top of page
Ancre 1

EuroCham & Interview : Son Excellence Carmen Moreno, ambassadrice de l'Union européenne au Cambodge

Entretien réalisé par EuroCham avec Son Excellence Carmen Moreno, ambassadrice de l’Union européenne au Cambodge, sur les liens croissants de l’UE avec le Cambodge et le rôle important que jouent les jeunes pour façonner l’avenir du pays.

Son Excellence Carmen Moreno, ambassadrice de l'Union européenne au Cambodge
Son Excellence Carmen Moreno, ambassadrice de l'Union européenne au Cambodge. Photo fournie

EuroCham : Dans quels domaines souhaiteriez-vous voir une coopération accrue et un engagement plus actif entre l’UE et le Cambodge ?

S.E. Moreno : La coopération entre l’Union européenne et le Cambodge est déjà très large et a évolué au fil des années, passant d’un cadre d’engagement bilatéral à une coopération multilatérale plus large. Cette évolution a permis d’élargir les relations à des aspects nouveaux et plus divers, tant dans le contexte du redressement post-pandémique que dans celui de la gestion des conflits internationaux et régionaux.

Nous avons travaillé ensemble dans le cadre du partenariat stratégique UE-ASEAN et nous avons coopéré dans d’autres cadres, telles que les Nations unies ou l’ASEAN.

« L’Europe reste l’un des marchés les plus importants pour les exportations cambodgiennes, et l’Union européenne et ses États membres, ainsi que Team Europe, continuent d’être l’un des principaux donateurs en termes de subventions, tandis que notre portefeuille de prêts s’est étoffé pour soutenir les investissements publics. »

Notre programme de coopération actuel (2021-2027) a été élaboré en consultation avec le gouvernement et en soutien à la prochaine sortie du statut de PMA, prévue pour 2027. Nos programmes se concentreront sur la promotion de la croissance verte et des emplois décents, tant dans l’agriculture que dans l’industrie, afin de renforcer l’accès aux marchés d’exportation. L’éducation et les compétences restent une priorité et sont essentielles pour accroître la compétitivité du Cambodge et offrir de meilleures possibilités d’emploi à la population.

Enfin, nous continuerons à travailler au renforcement de la bonne gouvernance, en soutenant fermement la réforme de la gestion des finances publiques. La coopération avec la société civile est un autre fondement important de notre engagement bilatéral. Nous continuons à travailler avec les organisations de la société civile, très dynamiques et riches, afin de promouvoir la participation et d’accroître la responsabilité, la transparence et l’égalité dans la fourniture des services publics. Il existe une coopération très solide et globale entre l’Union européenne et le Cambodge qui, nous l’espérons, continuera à se développer dans les années à venir.

EuroCham : EuroCham a collaboré avec la Délégation de l’UE sur A Night out in Europe - un événement pour lancer la Central & Eastern European Business Association et célébrer la culture européenne. Voyez-vous des opportunités particulières entre cette région et le Cambodge, qu’elles soient commerciales ou autres ?

S.E. Moreno : Le lancement de la Central & Eastern European Business Association témoigne de l’intérêt croissant des entreprises européennes pour le Cambodge. Pour soutenir la croissance dans les années à venir, le Cambodge devra accroître sa connectivité avec la région et les chaînes de valeur internationales. Le Cambodge doit développer ses infrastructures, sa connectivité commerciale et sa compétitivité et attirer des investissements étrangers de plus grande valeur dans le pays afin de garantir un accès continu aux marchés les plus exigeants, tels que le marché européen. Il existe donc de nombreuses opportunités pour les investisseurs européens et pour l’UE de continuer à travailler avec le Cambodge afin d’accroître sa compétitivité, de s’adapter aux exigences des marchés neutres en carbone et d’attirer des investissements de plus grande valeur.

EuroCham : Pourriez-vous nous en dire un peu plus sur la Journée de la jeunesse du 25 mai à la délégation de l’UE et sur la manière dont il promeut l’autonomisation des jeunes ?

