs plutôt que de continuer à recruter de nouveaux employés inexpérimentés.

Il a ajouté qu’il espérait également que les institutions compétentes accéléreraient le processus de résolution et traiteraient le différend dès que possible pour que les employés évitent de nouvelles protestations.

Les représentants de NagaWorld n’ont pu être joints pour tout commentaire le 27 décembre.

Long Kimmarita avec notre partenaire The Phnom Penh Post

Merci pour votre envoi !

  • Instagram
  • Facebook Social Icône
  • Gazouillement
  • LinkedIn Social Icône