top of page

Environnement : Inquiétudes autour de la réserve naturelle de Phnom Tamao

Le ministre de l’Agriculture, des Forêts et de la Pêche, Veng Sakhon, a déclaré toutefois que les projets de développement et les échanges de terres qui ont lieu dans la région de Phnom Tamao n’affecteront pas le parc zoologique et le centre de sauvetage de la faune sauvage de Phnom Tamao ni la réserve qui s’étend sur 400 hectares.

centre de sauvetage de la faune sauvage de Phnom Tamao
Centre de sauvetage de la faune sauvage de Phnom Tamao. Photo Mohd Fazlin Mohd Effend

Dans une lettre au Conseil des ministres datée du 28 avril, les déclarations de M. Sakhon visaient apparemment à apaiser les inquiétudes soulevées par l’ONG Wildlife Alliance.

L’information sur les échanges de terres dans le sanctuaire a suscité l’inquiétude de Suwanna Gauntlett, fondatrice et directrice générale de Wildlife Alliance, qui a demandé l’intervention immédiate du Premier ministre Hun Sen pour mettre un terme à l’échange de 500 hectares de terres qui serait en train d’être effectué afin que les terrains puissent être développés par une société privée non spécifiée.

Suwanna Gauntlett, fondatrice et directrice générale de Wildlife Alliance
Suwanna Gauntlett, fondatrice et directrice générale de Wildlife Alliance

Mme Gauntlett a demandé une visite de courtoisie au Premier ministre et a sollicité son intervention pour arrêter le plan de développement supervisé par le ministère. Elle a déclaré que si le plan de projet était approuvé et mis en œuvre, la zone de Phnom Tamao — située dans le district de Bati de la province de Takeo — serait divisée en deux parties, affectant « plus de 1 000 espèces sauvages et leurs habitats ».

Elle a fait remarquer que cela affecterait également la réputation du centre, détruirait toutes les réalisations du Cambodge de ces 20 dernières années en matière de protection de l’environnement et rendrait impossible pour son ONG de continuer à contribuer au projet.

De même, Nick Marx — directeur de l’ONG Wildlife Rescue and Care — a déclaré dans un clip vidéo mis en ligne le 16 mai que, grâce à la coopération entre l’administration forestière et son ONG au cours des 20 dernières années, Phnom Tamao était devenu un lieu stratégique pour le sauvetage et la préservation de la faune.

Nick Marx — directeur de l’ONG Wildlife Rescue and Care
Nick Marx — directeur de l’ONG Wildlife Rescue and Care

Il s’inquiète de ce que le projet de développement de Phnom Tamao ne détruise un lieu propice à la vie sauvage et un endroit où les Cambodgiens peuvent se rendre pour s’informer sur la vie sauvage.

« Moi-même, ainsi que d’autres défenseurs de la nature, supplions le Premier ministre Samdech Hun Sen de ne pas toucher à Phnom Tamao, pour la sécurité de sa faune et de sa flore et pour qu’il reste un lieu de villégiature naturel pour les habitants de Phnom Penh et des environs », a-t-il déclaré dans un clip vidéo.

Toutefois, le ministre a déclaré que l’échange de terres n’affecterait pas le centre de sauvetage, qui couvre plus de 400 hectares et est entouré de 8 394 mètres de clôture, ainsi que les infrastructures physiques qui y ont été construites. Il a également précisé que cela n’affecterait pas l’assistance fournie par Wildlife Alliance ni le protocole d’accord entre l’ONG et le ministère.

« L’échange de terres à Phnom Tamao est nécessaire pour que le gouvernement puisse développer la zone afin d’augmenter les revenus de la population et de l’économie locale dans son ensemble, ainsi que pour fournir davantage de capitaux pour d’autres projets stratégiques, tels que la rénovation du parc animalier et pour que le parc naturel de Phnom Tamao soit économiquement compétitif et génère des revenus », écrit M. Sakhon.

Centre de sauvetage de la faune sauvage de Phnom Tamao. Photo Mohd Fazlin Mohd Effend
Centre de sauvetage de la faune sauvage de Phnom Tamao. Photo Mohd Fazlin Mohd Effend

La lettre de M. Sakhon ne précise pas quelles terres seront échangées avec la zone de Phnom Tamao ou à l’intérieur de celle-ci.

Selon un avis publié le 14 janvier par le Conseil des ministres, le gouvernement avait donné son accord de principe pour un échange de terres de 500 ha situées au centre de secours de Phnom Tamao en échange de la création du parc Safari Angkor sur 250 ha dans les districts de Banteay Srei et Svay Leu de la province de Siem Reap, plus la création d’un parc dans le Mondolkiri couvrant plus de 472 ha.

Effets négatifs

Sok Vichea, un chercheur en biodiversité, a déclaré que le développement de la zone pourrait avoir des effets négatifs sur la faune de Phnom Tamao avec des interruptions d’habitat dues au bruit, aux substances chimiques et au défrichage de la forêt pour le développement, qui, selon lui, devrait se faire loin de cette zone.

« Si l’entreprise utilise la zone pour élever des animaux, ce ne sera pas un problème. Mais si elle est utilisée pour construire une usine, cela affectera la vie sauvage », a-t-il déclaré.

Ny Kosal, un résident vivant dans la commune de Kandeoung, dans le district de Bati de la province de Takeo, où se trouve le parc zoologique, estime que le développement a toujours un certain impact, mais qu’il devrait être applaudi si le projet est dans l’intérêt public :

« La zone n’est actuellement pas développée et il est temps de changer cela. L’ONG et le gouvernement devraient expliquer à la population locale ce qu’ils ont l’intention de faire afin qu’elle comprenne ce qui se passe et puisse trouver un moyen de bénéficier du développement de la zone », dit-il.

Orm Bunthoeurn avec notre partenaire The Phnom Penh Post

Merci pour votre envoi !

  • Instagram
  • Facebook Social Icône
  • Gazouillement
  • LinkedIn Social Icône
bottom of page