top of page
Ancre 1

EuroCham & Entretien : Sven Callebaut, conseiller en stratégie commerciale

Nous avons interviewé le conseiller en stratégie commerciale et collaborateur de longue date d’EuroCham, M. Sven Callebaut, avant le Sommet des affaires ASEAN-Cambodge, où il participera en tant que modérateur au panel « Naviguer dans les frontières numériques ». M. Callebaut est conseiller auprès du ministère cambodgien du Commerce et directeur de TradeWorthy, une société de conseil en commerce basée en Australie.

Sven Callebaut, conseiller en stratégie commerciale
Sven Callebaut, conseiller en stratégie commerciale

La vaste expertise de M. Callebaut couvre le commerce international, l’intégration régionale, la politique commerciale numérique et la transformation également numérique pour les gouvernements de la région Asie-Pacifique.

EuroCham : Nous sommes ravis de vous compter parmi les modérateurs de notre table ronde sur la navigation aux frontières numériques

Sven: merci EuroCham de me donner l’occasion de partager quelques réflexions sur la trajectoire de développement du Cambodge et de m’avoir invité à animer une table ronde lors du prochain sommet.

EuroCham : Pourriez-vous nous donner un petit aperçu de la manière dont la numérisation modifie le commerce transfrontalier et où voyez-vous un potentiel dans ce secteur ?

Sven: la numérisation a radicalement changé la façon dont le commerce est effectué à travers les frontières. Le flux d’informations accompagnant les marchandises est beaucoup plus rapide, plus fluide et plus prévisible grâce à la numérisation. Très bientôt, commerce et commerce électronique deviendront synonymes, car aujourd’hui, tous les échanges, en particulier les échanges de services, comportent une partie « e », qu’il s’agisse de l’approvisionnement, de contrats ou du paiement.

« Je ne suis pas en train de prêcher dans le désert : la région Asie-Pacifique abrite certaines des économies numériques qui connaissent la croissance la plus rapide au monde. »

En 2021, l’économie numérique de la région était évaluée à 3 200 milliards de dollars et devrait atteindre 7 100 milliards d’ici à 2025. L’économie numérique de l’ASEAN devrait tripler d’ici la fin de la décennie grâce à l’adoption naturelle de ces technologies, passant d’environ 300 milliards de dollars à près de 1 000 milliards de dollars d’ici 2030. Les règles progressives de l’accord-cadre sur l’économie numérique (DEFA) doubleraient cette contribution en valeur, débloquant 2 000 milliards de dollars pour l’économie numérique de l’ANASE.

EuroCham : Vous avez été l’un des principaux promoteurs du Cambodge dans vos différents rôles de conseiller du gouvernement, de partenaire de mise en œuvre via TradeWorthy et, plus récemment, d’auteur principal du « Handbook on Investing in Cambodia », publié en juillet dernier par le CDC et le DFAT. Qu’est-ce qui vous enthousiasme dans l’avenir à court terme du Cambodge ?

Sven:: mes 20 années passées au Cambodge ont fait de moi un observateur attentif du développement économique et commercial du pays. J’ai eu la chance d’être consulté ou invité à contribuer à ce développement et je suis reconnaissant d’avoir pu le faire.

« Le Cambodge suit le modèle de développement de nombreux autres pays en développement avant lui, mais d’une manière accélérée. »

Nous nous éloignons progressivement de la dépendance à l’égard d’un seul produit d’exportation (GFT) et une part importante du PIB est générée par l’industrie légère et, plus important encore, par les services (au-delà du tourisme).

Pour répondre à votre question, ce qui m’enthousiasme, c’est la manière dont nous allons traduire toutes les opportunités créées par les accords bilatéraux et de libre-échange que le Cambodge a signés.

Le ministère du Commerce a travaillé sans relâche pour y parvenir, en étroite collaboration avec d’autres agences et le secteur privé. Cet accès préférentiel au marché donne à nos exportateurs une chance unique de profiter des quelques années qui restent avant que le Cambodge ne quitte le statut de pays moins avancé pour explorer de nouveaux marchés, ajouter de la valeur à leurs produits et, plus important encore, accroître leur compétitivité. C’est là que se situe l’avenir proche : accroître la compétitivité des PME cambodgiennes afin qu’elles puissent faire partie des chaînes de valeur régionales et mondiales et soutenir les investisseurs étrangers qui arrivent dans le pays, notamment à la suite de la mise en œuvre de la nouvelle loi sur l’investissement.

