Initiative : Un universitaire crée des bibliothèques de village pour les enfants de la campagne

Avec la fermeture des écoles en raison de la pandémie, donner aux enfants l’accès aux livres dans les zones reculées est plus important que jamais.

Des enfants lisent des livres dans l’une des bibliothèques fondées par Heang Kong. Photo fournie.
Des enfants lisent des livres dans l’une des bibliothèques fondées par Heang Kong. Photo fournie.

Depuis 2017, Heang Kong a collecté des livres auprès de donateurs et, grâce à la Fondation des bibliothèques de village qu’il a lancée, la première bibliothèque a été ouverte à l’école primaire Svay Paem dans la province de Kampong Cham, la deuxième à celle de Changhong dans la province de Kampot et la troisième à l’école primaire Phnom Pit dans la province de Kampong Speu.

Toutefois, ces bibliothèques ont été fermées en raison de la cessation des activités scolaires ordonnée par le gouvernement cambodgien dans le cadre des mesures visant à prévenir la propagation du COVID-19.

Alors, voyant que les enfants de certaines zones rurales n’avaient pas accès à l’éducation à cause de la pandémie, Kong, à présent étudiant en deuxième année de génie civil à l’Institut polytechnique Preah Kossomak de Phnom Penh, a mobilisé des bénévoles, jeunes et moins jeunes, pour mettre en place sept bibliothèques de village dans les provinces de Battambang, Kampong Cham, Kampong Speu, Kampong Thom, Kampot, Siem Reap, Takeo et Tboung Khmum.

Et il prévoit de mettre en place 10 bibliothèques de village supplémentaires dans les zones reculées.

« Les bibliothèques de village sont proches des maisons des enfants , explique M. Kong. Il y a également des bibliothécaires et de nombreuses activités dans les bibliothèques de village pour soutenir et aider les enfants. Les enfants des zones rurales n’ont pas un accès étendu à l’apprentissage en ligne, donc sans les bibliothèques de village, leur éducation serait grandement réduite »

Chaque bibliothèque compte entre 500 et 1 000 livres, allant des livres d’histoires aux romans, en passant par les manuels scolaires de la première à la douzième année et les livres sur le commerce. Il y a aussi des livres sur l’agriculture pour les étudiants, mais aussi pour les agriculteurs qui seraient intéressés par quelques aspects de leur secteur, dit-il.

Avec la fermeture des écoles en raison de la pandémie, donner aux enfants l’accès aux livres dans les zones reculées est plus important que jamais.
Avec la fermeture des écoles en raison de la pandémie, donner aux enfants l’accès aux livres dans les zones reculées est plus important que jamais.

Les bibliothèques n’autorisent pas plus de cinq enfants à la fois pour éviter l’infection par le COVID-19, ajoute-t-il.

« Pendant la fermeture de l’école, de nombreux enfants sont venus emprunter des livres pour les lire chez eux, ce qui a provoqué une pénurie de livres dans les bibliothèques, déclare M. Kong »

« Les bibliothèques des villages, bien sûr, sont toujours à court de livres : nous avons vraiment besoin de plus de livres », affirme l’étudiant de 28 ans. C’est pourquoi il appelle la population à faire don de livres afin que les enfants puissent poursuivre leur éducation malgré la pandémie.

L’accès à ces bibliothèques a encouragé les enfants à ne pas négliger leur éducation et à ne pas abandonner l’école pendant l’épidémie de COVID-19. Dans cette optique, M. Kong a annoncé qu’il recrutait des adultes et de jeunes volontaires dans les provinces reculées pour créer 10 bibliothèques de village supplémentaires.

Sao Sokeng et Teng Yalirozy avec l’aimable autorisation de Cambodianess