Environnement : Cambodge, Philippines et Thaïlande, pays les plus exposés au changement climatique

Moody’s Investors Service a déclaré jeudi dernier que le Cambodge faisait partie des trois pays de la région Asie-Pacifique les plus exposés aux risques d’inondation liés au changement climatique.

Inondation au Cambodge. Photographie Thearat Touch EU/ECHO
Inondation au Cambodge. Photographie Thearat Touch EU/ECHO

Dans un récent communiqué, Moody’s annonce que les risques climatiques tels que l’élévation du niveau de la mer, les sécheresses, les inondations et les incendies de forêt étaient particulièrement négatifs pour les notations de crédit des marchés émergents.

« De nombreux pays sont exposés à au moins un risque climatique, les marchés émergents étant généralement plus susceptibles d’être confrontés à des défis multiples que les économies avancées », écrit l’agence de notation américaine.

« Les pays d’Asie-Pacifique se distinguent par leur exposition au risque d’inondation — la plus élevée pour le Cambodge, les Philippines et la Thaïlande »

L’exposition au risque de stress thermique est très répandue parmi les marchés émergents. Les économies avancées ont tendance à être plus exposées à l’élévation du niveau de la mer tels Hong Kong, Singapour, le Danemark et les Pays-Bas.

Steffen Dyck, vice-président de Moody’s, indique que les catastrophes répétées liées au climat “peuvent peser sur les investissements, la croissance de la productivité et la vigueur économique, ce qui peut affaiblir le profil de crédit d’un État souverain.

« Il existe également un écart important entre les besoins de financement des mesures d’adaptation au climat et les sources de financement à faible coût », ajoute-t-il.

« Cela menace les profils de crédit des emprunteurs publics qui sont fortement exposés au risque climatique physique, en particulier ceux dont la solidité budgétaire est déjà faible »

Moody’s avance également que les tendances climatiques risquent également d’amplifier les pressions sociales existantes en contribuant aux déplacements forcés et aux migrations ou en menaçant la sécurité alimentaire.

L’agence de notation ajoute que de nombreux pays ont pris des mesures pour renforcer leur résilience climatique, mais « l’ampleur de l’adaptation requise reste un défi qui mettra à l’épreuve les contraintes institutionnelles et leurs capacités de réaction. »

Source : Moody’s Investors Service

114 vues0 commentaire