forum 1.jpg
forum 2.jpg

Initiative : Le premier « Repair Fair » du Royaume aura bien lieu à Phnom Penh

Après plusieurs mois de report dû à la pandémie, la première foire aux réparations du Cambodge va enfin avoir lieu et tous ceux qui ont quelque chose de défectueux à faire réparer sont invités à y participer dimanche prochain, le 24 avril.

Une photo d'une autre « foire de réparation » où les gens peuvent transformer des déchets en objets fonctionnels. Photo fournie
Une photo d'une autre « foire de réparation » où les gens peuvent transformer des déchets en objets fonctionnels. Photo fournie

Sandy Kotan — la fondatrice de Only One Planet Cambodia — s’est donné pour mission de réduire les déchets plastiques en proposant des alternatives écologiques depuis 2015. Sandy est originaire d’Arizona, mais considère le Cambodge comme sa « deuxième maison ».

Elle a eu l’idée de lancer cette première foire de réparation au Cambodge, et l’événement est axé sur tout ce qui concerne le recyclage, la réduction, la réutilisation et la réaffectation d’articles qui, autrement, iraient à la poubelle et seraient enterrés dans des décharges — ainsi que le soutien aux petites entreprises locales.

Malheureusement, l’événement a été annulé à plusieurs reprises en raison du Covid-19, mais Sandy Kotan n’a jamais perdu espoir et il semble à présent qu’il aura finalement lieu. Elle a bon espoir que cette fois-ci, rien ne s’opposera à la tenue de l’événement et que les participants pourront préparer tous leurs objets cassés ou recyclables et les apporter le dimanche de 10 h à 17 h à Gateway House.

« Nous sommes très enthousiastes à ce sujet ! Nous avons eu un grand élan l’année dernière et nous espérons qu’un événement comme celui-ci n’aidera pas seulement les gens à devenir plus respectueux de l’environnement, mais qu’ils pourront aussi rencontrer les vendeurs de superbes articles sans plastique et s’engager davantage dans les sujets et événements écologiques », explique Kotan.

Elle explique que beaucoup de gens possèdent des tas d’objets cassés qui traînent chez eux, mais qu’ils gardent parce qu’ils savent qu’ils peuvent probablement être réparés et qu’ils conservent donc une valeur. Mais plus un objet reste cassé et inutilisé longtemps, plus il a de chances de finir à la poubelle.

« Nous rassemblons un groupe de personnes capables de réparer des objets. Actuellement, nous en avons qui peuvent réparer des chaussures, des vêtements simples, des sacs, des bagages, des piles de montres, des vélos, des bijoux et bien d’autres choses encore. Nous aurons également des vendeurs de nourriture et de détail, mais tous auront pour thème les produits durables ou recyclés », explique Mme. Kotan.

Elle précise que l’idée de la foire de réparation est née lorsqu’elle a rejoint le groupe Facebook « Phnom Penh Minimalist and Freecycle » lancé par Irina Chakraborty de Bong Bonlai et YK Art House.

Ce groupe est destiné aux personnes qui souhaitent donner les objets dont elles n’ont plus besoin et à celles qui souhaitent demander des conseils ou services au cas où quelqu’un voudrait recycler un objet au lieu de le jeter.

Après avoir remarqué que de nombreuses personnes postaient sur le groupe des objets dont elles se débarrassaient parce qu’ils étaient cassés, Kotan a décidé de réagir.

Sandy Kotan est la fondatrice de Only One Planet Cambodia, dont la mission est de réduire les déchets plastiques en proposant des alternatives respectueuses de l'environnement. Photo fournie
Sandy Kotan est la fondatrice de Only One Planet Cambodia, dont la mission est de réduire les déchets plastiques en proposant des alternatives respectueuses de l'environnement. Photo fournie

« Nous avons recherché sur Facebook les posts où les gens recommandaient des vendeurs. Nous avons demandé à nos amis, collègues et partenaires commerciaux. Nous voulions être sûrs que les personnes recrutées seraient fiables et compétentes. Les recommandations ont donc joué un rôle important dans le processus de sélection », explique-t-elle.

