Initiative & Social : Soutenir l'activité artisanale des Cambodgiennes en difficulté

Assise dans un espace minuscule, les deux mains occupées à contrôler la pointe de son aiguille tandis que ses points donnent forme au tissu vert, Sok Nhei est heureuse de pouvoir répondre à la commande d'une dizaine de crocodiles en peluche.

Ky Kanary — la fondatrice du Cambodia Women’s Support Group — tient une coccinelle en peluche qui a été cousue par une de ses membres. Photographie fournie
Ky Kanary — la fondatrice du Cambodia Women’s Support Group — tient une coccinelle en peluche qui a été cousue par une de ses membres. Photographie fournie

Installée au troisième étage d’un immeuble de Boeung Keng Kang II, dans le même pâté de maisons que l’ancien théâtre Kirirom, cette Cambodgienne de 56 ans ne compte que sur son activité de couture pour subvenir à ses besoins et à ceux de ses deux filles dans une maison dont le toit fuit tellement qu’elle doit se réfugier chez un voisin lorsqu’il commence à pleuvoir.

« Ma famille dépend de moi. Si je ne le fais pas parce que j’ai des problèmes de santé, je n’aurai pas de riz pour la nourrir », explique Nhei.

Nhei a désormais rejoint le groupe de soutien aux femmes cambodgiennes (CWSG), fondé en 2015 par Ky Kanary. Il s’agit d’une petite entreprise sociale qui utilise la couture d’accessoires, de souvenirs et de jouets faits main pour soutenir les moyens de subsistance de ses membres.

Ce groupe de quinze femmes — qui vivent toutes dans différents quartiers de Phnom Penh — a été formé pour leur rendre leur autonomie en leur donnant un moyen durable de subvenir à leurs besoins.

« le projet facilite non seulement leur intégration sociale, mais fournit également un environnement où elles peuvent partager leurs expériences, leurs ambitions, leurs rêves et leurs préoccupations afin d’améliorer leur vie, leur dignité, leur confiance et leur espoir », confie Kanary.

Nhei est devenue membre de l'entreprise sociale et souligne que ses deux filles — dont l’une étudie la médecine et l’autre occupe un emploi de traductrice — ont une formation et un emploi grâce à l’aide de Kanary, qui a ainsi gagné sa reconnaissance à jamais.

Les Cambodgiennes de CWSG sont des stagiaires de Nyemo Cambodia, un programme qui se concentrait sur l’enseignement des arts de la couture et de l’artisanat à des fins d’emploi.

Kanary explique que le programme de Nyemo Cambodia cherchait à aider les femmes vulnérables, notamment celles qui vivent des situations difficiles telles avec le sida, un environnement familial dangereux, l’éclatement de la famille et/ou un manque général d’éducation.

Cependant, après la fermeture de cette organisation en 2014, Kanary a mobilisé ces femmes qui luttaient pour gagner leur vie en formant CWSG. Elle a sollicité des donateurs étrangers qui avaient aidé Nyemo Cambodia pour aider cescouturières à devenir financièrement indépendantes.

Kanary avait auparavant été membre bénévole du conseil d’administration de Nyemo Cambodge, contribuant à la gestion du projet pendant plus de dix ans.

Après la fin de la mission de 16 ans de l’organisation, les femmes dont elle s’occupait ont été intégrées dans la communauté,bénéficiant ainsi des services d’autres partenaires de Nyemo Cambodge.

Sok Nhei, 56 ans, fabrique des animaux en peluche chez elle. Photo Heng Chivoan
Sok Nhei, 56 ans, fabrique des animaux en peluche chez elle. Photo Heng Chivoan

« Après Nyemo Cambodia, les femmes de l’organisation n’avaient rien à faire pour gagner leur vie », se souvient Nhei.

« J’ai erré entre un travail de femme de ménage et de blanchisseuse jusqu’à ce que Kanary rassemble les femmes au sein de CWSG. »

Une autre ancienne membre de Nyemo — Korng Yari, 49 ans — vit dans un logement derrière l’ancienne laiterie de Tuol Sangke, à Russey Keo, avec sa fille et son gendre ainsi que deux petits-enfants. Pendant un certain temps, elle a travaillé pour un magasin de rideaux.

« Lorsque le propriétaire du magasin n’a pas payé nos salaires et que le gérant est parti sans le moindre effort pour payer ce qui nous était dû, nos conditions de vie sont devenues plus difficiles », raconte-t-elle. «  Kanary m’a appelée pour rejoindre le groupe de femmes. Mais nous avons besoin de plus de clients, car pour l’instant, nous avons très peu de travail. »

Kanary travaille avec les anciens partenaires de Nyemo Cambodia et ces derniers continuent de commander des produits faits main auprès de CWSG et de soutenir les opérations de l'entreprise sociale.

« C’est donc pour cela que nous sommes ici — pour fournir nos services d’artisanat à des clients nationaux et internationaux », dit-elle.

CWSG Handicraft fabrique à la demande des articles tels que des souvenirs, des jouets, des cadeaux, des cadeaux de mariage, des poupées, des vêtements, des objets de décoration intérieure, notamment des rideaux, des taies d’oreiller, des couvertures et des tapis, ainsi que des sacs et des mouchoirs.

