Hommage & Cambodge : Disparition de Chhang Song, ami des journalistes durant les années 1970

Chhang Song qui, pendant la guerre civile des années 1970, a servi de porte-parole militaire pour les médias nationaux et internationaux est décédé à l’âge de 83 ans à Long Beach, Californie.

Chhang Song
Chhang Song

Son décès a été confirmé par ses proches le 19 mai 2021.

Biographie

Né en 1939 dans la province de Takeo, Song avait obtenu une bourse pour étudier aux États-Unis au début des années 1960 et avait été diplômé de l’Université d’État de Louisiane en 1967.

Pendant la guerre civile du début des années 1970, il a été adjoint du porte-parole de la presse militaire Am Rong et, en 1974, ministre de l’Information. Il était l’une des principales sources d’information du gouvernement cambodgien sur le conflit pour la presse nationale et internationale.

Comme Song l’avait expliqué dans une interview à Phnom Penh en 2010, son rôle consistait à tenir les médias informés, à en dire suffisamment pour satisfaire les médias, mais sans révéler de secrets militaires.

Elizabeth Becker, une journaliste qui couvrait la guerre pour le Washington Post et qui écrira plus tard le livre « When the War is Over, Cambodia and the Khmer Rouge Revolution », a déclaré :

« Il était un bon ami des journalistes et a essayé d’être ouvert et honnête avec nous pendant les années les plus difficiles et les plus effrayantes »

« Les journalistes ont compté sur lui pendant la guerre et sont restés amis avec lui au fil des années », a-t-elle déclaré dans une interview par courriel. « Il aimait son pays. »

À l’époque, les forces khmères rouges soutenues par le prince Norodom Sihanouk, qui avait été évincé de la tête de l’État en 1970 et était désormais appuyé par la Chine, affrontaient les forces armées de ce qui était devenu la République du Cambodge, dirigée par Lon Nol et soutenu par les États-Unis.

Peu avant la victoire des Khmers rouges le 17 avril 1975, Song s’est exilé avec le maréchal Lon Nol à Hawaï — il était en fait le seul fonctionnaire cambodgien à l’accompagner.

Raymond Leos, qui est professeur adjoint de relations internationales à l’Université royale de droit et d’économie et qui a mené des recherches sur cette époque, a qualifié la mort de Song de grande perte pour les Cambodgiens :

« C’était quelqu’un qui avait une grande connaissance du Cambodge et de son histoire, et qui pouvait nous parler du Cambodge et de ce qui se passe aujourd’hui et faire référence au passé »

Alors que le pays évolue, a souligné M. Leos, il est toujours important de comprendre l’histoire pour les Cambodgiens qui cherchent à appréhender les événements actuels. Et Song était une grande source non seulement de connaissances, mais aussi de sagesse, a-t-il dit.

« Pour les Cambodgiens, il est toujours bon de se remémorer le passé, car nous avons besoin de comprendre ce qui se passe aujourd’hui », a déclaré M. Leo. « Nous avons besoin de personnes qui peuvent nous apporter la sagesse, la connaissance et les idées. Et Song était l’un d’entre eux.

« C’est une grande perte : c’est très triste », a ajouté Leo

Sao Phal Niseiy avec l'aimable autorisation de Cambodianess

40 vues0 commentaire