Industrie : Le PM souhaite trouver d’autres opportunités pour l'exploitation pétrolière

La première entreprise pétrolière et gazière du Cambodge pourrait échouer en raison de la banqueroute de l’opérateur KrisEnergy, affirme le Premier ministre Hun Sen.

Industrie : Le PM souhaite trouver d’autres opportunités pour l'exploitation pétrolière

Banqueroute

« Nous avons annoncé la première goutte de pétrole le 29 décembre, mais le projet n’a pas atteint les 5700 barils prévus par jour, la compagnie n’a extrait que 1 000 barils par jour et se trouve à présent en faillite », a-t-il déclaré dimanche.

« Le pétrolier s’est également échappé. Nous n’avons pas pu l’arrêter à temps. Il a rejoint le territoire thaïlandais en emportant le pétrole brut. Mais nous avons encore beaucoup de pétrole dans les blocs et nous poursuivons nos efforts pour trouver des moyens de poursuivre l’activité. »

Le Cambodge a commencé à extraire son premier pétrole brut du bloc A dans ses champs du golfe de Thaïlande en décembre 2020, dans le cadre d’une coentreprise entre la société singapourienne KrisEnergy et le gouvernement.

Le 4 juin, KrisEnergy a annoncé qu’elle n’était plus en mesure de payer ses dettes.

La consolation de l’or

S.E Hun Sen a annoncé qu’il avait reçu un rapport du ministre des Mines, Suy Sem, selon lequel le pays pourrait commencer à raffiner 137 kilos d’or par mois.

« Heureusement, nous avons extrait de l’or et nous pouvons raffiner 137 kilos par mois », a-t-il déclaré.

« Il n’est pas encore pur à 99 %, mais à environ 90 %, ce qui nous permettra de tirer nos premiers revenus de l’or », a-t-il ajouté.

Le 21 juin, Renaissance Minerals a officiellement démarré son exploitation aurifère dans la région d’Okvau, dans le district de Keo Seima de la province du Mondolkiri. La société minière australienne a passé plus de dix ans à explorer les provinces du nord du Cambodge, mais elle va commencer à extraire et à raffiner avec un rendement attendu de trois tonnes par an pendant huit ans.

Le gouvernement cambodgien a évalué les ressources en or à 185 millions de dollars par an, dont quelque 40 millions devraient revenir à l’État sous forme de taxes et de redevances.

Avec l’aimable autorisation de Cambodianess