« Les produits les plus populaires auprès des clients sont une balle ronde faite à la main avec une cloche décorée des chiffres de 1 à 12 et des alphabets khmer et anglais. Les papillons, les éléphants, les ours et les dinosaures en peluche, les sacs, les oreillers et les coussins ainsi que les accessoires sont également très appréciés », explique Kanary.

La plupart des produits de l'entreprise sont vendus en collaboration avec Cambodia Knits — à qui CWSG confie ses produits pour la boutique CK

La plupart des produits de l'entreprise sont vendus en collaboration avec Cambodia Knits — à qui CWSG confie ses produits pour la boutique CK — mais quelques étrangers venus visiter le Cambodge achètent certains des produits de CWSG Handicraft pour les vendre dans leurs propres boutiques en ligne.

« Nous recevons de petites commandes de l’étranger et nous les répartissons entre nous, mais elles ne représentent pas grand-chose. Il y a aussi des organisations qui commandent des masques et des chemises pour les personnes âgées », explique Nhei.

« C’est très difficile, car le travail n’est pas très régulier. Chaque semaine, je peux gagner entre 50 000 et 100 000 riels, ce qui est tout juste suffisant pour acheter 10 à 20 kg de riz. »

Actuellement, CWSG s’est associé à Only One Planet, Cambodia Knits, Daikou Bag, Modimade, Fair Fashionista, Faire Trendy et ALMA-M pour la fabrication de ses produits. Nomi Network les a aidées à se former aux techniques de couture, tandis que SHE Investment les a soutenues dans leurs démarches de création d’entreprise. Kanary estime qu’un soutien accru pourrait aider les femmes à gagner de l’argent pour payer leurs soins de santé et envoyer leurs enfants à l’école.

En outre, CWSG aide les femmes défavorisées à nouer des liens d’amitié et à partager des expériences positives, ainsi qu’à développer et à améliorer leurs compétences en couture pour garantir des produits de meilleure qualité.

CWSG tente également d’adhérer au concept « 3 R » — réduire, réutiliser et recycler — afin de préserver l’environnement.

Sok Nhei, 56 ans, s'occupe d'une commande de crocodiles en peluche à la maison le 20 avril. Photo Heng Chivoan
Sok Nhei, 56 ans, s'occupe d'une commande de crocodiles en peluche à la maison le 20 avril. Photo Heng Chivoan

« Chaque objet fait à la main est fabriqué dans le but de divertir, d’éduquer et de préserver l’environnement, car nous fabriquons des produits réutilisables et fabriqués à partir de matières recyclables », explique Kanary.

« Les objets décoratifs et les jouets ont été faits à partir de sarongs, de kramas ou de tissus en coton recyclé provenant de vieux sacs fourre-tout, d’oreillers et d’autres accessoires. J’ai également demandé du vieux papier journal pour emballer nos produits faits main au lieu d’utiliser des boîtes à cadeaux neuves », ajoute-t-elle.

Cependant, la faible demande des clients, ou peut-être la hausse des prix des produits qui sont plus difficiles à vendre pour les consommateurs locaux, ont ralenti la production des Cambodgiennes du CWSG.

« Comme toutes nos femmes n’ont pas la capacité de coudre des vêtements ou des articles à grande échelle, nous avons du mal à développer un marché à la fois pour les clients locaux et internationaux », note Kanary.
« Comme toutes nos femmes n’ont pas la capacité de coudre des vêtements ou des articles à grande échelle, nous avons du mal à développer un marché à la fois pour les clients locaux et internationaux », note Kanary.

« Aussi, la plupart de nos femmes sont analphabètes, ce qui rend difficile la communication avec les clients, la recherche d’idées de design par elles-mêmes. »

« Les Cambodgiens ne sont pas encore suffisamment motivés pour utiliser des produits locaux. Ils préfèrent plutôt acheter des produits de marque importés », ajoute-t-elle.

Cependant, Yari confie qu’elle a eu plus de chance que la plupart des gens, car elle a pu recevoir des commandes directes de clients, ce qui maintient son entreprise occupée.

« J’ai reçu des commandes de clients et avec l'aide de Kanary, j’ai toujours eu un emploi permanent », dit-elle.

« Nous aimerions demander aux clients locaux de nous aider avec plus de commandes afin que nous puissions avoir plus de travail pour soutenir nos familles », dit Yari, tout en cousant des poupées Apsara.

Les peluches proposées par l'entreprise sociale
Les peluches proposées par l'entreprise sociale

« S’il y a plus d'acheteurs locaux, nous pourrons gagner suffisamment d’argent pour acheter du riz », explique Nhei. « Si nous n’avons pas beaucoup de travail, nous devons solliciter Kanary pour emprunter de l’argent . Quand il y a une commande, elle déduit ensuite un peu de l’argent que nous devons, mais pas tout d’un coup, car c'est une femme de cœur »

Pour plus de détails, consulter la page Facebook ou le site web du CWSG : www.facebook.com/cwsghandicraft

www.womensewandcreate.org

Hong Raksmey avec notre partenaire The Phnom Penh Post

Merci pour votre envoi !

  • Instagram
  • Facebook Social Icône
  • Gazouillement
  • LinkedIn Social Icône