top of page
Ancre 1

Interview & EuroCham : Dimitri Nauwelaerts, directeur commercial de Asia Data Destruction

Au Cambodge et ailleurs, la plupart des entreprises informatiques changent leur équipement tous les quatre ou cinq ans, mais ces actifs peuvent encore fonctionner pendant quelques années. L’entreprise Asia Data Destruction peut fournir des solutions pour cela et racheter une partie du stock qui, s’il est en bon état, peut être remis à neuf et vendu sur le marché de l’occasion.

Entretien avec son directeur commercial régional Dimitri Nauwelaerts en poste à Phnom Penh.

Dimitri Nauwelaerts, directeur commercial de Asia Data Destruction
Dimitri Nauwelaerts, directeur commercial de Asia Data Destruction

EuroCham : Depuis combien de temps êtes-vous au Cambodge et comment vous y sentez-vous ? Quel est votre loisir préféré hors de la ville ?

Dimitri : Je suis ici depuis trois ans et demi, et c’est juste avant COVID que je suis arrivé pour rejoindre ma petite amie. C’était une période particulière, les choses allaient bien avant la crise sanitaire, mais j’étais dans une situation difficile parce que je n’avais pas de travail au début. Maintenant que je travaille dans le pays depuis un certain temps, je commence vraiment à m’y plaire. Depuis que le pays s’est ouvert, il y a plus de touristes, plus d’événements, plus de choses à faire.

J’ai donc l’impression que depuis un an, je commence à mieux connaître le pays et à m’y sentir plus chez moi.

Mon escapade préférée serait Silk Island, c’est tout près d’ici et j’y vais avec mon vélo. Il y a une belle maison d’hôtes, je peux me détendre au bord de la piscine et revenir en ville à vélo. C’est bon pour l’exercice, je peux bien manger là-bas et c’est une bonne coupure par rapport à la ville bruyante.

EuroCham : Vous avez travaillé dans plusieurs secteurs depuis votre arrivée, chacun de vos emplois étant lié à la vente. Quel est votre secret pour réussir en tant que vendeur dans différents contextes ?

Dimitri : Je ne me suis jamais imaginé vendeur, mais j’ai suivi une école de commerce, et il y a différentes façons de partir de là. J’aime l’aspect marketing des choses et j’ai ensuite été amené à occuper des postes dans la vente. Cela vous aide vraiment à comprendre très directement qui est votre client et comment l’approcher. C’est un processus d’apprentissage précieux.

J’ai beaucoup appris, notamment lorsque j’étais vendeur pour une société de voitures d’occasion en Belgique, qui proposait à la fois des ventes B2B et B2C.

Vous devez changer votre discours de vente en fonction de la personne qui se trouve en face de vous. S’il s’agit d’une famille qui vient avec des enfants, vous devez mentionner des choses différentes que si c’est un professionnel qui vient et qui connaît tout de la voiture, donc identifier réellement un client et s’adapter à lui est essentiel.

Cela peut s’appliquer à n’importe quel secteur d’activité. Il s’agit en partie de créer un besoin qui n’existait pas auparavant. Vous n’avez peut-être pas besoin d’une nouvelle montre, mais je peux vous parler de ce nouveau modèle qui vient de sortir et auquel vous pensez maintenant. C’est un peu la même chose pour ADD. Certains responsables informatiques peuvent penser qu’ils peuvent effacer des données simplement en formatant un disque dur, mais ce n’est pas vrai.

Je ne suis pas technicien, mais je peux récupérer les données d’un disque dur formaté en cinq minutes. C’est très simple. Lorsque je leur rends visite, ils peuvent penser qu’ils n’ont pas besoin d’un logiciel d’effacement de données spécifique, mais lorsque je les informe des risques, ils comprennent qu’ils en ont besoin.

EuroCham : Pouvez-vous nous en dire plus sur Asia Data Destruction ?

Dimitri : Bien sûr, la société est basée en Thaïlande et existe depuis 15 ans. Au départ, il s’agissait plutôt d’une entreprise de recyclage. Elle recyclait des batteries et a vu une opportunité dans le passage au matériel informatique, qui pouvait être remis à neuf, démantelé ou recyclé.

Elle s’est donc associée à des partenaires de recyclage de la région en Chine, en Thaïlande et au Vietnam, et c’est ainsi qu’elle a démarré. Il s’agissait alors de remettre à neuf, de réparer des appareils informatiques et de revendre du matériel informatique d’occasion en Thaïlande.

Un nouveau concept est apparu, appelé ITAD, qui signifie IT asset disposition (disposition des actifs informatiques), et c’est essentiellement notre mission principale aujourd’hui. Nous nous adressons aux entreprises et leur proposons des solutions pour leur matériel hors d’usage.

La plupart des entreprises informatiques changent leur équipement tous les quatre ou cinq ans, mais la plupart de ces actifs informatiques peuvent encore fonctionner pendant plusieurs années. Nous pouvons fournir des solutions pour cela et racheter une partie du stock qui, s’il est en bon état, peut être remis à neuf et vendu sur le marché de l’occasion.

« Beaucoup d’entreprises les jettent ou les stockent quelque part dans leur sous-sol, ce qui leur fait perdre de la valeur. C’est ce que les sociétés ITAD tentent de changer. Elles essaient de récupérer la valeur des vieux équipements informatiques, de prolonger leur cycle de vie et de rationaliser ce processus pour une économie circulaire plus efficace.»

