Initiative & Environnement : Nouvelle Stratégie pour la campagne « Phnom Penh, ville propre 2021 »

Le projet, une initiative de l’Association internationale des jeunes et des étudiants pour la paix (AIEP-Cambodge), a annoncé le lancement de la campagne « Phnom Penh, ville propre 2021 », qui se déroule sur un mois depuis le 1er novembre avec une nouvelle stratégie et surtout l’espoir d’un soutien accru du public sous le slogan « nouvelles habitudes, habitudes propres ».

Nettoyage du boulevard Monivong
Nettoyage du boulevard Monivong

Hun Many a déclaré que ce projet avait été initié pour sensibiliser le public au problème des déchets de la capitale et l’inciter à contribuer à sa résolution.

Pour le cofondateur du projet, « Phnom Penh, ville propre » contribuera aux efforts déjà entrepris par les autorités et associations qui participent au nettoyage de la ville en incitant les habitants à adopter un mode de vie différent. Il pense que la campagne doublera sa popularité cette année et qu’elle constituera un réel exemple à suivre pour la jeune génération :

« J’espère que les campagnes de propreté menées ces cinq dernières années aideront le public à reconnaître que, même si nous ne pouvons pas changer les habitudes de tout le monde, nous espérons que nos efforts pourront changer celles d’un nombre suffisant pour faire une différence »

« Pour changer ces habitudes, nous devons changer l’état d’esprit en apprenant à adapter les modes de vie afin de ne plus jeter les déchets sans se soucier de l’environnement, mais en réfléchissant à l’impact qu’ils ont sur l’environnement et en les éliminant de manière appropriée », a ajouté Hun Many.

Le ministre de l’Environnement, S.E. Say Samal
Le ministre de l’Environnement, S.E. Say Samal

Le ministre de l’Environnement, S.E. Say Samal, a déclaré que ces campagnes contribueraient à atteindre l’objectif de faire du Cambodge un pays propre et moderne.

« Ce n’est pas seulement un geste pour Phnom Penh, mais aussi un mouvement collectif du peuple cambodgien, car nous avons parcouru un long chemin en partant de zéro avec le régime génocidaire », a-t-il déclaré.

« Jusqu’à présent, nous avons emprunté la voie de l’espoir et de la fierté pour notre pays. Cependant, il reste des problèmes qui doivent être résolus en permanence, comme la gestion des déchets solides pour nous et pour la nation. »

Il a ajouté que, concernant la protection environnementale, le ministère a formulé une politique conforme à la loi cambodgienne sur la gestion des déchets solides.

« Nous avons transformé notre politique par le biais des principes de décentralisation axés sur une gestion administrative infra-nationale appelée “politique de village -commune sûre”. Il a précisé que le ministère considérait également que le droit de vivre dans un environnement propre était une question de sécurité et de dignité.

La Campagne Phnom Penh, ville propre 2021 a été lancée virtuellement ce lundi. Photo ministère de l’Environnement
La Campagne Phnom Penh, ville propre 2021 a été lancée virtuellement ce lundi. Photo ministère de l’Environnement

Le ministre a affirmé que la campagne « Phnom Penh, ville propre 2021 » constituait un partenaire essentiel dans le cadre de l’action du ministère visant à éduquer les gens à ne pas jeter leurs déchets, car les ordures sont un problème social qui doit être résolu.

Le ministère espère également mettre un terme à l’utilisation des sacs en plastique au Cambodge dans les prochaines années, a-t-il ajouté.

Il a également fait remarquer que les assiettes, cuillères et fourchettes en plastique n’étaient plus importées et que, 99 % des boîtes en plastique utilisées actuellement étaient fabriquées localement grâce au recyclage.

« J’espère que dans un avenir proche, le problème des ordures sera réduit de façon drastique afin que nous ayons un environnement digne d’un pays qui tend vers la prospérité », a-t-il conclu.

Le gouverneur adjoint de Phnom Penh, Huot Hay, a expliqué qu’actuellement Phnom Penh était confrontée à trois principaux défis liés au maintien de l’ordre : les embouteillages, les canalisations d’évacuation des eaux usées bouchées et les ordures qui s’accumulent, la ville produisant actuellement 3 000 tonnes d’ordures par jour :

« L’encombrement des ordures est un gros problème. Le gouvernement a annoncé des réformes sur la gestion des déchets fin 2019, mais lorsqu’il s’agit de déchets, nous devons aussi évoquer les acteurs concernés, ainsi que la collecte, le transport et l’élimination sécurisée des ordures »

Il a ajouté que l’administration municipale de Phnom Penh avait conseillé aux habitants de trier les déchets en deux types : humides et secs. Les ordures doivent être déposées entre 18 et 21 heures et les entreprises de collecte des déchets les ramasseront de 21 heures à 5 heures du matin.

Hay Phirum, cofondateur du projet, a déclaré que, dans le cadre de la campagne « Phnom Penh, ville propre 2021 », ils ont également créé des dessins animés, promu des causes environnementales sur les médias sociaux et mené des enquêtes.

« Nous allons interviewer les responsables des principales institutions et entreprises qui ont l’expérience des pratiques d’élimination des déchets afin de partager des conseils clés avec ceux qui ne le font pas encore », a-t-il ajouté.

Il a rappelé qu’en 2020, le groupe avait également produit une vidéo TikTok avec le slogan : « Je suis belle - la propreté comme nouvelle habitude » afin d’inciter les jeunes à participer et de promouvoir des modèles de comportement pour une élimination correcte des déchets.

Lay Samean avec notre partenaire The Phnom Penh Post