Trouver tous les participants nécessaires a toutefois demandé du temps et des efforts.

Les vendeurs au détail sont déjà bien au fait des « questions écologiques » et ils étaient tous très heureux de participer à un événement axé uniquement sur des produits écologiques comme les leurs. Les vendeurs de produits de réparation ont été un peu plus difficiles à convaincre, car c’est quelque chose de nouveau pour eux.

« Nous espérons qu’en participant, nous soutiendrons les vendeurs locaux et les aiderons à développer leur activité. Nous continuerons à les soutenir et à les recommander à l’avenir, et pas seulement pour cet événement. De nombreux ateliers de réparation sont de petites entreprises, il leur est donc difficile de fermer complètement leur boutique un dimanche pour y participer », explique-t-elle.

Selon Mme Kotan, le public devrait être motivé pour participer à la foire, car il est de plus en plus important de faire de réels efforts pour éviter que les articles ne se retrouvent dans les décharges, car le volume des déchets augmente d’année en année et les consommateurs ont pris l’habitude d’acheter du neuf au lieu de réparer.

Les ressources de la planète sont limitées, aussi, lorsqu’un objet est fabriqué, il doit être utilisé le plus longtemps possible afin que les gens n’aient pas à épuiser sans cesse les matières premières pour en fabriquer de nouveaux, compte tenu de l’augmentation de la population de la Terre et de la diffusion du consumérisme dans de nouveaux pays en développement, comme le Cambodge.

« Nous sommes vraiment à un tournant avec les micro-plastiques qui envahissent nos organes et notre système sanguin - et personne ne sait à quel point cela pourrait affecter notre santé. Nous savons déjà que cela affecte nos taux de fécondité et le développement de la petite enfance, mais il faudra encore des années avant d’en comprendre pleinement les conséquences », déclare Mme Kotan.
« Nous sommes vraiment à un tournant avec les micro-plastiques qui envahissent nos organes et notre système sanguin - et personne ne sait à quel point cela pourrait affecter notre santé. Nous savons déjà que cela affecte nos taux de fécondité et le développement de la petite enfance, mais il faudra encore des années avant d’en comprendre pleinement les conséquences », déclare Mme Kotan.

L'entrée à la foire est gratuite et tout le monde est invité à y participer. le public peut également apporter des articles comme le verre, les piles ou les plastiques souples pour les faire recycler.

Selon Mme Kotan, il est très difficile d’évaluer la fréquentation d’un événement sur Facebook, mais plus de 500 personnes ont répondu qu’elles étaient « intéressées » et elle espère que quelques centaines de personnes au moins viendront pour cette journée.

« Si nous obtenons plus que cela, je serai très heureuse », dit-elle.

Elle ajoute que si l’événement est réussi, elle pourrait organiser d’autres foires, mais qu’ils verront d’abord comment se déroule celle-ci. Mme Kotan indique également qu’elle finalise le lancement d’un site web bilingue « Eco Business » qui, espère-t-elle, deviendra une « ressource unique » pour tout ce qui concerne l’environnement au Cambodge.

Ce site dressera la liste des entreprises, telles que les restaurants, les bars, les hôtels et les magasins de détail, qui ont éliminé les plastiques à usage unique de leurs activités. Il constituera également une ressource consultable pour les articles et les publications, ainsi qu’un annuaire répertoriant les recycleurs. Il couvrira l’ensemble du Cambodge et comprendra également des cartes pour faciliter la recherche de lieux proches de chez vous, précise Mme. Kotan.

« Surveillez notre page Facebook pour plus d’informations, mais nous sommes très enthousiastes à l’idée de réaliser ce projet, car nous pensons qu’il rendra le '' passage au vert '' plus facile et plus accessible à tous les Cambodgiens. Soutenez les entreprises qui se soucient de notre avenir ! Apprenez-en plus ! Faites-en plus », dit-elle.

