Interview & Banque Mondiale : Le long chemin vers un développement résilient au Cambodge

La Banque mondiale a récemment publié un rapport intitulé « Resilient Development : A Strategy to Diversify Cambodia’s Growth Model », le dernier mémorandum économique à propos du Cambodge. Le rapport revisite le modèle de croissance du pays, avec pour objectif d’identifier les contraintes et les opportunités pour une croissance économique soutenue et de proposer des options politiques pour y remédier.

Claire H Hollweg, économiste pays senior de la Banque mondiale pour le Cambodge. SUPPLIED
Claire H Hollweg, économiste pays senior de la Banque mondiale pour le Cambodge. Photographie fournie

Claire H Hollweg, économiste pays senior pour le Cambodge auprès du prêteur multilatéral basé à Washington, s'est entretenue avec May Kunmakara du Post pour discuter des performances économiques du Royaume en 2020, de la diversification des exportations et du développement des compétences - des thèmes abordés dans ce rapport.

Le document mentionne que le ralentissement de la croissance du Cambodge en 2020 à la suite de la pandémie de Covid-19 a été parmi les plus prononcés de la région d'Asie de l'Est. Qu'est-ce qui a provoqué un tel impact sur l'économie du Royaume ?

Le rapport montre que le ralentissement économique du Cambodge réside dans le processus de génération de la croissance du pays. La croissance du Cambodge a été remarquable, mais insuffisamment diversifiée en termes de produits, de marchés et de facteurs de production.

Cinq produits - vêtements, chaussures, riz, manioc et tourisme - représentaient 80 % des exportations totales ; deux marchés - l'UE et les États-Unis - représentaient 69 % des exportations de marchandises ; et les capitaux étrangers - par le biais des investissements directs étrangers (IDE) et de l'aide publique au développement (APD) - représentaient 72 % de la formation brute de capital fixe en 2018.

Il n'est pas surprenant que, lorsque la pandémie a perturbé les flux transfrontaliers de marchandises, de services et de capitaux, le Cambodge était mal placé pour absorber le choc.

Vous avez parlé de l'incapacité du pays à diversifier son développement. Pouvez-vous nous en dire plus ?

L’incapacité du Cambodge à diversifier son développement par le biais de produits, de marchés et de sources de financement alternatifs est antérieure à la pandémie et trouve son origine dans « une productivité faible et en déclin », « une qualité médiocre et des liens d’exportation faibles », et « des IDE élevés, mais des investissements nationaux faibles ». La crise de Covid-19 exacerbe ces défis.

La première composante est « une productivité faible et en déclin » : L’incapacité du Cambodge à faire croître le panier de produits s’explique par la faible productivité du travail, ou la production par travailleur, qui est inférieure à celle de la plupart des pays dans le monde lorsqu’elle se situe au niveau de développement du Cambodge.

La faible productivité du travail reflète, du moins en partie, la faiblesse du capital humain. Mais le facteur le plus important est la faiblesse et le déclin de la productivité totale des facteurs (PTF).

L’analyse du présent rapport suggère deux causes principales. Tout d’abord, la mauvaise affectation des ressources au sein des secteurs, probablement causée par les lacunes des institutions du marché, où les signaux du marché régissant l’affectation des ressources doivent être générés sur des marchés plus compétitifs et bien réglementés, et par un système naissant de gestion des investissements publics (GIP), où il est nécessaire d’optimiser les investissements publics nationaux.

Deuxièmement, et plus important encore, la faible croissance de la productivité au sein des entreprises, qui s’explique par un environnement commercial difficile qui impose des obstacles importants aux opérations des entreprises. Le faible accès au financement, l’inefficacité des réglementations commerciales, la prévalence de l’informalité (économie informelle) et l’insuffisance de l’électricité sont les principaux obstacles à la productivité des entreprises au Cambodge.

« La deuxième composante est la « faible qualité et la faiblesse des liens à l’exportation » : la faible compétitivité et l’intégration limitée dans les chaînes de valeur mondiales (CVM) ont entraîné une concentration des marchés et des échanges »

La qualité des investissements directs étrangers (IDE) est l’une des principales causes de la faible diversification et de l’incapacité à se mettre à niveau. En effet, les entreprises bénéficiant d’IDE ne créent pas de liens en amont et ne partagent pas leurs connaissances, ce qui limite les possibilités de transfert de technologie et les retombées en termes de productivité.

