Histoire : Norodom Sihanouk, une vie cambodgienne

L’homme qui fut tour à tour leader anticolonial, roi, Premier ministre, prince et figure de proue en exil est indissociable de l’histoire moderne de son pays, explique David Chandler.

Norodom Sihanouk, une vie cambodgienne
Norodom Sihanouk, une vie cambodgienne. Photo The Post

La mort de Norodom Sihanouk à Pékin le 15 octobre 2012 marquait la fin de l’une des carrières les plus remarquables de la politique internationale du siècle dernier. L’ancien roi du Cambodge a rempli tant de vies au cours de ses 89 ans d'existence.

Le bilan complet de son héritage est pour l’avenir, mais sa disparition donnait l’occasion d’évaluer le souvenir de cette figure mercuriale et passionnée.

Enfant unique, Sihanouk ne s’attendait pas à devenir roi du Cambodge. L’événement qui a conduit à cette issue a été la mort de son grand-père maternel, le roi Sisowath Monivong, en avril 1941. À l’époque, Sihanouk était un étudiant de 18 ans, doué, mais discret, dans un lycée de Saigon, d’où il a été arraché par les autorités coloniales françaises et couronné.

Les forces japonaises occupaient — avec l’accord de la France — l’« Indochine » (comprenant le Vietnam, le Cambodge et le Laos actuels) depuis le milieu de l’année 1941, et les Français pensaient que l’adolescent serait plus facile à gérer sur le trône du Cambodge que n’importe lequel des autres candidats.

Sihanouk leur rendit leur confiance en devenant un francophile à vie : il fera remarquer un jour que les deux personnages historiques qu’il vénérait le plus étaient le Bouddha et Charles de Gaulle.

En mars 1945, craignant une invasion alliée, les Japonais emprisonnent les fonctionnaires français dans toute la colonie et annoncent aux dirigeants locaux fantoches que leurs domaines sont désormais indépendants. Sihanouk réagit avec prudence et, quelques mois plus tard, une fois la guerre terminée, il accueille à nouveau les Français. Ce faisant, il fait preuve de ce qui allait devenir une caractéristique durable : une évaluation astucieuse des dynamiques politiques et un désir de rester au pouvoir.

Croisade pour l’indépendance

Au cours des années suivantes, alors que la France fait davantage de concessions au Cambodge, Sihanouk joue un rôle de constitutionnaliste. Mais en 1952, lorsqu’il juge que les Français sont en train de perdre la première guerre d’Indochine contre les guérillas vietnamiennes, il abandonne cette stratégie et lance une « croisade royale pour l’indépendance ». Il arrache le Cambodge aux Français à la fin de 1953, et le Royaume devient un État indépendant, six mois avant que le Vietnam n’obtienne officiellement son indépendance à la conférence de Genève de 1954.

Sihanouk, enhardi par son succès, abdique en 1955, nomme son père roi et fonde un mouvement politique qui remporte les élections la même année. Pendant les quinze années suivantes, jusqu’en 1970, le prince Sihanouk et son mouvement domine la politique cambodgienne.

Sihanouk a été successivement Premier ministre et chef d’État, et a acquis la réputation d’un leader dur, mais bienveillant.

Pourtant, son patriotisme, son affection sincère pour les Khmers du peuple et son irrépressible joie de vivre étaient contrebalancés par son impatience face aux problèmes économiques, sa répression de la dissidence et sa conviction que, quoi qu’il arrive, lui seul incarnait la nation cambodgienne.

Sur le plan régional et international, Sihanouk a mené une politique de « non-alignement ». Cela lui a permis de tenir le Cambodge à l’écart de l’escalade de la guerre du Vietnam aussi longtemps qu’il l’a pu, mais à mesure que la guerre s’intensifiait, sa chance a tourné.

En mars 1970, alors qu’il est en voyage à l’étranger, il est renversé par un coup d’État parlementaire proaméricain sans effusion de sang. Le Cambodge sera rapidement entraîné dans la guerre, avec des résultats dévastateurs prévisibles.

Les routes de l’exil

Sihanouk est enragé par sa destitution. Depuis son exil à Pékin, il s'allie à la Chine, au Nord-Vietnam et au mouvement communiste cambodgien, qu’il avait auparavant surnommé les Khmers rouges. Il exhorte ses alliés à libérer le Cambodge en son nom et, pendant les cinq années suivantes, il préside un gouvernement en exil qui donne une légitimité diplomatique aux Khmers rouges, dont les dirigeants ne lui ont jamais fait part de leurs projets au cas où ils parviendraient au pouvoir.

Lorsque les Khmers rouges entrent dans Phnom Penh le 17 avril 1975, Sihanouk reste le chef d’État en titre. Mais les Khmers rouges, radicaux et dotés de pouvoirs, ne lui laissent pas grand-chose à faire et, en 1976, ils l’assignent à résidence avec son épouse Monique dans la capitale.

Les Khmers rouges avaient alors baptisé leur régime « Kampuchéa démocratique » (KD) et inauguré une série de politiques utopiques meurtrières, dont certaines étaient empruntées à la Chine maoïste. En moins de quatre ans, ces politiques ont entraîné la mort prématurée de plus de 1,5 million de Cambodgiens, dont plusieurs enfants de Sihanouk.