EuroCham : L’intégration économique est un thème clé du sommet et le Cambodge occupe une position très stratégique au cœur de l’ASEAN. Que signifie pour vous l’intégration économique et comment peut-elle aider le Cambodge à tirer parti de cette position stratégique ?

Sven: oui, le Cambodge dispose d’un marché captif au sein de la Communauté économique de l’ASEAN, mais n’oublions pas que beaucoup de nos concurrents produisent et exportent les mêmes produits, et parfois les mêmes services, et qu’ils ont pratiquement le même accès au marché.

« L’emplacement est important, mais le climat des affaires, le cadre juridique et réglementaire, la prévisibilité et les compétences le sont tout autant. »

En tant que membre le plus jeune de l’ASEAN, le Cambodge avait beaucoup de retard à rattraper, apprenant de ses pairs, mais en développant son propre chemin et sa propre trajectoire. L’accélération de la croissance a été renforcée par la participation au bloc et, plus récemment, au RCEP (partenariat économique régional) : cela rappelle l’importance de l’intégration régionale.

De même, le commerce du Cambodge a bénéficié de son adhésion à l’OMC en 2003, ce qui rappelle que l’intégration mondiale et multilatérale est tout aussi importante, en particulier dans le cadre de la nouvelle doctrine de « diplomatie économique » lancée par le Ministère des Affaires étrangères et de la Coopération internationale.

EuroCham : Selon vous, quel est le secteur qui nécessite le plus d’attention pour améliorer les relations économiques entre l’ASEAN et l’Europe ?

Sven: n’oublions pas que l’accord UE-ASEAN demeure un objectif à long terme. Les accords bilatéraux de libre-échange (ALE) entre l’UE et les pays du bloc peuvent servir de base à la réalisation de cet objectif. Jusqu’à présent, l’UE a achevé les négociations en vue d’accords bilatéraux avec deux d’entre eux (Singapour en 2014 et le Vietnam en 2015), tandis que les négociations avec la Malaisie et les Philippines sont actuellement en suspens. Les négociations avec l’Indonésie sont en cours et celles avec la Thaïlande ont repris récemment. Nous progressons donc !

« Il faut être deux pour danser le tango, il est donc important de se rappeler qu’en échange de l’accès au marché, l’UE attend des améliorations dans plusieurs domaines. »

À la lumière des négociations bilatérales passées, je dirais que les normes - tant pour les biens que pour les services - sont des domaines clés. Une infrastructure de haute qualité a des effets positifs directs, notamment une plus grande efficacité, une sécurité accrue, une réduction de l’impact sur l’environnement et une fourniture plus efficace de biens et de services publics.

À cet égard, les bureaux EuroCham dans les états membres de la communauté de pays jouent un rôle essentiel, à la fois comme lieu de rencontre et comme endroit où l’on peut alimenter et maintenir la dynamique des conversations entre les entreprises de l’UE et celles de l’ASEAN.

À l’avenir, il est important que le secteur privé, par le biais de mécanismes de dialogue public-privé tels que le G-PSF, comprenne comment les entreprises peuvent jouer un rôle dans l’élaboration de futurs accords commerciaux.

EuroCham : Si vous étiez un investisseur disposant d’un million de dollars américains à investir au Cambodge, où dépenseriez-vous votre argent ?

Sven: c’est une question délicate : non pas à cause du manque d’opportunités, mais parce qu’il y en a trop ! D’après mes observations récentes, en travaillant avec des programmes comme ARISE Plus Cambodia et CAPRED du DFAT, j’investirais dans l’emballage - des produits durables ! les cultures intermédiaires - nous ne pouvons pas garder ces avocats de Mondolkiri et d’autres cultures de rente pour nous seuls -, l’éducation - les normes ne cessent de s’améliorer - et, bien sûr, la numérisation.

Si j’avais 10 millions de dollars, je consulterais le Handbook on Investing in Cambodia qui vient d’être publié par le CDC et qui contient une mine d’informations sur les endroits où investir, les secteurs prioritaires et les incitations qui les accompagnent !

Par EuroCham Cambodge

Comments

Rated 0 out of 5 stars.
No ratings yet

Add a rating

Merci pour votre envoi !

bottom of page