Histoire & Photographie : Au secours des survivants du génocide

Série d'images fortes et premières constatations de l'enquête menée par le DC-Cam pour améliorer les conditions de vie et de santé des survivants du régime de Pol Pot.

À l’issue des premiers entretiens, plusieurs constatations mettent en avant l’urgence d’agir auprès des survivants âgés.

Selon le DC-Cam, beaucoup de survivants sont en très mauvaise santé :

« Nous ne sommes pas en mesure de répondre dans l’immédiat aux besoins urgents des survivants qui sont déjà dans de mauvaises conditions physiques - mentalement et physiquement ».

Aussi, à mesure que les survivants vieillissent, leur mémoire s'estompe. Il s'agit d'un défi permanent qui s'aggravera avec le temps.

Dans de nombreuses enquêtes, les survivants ont fait part de leur désir sincère de voir leur histoire orale retranscrite pour la jeune génération afin de s'assurer que l'histoire ne soit pas oubliée.

Autre constat : les survivants handicapés n’ont pas accès aux services et aux ressources. Bien que ce projet aide ces personnes à y accéder, les ressources demeurent limitées pour cette population, et leurs handicaps ainsi que les mauvaises conditions économiques créent de sérieux challenges.

Ce que la violence, les atrocités de masse et les génocides prennent, le monde ne peut le remplacer. Aucune somme d’argent ne peut compenser les vies perdues et aucune forme de réparation ne peut effacer les dommages causés à la société, qui s’étendent sur plusieurs générations.

Plus de quarante ans se sont écoulés depuis la chute des Khmers rouges, et bien que le Cambodge ait fait de grands progrès pour surmonter les ombres de cette histoire horrible, il y a encore beaucoup à faire pour les survivants du génocide.

Bien que de nombreuses institutions se distinguent par le fait qu’elles abritent les effets résiduels des atrocités de masse, le système médical est l’une des institutions qui exige un plus grand soutien, non seulement en raison du mauvais état des lieux, qui a été exacerbé par la pandémie de COVID-19, mais aussi parce qu’il s’agit d’un moyen d’améliorer directement le bien-être des survivants du régime des Khmers rouges.

Parce que la justice est si difficile à réaliser, et qu’il est impossible de vraiment restaurer ce qui a été endommagé et perdu, le Centre de Documentation du Cambodge (DC-Cam) a donné la priorité à l’éducation comme complément aux formes traditionnelles de justice transitionnelle.

À bien des égards, l’éducation sur le génocide peut être un moyen de réaliser une forme de justice. DC-Cam utilise son programme d’éducation sur le génocide de manière à tirer parti de sa capacité inhérente à rendre la justice réparatrice et à prévenir la prochaine atrocité de masse et le prochain génocide.

De par sa nature même, l’éducation peut prévenir la violence, les conflits et même l’inhumanité à l’avenir, car elle incite les étudiants à analyser l’histoire et à réfléchir à la manière dont les conditions et les circonstances qui ont conduit au génocide et aux atrocités de masse du passé peuvent être évitées.

« À un autre niveau, toute éducation sur le génocide doit transmettre un sens de l’empathie pour les gens, et la façon dont l’inhumanité peut être instiguée et même rationalisée aux niveaux individuel, communautaire et national. »

Cependant, l’éducation peut également apporter un sentiment de justice réparatrice en plus de la prévention du génocide et des atrocités de masse.

Le régime des Khmers rouges n’est pas nécessairement responsable de la norme des soins médicaux au Cambodge aujourd’hui, mais il ne fait aucun doute que les Khmers rouges ont décimé la profession médicale au Cambodge.

Les professionnels, les universitaires et les experts, y compris les médecins, ont été arrêtés et la grande majorité de la communauté médicale a fui ou sont morts sous le régime. À la fin du régime des Khmers rouges, les soins médicaux étaient inexistants au Cambodge, et seule une poignée de professionnels de la santé aurait encore vécu dans le pays.

De même, les Khmers rouges ne sont pas non plus à l'origine des qualités qui résonnent dans de nombreux services de soins médicaux aujourd'hui ; cependant, à tous égards, le régime a perpétué, aggravé et augmenté les problèmes du Cambodge, dont l'un est une culture omniprésente de survivalisme et de comportement égoïste. L'idéologie khmère rouge étant axée sur la terreur des masses, le manque de compassion était un attribut inhérent à l'administration khmère rouge.

La compassion envers une autre personne pouvait être perçue comme un compromis dans l'adhésion à l'idéologie khmère rouge, et le compromis était toujours synonyme de faiblesse et de manque d'enthousiasme, qui étaient passibles de mort. C'est ce calcul cruel qui a imprégné tous les aspects de la vie cambodgienne sous le régime des Khmers rouges, et les vestiges de ce calcul mental et de cette perspective sont encore visibles dans de nombreuses professions et institutions où la compassion humaine est une éthique fondamentale.

Mais outre le fait qu’il s’agissait d’un principe clé de l’idéologie khmère rouge, le manque de compassion était également un mécanisme de survie commun aux victimes et à l’ensemble de la société cambodgienne. Dans les décennies qui ont suivi l’effondrement du régime khmer rouge, le Cambodge a connu des décennies de guerre, de famine et d’instabilité, qui ont pratiquement perpétué une culture où la survie était primordiale, et où le service désintéressé, le sacrifice et la compassion pour les autres étaient supplantés par des comportements égocentriques.

Par Youk Chhang et les volontaires du DC-Cam

 

À propos du DC-Cam

Le Centre de documentation du Cambodge (DC-Cam) a été fondé par l’Université de Yale et constitué en 1995 après que le Congrès américain a eu adopté la loi sur la justice du génocide cambodgien en avril 1994, qui a été signée par le président américain Clinton. Le gouvernement royal du Cambodge a également soutenu officiellement l’initiative. Le DC-Cam a reçu de nombreuses récompenses pour son travail de soutien à la mémoire et à la justice pour les victimes du génocide cambodgien.

Rien qu’en 2017, le DC-Cam a eu l’honneur de recevoir le prix des droits de l’homme Judith Lee Stronach décerné par le Center for Justice and Accountability, et Sa Majesté le roi Norodom Sihamoni a fait de Youk Chhang un Commandeur de l’Ordre royal du Cambodge en reconnaissance des services distingués rendus au Royaume du Cambodge.

En 2018, le DC-Cam a également été lauréat du prix Ramon Magsaysay, considéré comme le prix Nobel de l’Asie, pour la préservation de la mémoire historique dans un but d’apaisement et de justice.

Merci pour votre envoi !

  • Instagram
  • Facebook Social Icône
  • Gazouillement
  • LinkedIn Social Icône