S.E. Moreno : Cette année, nous avons lancé notre Youth Sounding Board (YSB). Nous avons sélectionné un groupe de seize jeunes Cambodgiens engagés et dévoués, qui travailleront avec nous pour apporter le point de vue des jeunes dans notre travail. La population cambodgienne est très jeune et nous souhaitons que ce YSB nous aide à aller à sa rencontre, afin de mieux comprendre ses besoins et ses espoirs pour l’avenir. Nous avons consacré cette Journée de l’Europe à explorer, avec nos partenaires et nos visiteurs, la manière dont les jeunes peuvent contribuer à la création d’un avenir vert, par leurs actions individuelles et par l’intermédiaire de leurs communautés. Nous réfléchirons au potentiel des initiatives et des contributions des jeunes et nous lancerons un défi à notre YSB et à nos amis au cours des prochaines semaines.

EuroCham : Le Youth Sounding Board est une nouvelle initiative très intéressante qui permet aux jeunes cambodgiens de plonger dans le monde de la diplomatie internationale. Qu’attendez-vous de ce programme et comment le voyez-vous évoluer ?

S.E. Moreno : L’autonomisation des jeunes est une priorité absolue pour l’Union européenne, et en particulier pour la commissaire chargée des partenariats internationaux, Jutta Urpilainen, qui a encouragé la création de ces conseils de la jeunesse, afin d’impliquer les jeunes dans l’élaboration et la mise en œuvre des politiques et de l’action extérieure.

« Nous en sommes encore aux premières étapes de cette initiative au Cambodge. Nous voulons commencer par offrir un espace aux membres des YSB pour qu’ils puissent présenter leurs points de vue et prouver leur capacité à changer les choses et à avoir un impact sur leurs amis et leurs communautés, par le biais de l’action et de l’engagement.»

Nous aimerions également offrir un espace à ces jeunes pour qu’ils puissent travailler en réseau et discuter des perspectives de la jeunesse avec d’autres groupes. Nous visons à fournir des outils et des connaissances qui leur permettraient de mieux comprendre les politiques qui les affectent et leur mise en œuvre, et pour cela nous rechercherons la collaboration de tous nos partenaires, les États membres européens, EuroCham, la famille des Nations Unies, le gouvernement et la société civile. Enfin, nous souhaitons également faciliter l’engagement des jeunes entrepreneurs et des entreprises, en encourageant l’innovation dans le pays, afin de faciliter la compréhension de toutes les manières possibles pour les jeunes de s’engager et de contribuer.

EuroCham : Vous défendez depuis longtemps les initiatives vertes et le développement durable. Le Cambodge est-il sur la bonne voie et quels changements majeurs souhaiteriez-vous voir s’opérer pour améliorer la situation ?

S.E.M. Moreno : Le gouvernement cambodgien a déjà réalisé des avancées significatives dans des politiques clés telles que la politique nationale d’efficacité énergétique et le nouveau plan de développement de l’énergie, qui fixent des objectifs pour une utilisation accrue des énergies renouvelables, et la contribution déterminée au niveau national (CDN), qui fixe des objectifs pour la réduction des émissions de gaz à effet de serre (GES).

« Le Cambodge a été le premier pays de l’ASEAN et le deuxième PMA au monde à adopter une stratégie nationale à long terme pour la neutralité carbone. »

La loi nationale sur l’investissement prévoit également des mesures d’incitation pour encourager l’utilisation d’énergies vertes et l’adoption de technologies et d’innovations en faveur de l’adaptation au climat et de l’atténuation de ses effets.

Ces politiques et réglementations doivent être développées et mises en œuvre, et un cadre d’investissement public doit refléter les engagements du Cambodge et mettre en place les conditions permettant aux investisseurs privés de s’adapter à la transition énergétique nécessaire.

À l’approche de l’obtention du statut de PMA, le Cambodge devra adapter son modèle de croissance actuel en promouvant et en développant une industrie verte, notamment dans le secteur agroalimentaire, plus compétitive et plus innovante. Le secteur privé doit être soutenu dans cette transition verte par des réglementations et des incitations favorables.

Comments

Rated 0 out of 5 stars.
No ratings yet

Add a rating

Merci pour votre envoi !

bottom of page