Exposition & Chhan Dina : « N’oubliez pas qui vous êtes et protégez la nature »

L’artiste cambodgienne Chhan Dina espère transmettre deux messages à travers sa dernière exposition à Phnom Penh.

L'artiste cambodgienne Chhan Dina avec ses peintures dans la galerie du Sofitel Phnom Penh Phokeethra. Photo: Michelle Vachon
L'artiste cambodgienne Chhan Dina dans la galerie du Sofitel Phnom Penh Phokeethra. Photo: Michelle Vachon

Fly no Fear

L’exposition de l’artiste cambodgienne Chhan Dina « Fly No Fear » porte un message clair : bien que nos vies aient été bouleversées depuis un an à cause de la pandémie, nous ne devons pas oublier qui nous sommes et il faut poursuivre notre chemin autant que possible.

« Cette période est une période difficile », dit-elle. « Vous pensez à la nature. Vous réfléchissez aux gens qui vous entourent. Vous vous dites oh j’ai peur… je ne peux pas faire ceci ni cela ».

« Essayez de faire de votre mieux », ajoute Dina.

« C’est le message : efforcez-vous de faire de votre mieux… Comme si vous pouviez voir apparaître le résultat en essayant : vous devez d’abord tenter »

Ainsi, pour cette exposition qui a lieu à la galerie d’art de l’hôtel Sofitel Phnom Penh Phokeethra, Dina a peint sur un thème qui lui tient à cœur : les superbes oiseaux du Cambodge dont l’habitat naturel est mis en péril par le développement.

Cette artiste de Phnom Penh les a peints en touches légères, silhouettes se déplaçant avec élégance sur le sol ou dans les airs, à l’aide de peinture acrylique et d’encre sur toile.

Dans un tableau, par exemple, un oiseau se dresse sur ses longues pattes près d’un plan d’eau suggéré par des touches de bleu, de brun, de rouge foncé, de jaune pâle et de noir.

Peinture d'un oiseau à l'état sauvage au Cambodge par l'artiste Chhan Dina. Photo: Sofitel Phnom Penh Phokeethra
Peinture d'un oiseau à l'état sauvage au Cambodge par l'artiste Chhan Dina. Photo: Sofitel Phnom Penh Phokeethra

Dans une autre toile, une nuée d’oiseaux s’envole. Tracée en noir sur un fond bleu et gris, cette représentation presque abstraite illustre la vitesse à laquelle ils se déplacent et leur liberté.

À propos

Née à Phnom Penh au milieu des années 1980, Dina participe à la scène artistique cambodgienne depuis de nombreuses années. Titulaire d’un diplôme de professeur, elle a d’abord enseigné l’art dans une école privée avant de devenir artiste à plein temps.

« Cela fait 20 ans que je travaille en tant qu’artiste : Je travaille tous les jours », déclare Dina. « J’expose et je collabore avec des jeunes — la nouvelle génération — d’autres artistes au Cambodge et aussi dans d’autres pays »

Au milieu des années 2010, des voyages dans la province de Mondolkiri et au lac Tonlé Sap, dans la province de Siem Reap, lui ont fait prendre conscience de la beauté des oiseaux du Cambodge et de la menace qui pèse sur leur environnement chaque fois que des arbres sont coupés ou des plaines inondables aménagées.

« Parfois, je ne comprends pas : ils coupent un grand arbre et ensuite ils plantent un petit arbre : je ne comprends pas », dit Dina. « Nous devrions travailler ensemble, car nous vivons tous au même endroit ».

Michelle Vachon avec l'aimable autorisation de Cambodianess