Le deuxième service que nous fournissons est très important de nos jours : il s’agit de la protection des données de l’entreprise. Lorsque vous jetez du matériel informatique, de nombreuses données y sont encore stockées. Nous pouvons donc effacer ces données pour vous, afin que vous n’ayez pas à vous soucier des fuites de données lorsque vous vous débarrassez de votre matériel informatique.

Ce sont là les deux principaux éléments de notre travail. Il y a tout un processus derrière ce que nous faisons avec le matériel mis au rebut. Nous espérons pouvoir le remettre à neuf et le revendre, sinon nous le recyclons.

Nous espérons que la loi sur la protection des données sera bientôt adoptée, ce qui entraînera un grand changement dans le secteur. Une loi sur la protection des données a été adoptée le mois dernier au Vietnam, et l’année dernière, la Thaïlande a également adopté une loi sur la protection des données. Nous constatons que la région prend conscience de la nécessité d’une réglementation claire en matière de protection des données et nous espérons que le Cambodge suivra bientôt.

EuroCham : Quel est le problème pour se débarrasser des données à l’ancienne, en les glissant dans la corbeille ?

Le concept d’effacement des données est assez simple. Chaque disque dur contient des « zéros et des uns », et si vous le formatez, les données sont toujours là, mais elles ne sont plus structurées. Vous supprimez simplement le chemin d’accès à ces données. Ce qu’il faut faire, c’est écraser tout le disque dur avec des données aléatoires, et c’est ce que fait notre logiciel.

C’est important pour les entreprises comme pour les particuliers. Si vous achetez ou vendez un ordinateur d’occasion, il peut y avoir un moyen simple d’accéder à ces données même si l’utilisateur précédent les a effacées.

Les entreprises sont souvent des cibles plus précieuses pour les pirates, et pendant la période COVID, les hôpitaux étaient fréquemment attaqués par des pirates, car ils stockent et déplacent constamment des données personnelles sensibles.

Aujourd’hui, nous travaillons principalement avec des institutions financières. Elles sont déjà obligées de mettre en place une certaine forme de protection des données à cause de la Banque Nationale du Cambodge. Elles doivent donc se conformer à leurs directives. Les entreprises internationales doivent également se conformer au Règlement général sur la protection des données (RGPD).

Le RGPD est un ensemble de règlements de l’Union européenne couvrant la protection des données, établi en 2016, et qui a changé tout le jeu. Ces règlements expliquent pourquoi vous devez accepter les cookies sur les sites web et pourquoi le consentement est requis pour partager les données des utilisateurs. Il s’agissait d’un grand pas en avant pour garantir la protection des données des utilisateurs.

EuroCham : Quelle est la partie la plus satisfaisante de votre travail ?

Nous travaillons sur deux sujets très importants à l’heure actuelle. Le premier est la cybersécurité, qui devient de plus en plus importante chaque jour. L’autre est la durabilité et la promotion de l’économie circulaire.

« Je pense que nous devons jouer un rôle dans la promotion d’une économie plus circulaire, car, dans l’état actuel des choses, l’industrie des technologies de l’information est très polluante. Elle privilégie certainement la consommation au détriment du recyclage et nous aimerions jouer un petit rôle dans la résolution de ce problème au Cambodge. »

Les fabricants sont également responsables, car ils créent souvent des téléphones qui se cassent très facilement et qui sont difficiles à réparer. Il n’existe pas d’écosystème permettant d’échanger ou de remettre à neuf le matériel informatique, et cela doit changer. Il faut également réglementer ce domaine, car je ne pense pas que les fabricants y parviendront d’eux-mêmes.

Vous pouvez recycler 98 % de votre téléphone. De nombreux composants sont recyclables dans les équipements informatiques. Le coût du non-recyclage est très élevé pour l’environnement et, dans le même temps, les déchets informatiques peuvent être valorisés. Il s’agit donc d’une occasion manquée.

Lorsqu’un consommateur achète un produit informatique, il fait peser le coût sur la société pour l’avenir, car aucun système n’est en place pour empêcher que les produits ne deviennent des déchets. Les fabricants peuvent continuer à produire sans conséquence, en maintenant le modèle de production linéaire.

« Si vous regardez le marché de l’informatique d’occasion ici aussi, beaucoup de produits informatiques sont importés d’outre-mer, ce qui entraîne un manque de contrôle de la qualité des équipements qui arrivent et qui deviennent rapidement des déchets, sans infrastructure appropriée pour les gérer. »

Les aliments sont étiquetés avec une note nutritionnelle pour vous indiquer s’ils sont bons pour la santé. Ce système pourrait être adapté à l’électronique. Dans quelle mesure le produit que vous achetez est-il recyclable ? Apple, par exemple, a la réputation de rendre ses téléphones difficiles à réparer.

Actuellement, nous travaillons avec Ecobatt pour recycler les déchets électroniques, alors n’hésitez pas à venir déposer vos déchets électroniques si vous en avez, afin d’éviter qu’ils ne se retrouvent dans les décharges. L’idée est de démanteler et de recycler, localement si possible. J’espère que d’autres investisseurs verront bientôt cette opportunité.

Il existe une industrie du recyclage ici, mais elle n’est pas officielle, les gens travaillent dans la rue. Ce sont les premiers recycleurs du Cambodge, mais c’est un travail non réglementé et dangereux. La prochaine étape serait d’investir et de formaliser la collecte, le tri et la séparation, car il est très difficile de recycler lorsque tout est mélangé.

 

Comments


Merci pour votre envoi !

  • Instagram
  • Facebook Social Icône
  • Gazouillement
  • LinkedIn Social Icône

Accueil   Économie   Tourisme     Culture     Destination     Gastronomie     Sport   Environnement 

bottom of page