Le 22 avril est la Journée de la Terre et Only One Planet et ses partenaires veulent ramener le débat sur l’environnement au Cambodge, c’est pourquoi, en plus de la foire de réparation, ils organiseront des activités pour la Journée de la Terre.

Il y aura une projection gratuite du documentaire The Story of Plastic. Ce film de 90 minutes est doublé en khmer et du pop-corn et des sodas seront offerts aux 30 premières personnes qui se présenteront au Legend Cinema de Noromall le 22 avril à 14 heures. Le 23 avril, la version anglaise sera projetée au Coconut Park.

Puis, le 28 avril à 18 h 30 au bar Le Moon Rooftop, ils prévoient d’organiser une rencontre décontractée pour créer un réseau avec des personnes soucieuses de l’environnement et discuter de projets.

Lors d’une foire de réparation, les gens peuvent apporter leurs chaussures, vêtements, sacs, bagages, piles de montres, vélos, bijoux et autres pour les faire réparer par des experts. Photo fournie
Lors d’une foire de réparation, les gens peuvent apporter leurs chaussures, vêtements, sacs, bagages, piles de montres, vélos, bijoux et autres pour les faire réparer par des experts. Photo fournie

Lors d’une foire de réparation, les gens peuvent apporter leurs chaussures, vêtements, sacs, bagages, piles de montres, vélos, bijoux et autres pour les faire réparer par des experts. Photo fournie

« Nous prévoyons d’en faire un événement mensuel, avec un intervenant discutant d’un sujet pendant 10 à 15 minutes à chaque réunion, en guise d’introduction. Ce mois-ci, nous aimerions parler du projet de recyclage du verre Pay It Forward, mais la parole est libre pour tout ce qui vous passe par la tête », explique Mme Kotan.

L’association propose également le recyclage gratuit du verre, un projet qui a débuté au début du mois de novembre de l’année dernière. Elle précise que plus de 7 500 kg de verre ont été évités dans les décharges et qu’elle recherche d’autres lieux pour accueillir des points de collecte, notamment dans le quartier de Riverside.

Le programme est conçu pour s’autofinancer : une petite contribution des recycleurs permet de financer le transport et l’installation de nouveaux points de collecte.

« Nous pensons qu’il est important de veiller à ce que les sites ne supportent pas la charge financière de l’installation d’un point de collecte, car ils fournissent déjà la main-d’œuvre et le temps nécessaires pour que cela fonctionne - et c’est un travail pour eux », explique-t-elle.

Les entreprises qui sont actuellement des points de dépôt sont SUZY Anti-Cafe, Amanjaya Pancam Suites Hotel, Kinin, Bong Bonlai/YK Art House, Three Corner Coffee Roaster et Gateway to Khmer.

Kotan indique que le verre va à Gaea à Prek Pnov. Pour l’instant, ils ne font que le stocker, mais ils prévoient de faire venir une machine à concasser qui transformera le verre en sable. Gaea a de grands projets et essaient de trouver des moyens de retirer les articles réutilisables du flux de recyclage afin de les assainir et de les réutiliser, mais c’est un peu plus difficile d’un point de vue logistique.

Ce que j’aimerais voir se produire, c’est l’ouverture à Phnom Penh d’une « bibliothèque de prêt » d’articles réutilisables, qui pourrait inclure des livres, mais aussi d’autres articles. Nous pourrions alors disposer d’un point unique où les gens pourraient déposer ou récupérer gratuitement des articles en verre réutilisables, notamment des bocaux pour les producteurs locaux de yaourts, de confitures et de sauces. Tout le monde y gagnerait. Nous voyons constamment des gens qui recherchent ces articles en grande quantité sur le groupe minimaliste et de freecycling », dit-elle.

Pages Facebook pour plus d’informations : @onlyoneplanet @phnompenhfreecycle

Plus de détails sur l'événement ici

Roth Sochieata avec notre partenaire The Phnom Penh Post

Merci pour votre envoi !

  • Instagram
  • Facebook Social Icône
  • Gazouillement
  • LinkedIn Social Icône