Les barrières de l’environnement des affaires et le régime actuel d’incitations fiscales et d’investissement influencent la qualité des IDE.

D’autres contraintes à la diversification et à la mise à niveau du commerce cambodgien sont la faible capacité des entreprises et des travailleurs, les coûteux obstacles réglementaires liés au commerce — affectant particulièrement les produits agricoles, l’insuffisance des infrastructures liées au commerce, et l’utilisation naissante des accords commerciaux régionaux pour soutenir un meilleur accès au marché pour les exportateurs.

La troisième composante est « des IDE élevés, mais de faibles investissements intérieurs » : le faible taux d’épargne privée du pays et, par conséquent, les faibles investissements intérieurs ont conduit à une dépendance vis-à-vis des sources de financement extérieures.

Plutôt que le nombre de ménages qui épargnent, le montant de l’épargne des ménages et, plus important encore, la manière dont ils épargnent, semblent être des facteurs clés qui empêchent un plus grand investissement intérieur.

Alors que 51 % des adultes ont déclaré avoir épargné de l’argent au cours de l’année écoulée, seuls 22 % d’entre eux n’ont eu aucune épargne à un moment donné et seuls 5 % ont participé à une épargne formelle où elle peut obtenir des rendements plus élevés, être mieux protégée et, du point de vue de l’efficacité, être affectée aux utilisations les plus productives, ce qui est nettement inférieur aux autres pays au niveau de développement économique du Cambodge.

La proportion d’adultes possédant un compte d’épargne est relativement faible au Cambodge.

La faiblesse de l’épargne formelle des ménages s’explique par les inefficacités du secteur financier formel qui posent des obstacles importants, notamment les lacunes de la réglementation du secteur financier, la faible culture financière, la faible adoption des technologies et donc l’accès limité aux services financiers, ainsi que le sous-développement des instruments financiers autres que les banques et les institutions de microfinance (IMF) qui permettraient de soutenir l’épargne.

Quelles recommandations proposeriez-vous pour diversifier le développement ?

Il est urgent de prendre des mesures pour soutenir le redressement économique du Cambodge après le Covid-19 de manière à résoudre le problème de la diversification afin de revenir encore plus fort.

Les décideurs politiques cambodgiens ont la possibilité de forger une nouvelle voie de croissance — en favorisant la productivité des entreprises et des travailleurs, en diversifiant les exportations et en exploitant l’investissement intérieur.

Un programme de réforme ambitieux est nécessaire, axé sur l’amélioration des capacités, le renforcement des réglementations et l’investissement dans les infrastructures.

Pourriez-vous expliquer chacun de ces chemins de croissance hypothétiques ?

Pour libérer la productivité, il est essentiel de se concentrer sur les entreprises et leurs travailleurs. La réforme des politiques dans des domaines ciblés peut aider le pays à réaliser son potentiel, notamment en investissant dans le capital humain par le biais de la santé et de l’éducation, en soutenant une allocation plus efficace des ressources grâce à l’amélioration des institutions du marché et de la gestion des investissements publics, en allégeant le fardeau réglementaire pour les entreprises, réduisant ainsi l’informalité et son impact négatif, et en améliorant les performances des principaux services pour renforcer les liens intérieurs.

La diversification des exportations peut continuer à stimuler la croissance pendant la reprise après le Covid-19.

Un programme politique transversal et à moyen terme visant à diversifier le commerce du Cambodge est structuré autour de la mise à niveau dans les chaînes de valeur mondiales de l’industrie manufacturière, de la création de valeur ajoutée dans l’agriculture et de l’augmentation de la compétitivité pour exporter des services modernes.

La mobilisation de l’investissement intérieur peut contribuer à financer la prochaine phase de croissance. Les domaines d’action comprennent la promotion des IDE dans les secteurs productifs et d’exportation, la promotion de taux d’épargne nationaux plus élevés, l’amélioration de l’inclusion financière par un meilleur accès aux institutions d’épargne, le soutien de l’accès numérique grâce aux technologies numériques, la réduction des coûts des comptes d’épargne et le soutien de la stabilité et du développement du secteur financier de manière plus générale.

Cette interview a été modifiée pour des raisons de longueur et de clarté.

Propos recueillis par May Kunmakara avec notre partenaire The Phnom Penh Post

Merci pour votre envoi !

  • Instagram
  • Facebook Social Icône
  • Gazouillement
  • LinkedIn Social Icône