En 1977, une guerre frontalière éclate avec le Vietnam (unifié depuis la fin de la guerre le 30 avril 1975). Lorsque le Vietnam envahit le KD à la fin de 1978, les autorités khmères rouges libèrent Sihanouk et l’envoient à New York pour plaider la cause du KD aux Nations unies. Mais début janvier 1979, les forces vietnamiennes atteignent Phnom Penh et le KD s’effondre. Sihanouk s’exile à nouveau à Pékin et séjourne cette fois en Corée du Nord, où il est l’invité de Kim Il-Sung, avec lequel il s’était lié d’amitié dans les années 70.

Le régime socialiste établi à Phnom Penh lutte pendant les années 1980 pour restaurer le pays après le chaos infligé par Pol Pot. Le régime — dominé après 1979 par le Parti du peuple cambodgien (PPC) — est gêné par le fait que, pour des raisons liées à la guerre froide, le KD conserve le siège du Cambodge aux Nations unies.

En conséquence, aucune aide de l’ONU et très peu d’aide de pays extérieurs au bloc soviétique n’ont atteint le Cambodge pendant plus de dix ans après le renversement des Khmers rouges.

Sihanouk passe les années 1980 à présider un « gouvernement de coalition en exil » composé de factions royalistes, non royalistes et du KD, opérant depuis la Thaïlande. Cette concoction fallacieuse a permis à un représentant du KD de conserver le siège du Cambodge à l’ONU.

Après de longues négociations, une conférence multinationale se réunit à Paris en octobre 1991 et accepte de placer le Cambodge sous un protectorat des Nations unies en attendant des élections nationales.

Les cercles du pouvoir

Vers la fin de 1992, Sihanouk rentre chez lui pour la première fois depuis treize ans. Il est accueilli à Phnom Penh par une foule tumultueuse. Jusqu’à la fin du mandat des Nations unies, il préside le Conseil national suprême, subordonné à l’Autorité transitoire des Nations unies au Cambodge (Untac), qui poursuit sa mission lourde et coûteuse.

Des élections nationales parrainées par l’ONU ont lieu en juillet 1993 et attirent aux urnes plus de 90 % des électeurs inscrits : un succès énorme et relativement pacifique. Le parti royaliste dirigé par Norodom Rannaridh, le fils aîné de Sihanouk, remporte le plus grand nombre de voix, mais Sihanouk sait que le Parti du peuple cambodgien, arrivé deuxième, considère la victoire royaliste comme une usurpation.

Le prince cajole les royalistes pour qu’ils concluent un accord fragile de partage du pouvoir avec le PPC, qui dominait auparavant, et cela a duré cinq ans de plus. Ce faisant, il s'éloigne des électeurs royalistes, tout en prévenant une éventuelle guerre civile et en gagnant une certaine liberté de manœuvre pour lui-même.

À la fin de 1993, Sihanouk est couronné roi du Cambodge pour la deuxième fois. Il insiste alors sur la restauration d’une foule de symboles datant d’avant 1970 : le drapeau cambodgien utilisé à cette époque, les noms de rues de Phnom Penh, l’hymne national et les uniformes militaires. Ces arrangements nostalgiques ont fait oublier le coup d’État de 1970 et toutes les années qui ont suivi.

Le Sihanouk des années 1990 est toujours aussi énergique et ambitieux, mais le Premier ministre Hun Sen, restreint ses ambitions politiques. Sihanouk passe une grande partie de son temps à Pékin. En 2004, il abdique pour la deuxième fois et son fils cadet Norodom Sihamoni, lui succède.

Pendant les huit années suivantes, Sihanouk, désormais connu sous le nom de Roi-Père, vit la plupart du temps à Pékin. À la fin de la décennie, sa santé se détériore et, selon ses proches, il aborde la vie avec une retenue inhabituelle.

Norodom Sihanouk est indissociable de l’histoire du Cambodge du XXe siècle et il est difficile d'effectuer une évaluation équilibrée de sa carrière politique de soixante-dix ans. Il a certainement pris le devant de la scène durant ses années de pouvoir dans les années 1950 et 1960, et à cette époque, il a foulé la scène mondiale avec ferveur, confiance et brio. Il a également commis de nombreuses et graves erreurs, comme sa confiance envers les Khmers rouges au début.

Aujourd’hui, l’époque où Sihanouk dirigeait le Cambodge n’est pas enseignée dans les écoles cambodgiennes. Il est donc utile de se rappeler que ce descendant des rois d’Angkor, travailleur, éloquent et plein de vie, a fait preuve tout au long de sa longue et parfois tumultueuse vie d’un engagement indéfectible envers le Cambodge et d’une identification sincère avec son peuple.

 

L'auteur David Chandler est professeur de relations internationales et directeur du Centre d'étude de la démocratie, au département de politique et de relations internationales de l'université de Westminster. Il est l'éditeur fondateur du Journal of Intervention and Statebuilding et d'une revue intitulée Resilience : International Policies, Practices and Discourses.

Avec l'aimable autorisation d'Opendemocracy.net


Merci pour votre envoi !

  • Instagram
  • Facebook Social Icône
  • Gazouillement
  • LinkedIn Social Icône