Humanitaire : Aider les travailleurs du bâtiment…

Elles sont parfois des dizaines de familles à s’entasser sous les colonnes de ces innombrables tours et immeubles en construction dans Phnom Penh. Elles viennent des provinces ou des quartiers pauvres de Phnom Penh, et s’installent sur le site du chantier pendant la durée de la construction, vivant ainsi des salaires de journaliers, cinq à sept dollars par jour, qui leurs sont accordés par l’entreprise. Si ce petit revenu leur permet de se nourrir à peu près convenablement, les conditions d’hygiène et les soins nécessaires pour les enfants en bas âge sont souvent négligés, faute d’argent, faute d’éducation. faute de temps… En effet, s’ils ne travaillent pas, ils ne perçoivent pas de salaire. La situation a alerté Honorine Fitte, fondatrice de l’association AAC (Actions Aides Cambodge) et Présidente de la Fondation Éléphant Blanc (FEB), et qui a décidé de se rendre sur le terrain.


Elle a vite constaté que ce sont les enfants qui avaient besoin d’aide. Évoluant dans un milieu poussiéreux et avec peu d’hygiène, dermatoses, infections et irritations se développent très rapidement. Munie de provisions, de vêtements, de produits de toilette et de parapharmacie, et appuyée par les élèves infirmières de l’IFSI de Bellevue à Saint-Etienne, Honorine et son équipe ont entrepris de refaire la tournée de quelques chantiers qu’elle avait visités auparavant pour recenser les besoins les plus urgents et d’intervenir ces jours-ci. C’est ainsi que plusieurs bébés malades ont pu être soignés par les infirmières françaises, que des provisions, des vêtements, ainsi que des médicaments basiques et produits d’hygiène ont pu être distribués. Pour en savoir plus, voir la page FaceBook de l’association.


APAC_FR_807X123_SERIES.gif

S'abonner à Cambodgemag

  • Instagram
  • Facebook Social Icône
  • Gazouillement
  • LinkedIn Social Icône