top of page
Ancre 1

Emily : « Le Cambodge m'a donné l'espace dont j'avais besoin pour grandir et apprendre qui j'étais »

Confidences et impressions d’Emily recueillies dans le cadre de l’exposition « Women Love Women » qui se tient au Wild Phnom Penh jusqu’au 22 novembre 2023.

Emily. Photo Lola Javier
Emily. Photo Lola Javier

Je n’ai pleinement accepté mon homosexualité que lorsque j’ai déménagé au Cambodge. J’ai commencé à me poser des questions au début de la vingtaine, mais en raison du contexte religieux de ma famille, j’ai rapidement nié et repoussé toute idée que je n’étais pas hétérosexuel.

« Être autre chose, être différent, c’était quelque chose que je n’avais pas le droit d’être. J’avais lié une grande partie de mon estime de soi à l’approbation de mes parents et je craignais ce qui arriverait si je la perdais. »

J’avais décidé d’enterrer ma sexualité. Je pensais que cela rendrait ma vie moins compliquée et que tout resterait pareil. Je pensais savoir à quel point le fait de la nier m’affecterait et à quel point ce que je ressentais provenait d’une homophobie intériorisée. J’ai souffert de beaucoup de honte et de culpabilité. Je ne voulais pas que ce que je cachais soit vrai, si désespérément que j’avais l’impression de me retourner contre moi-même. J’avais peur de ce que j’étais et j’avais peur d’en parler à mes amis. Ce n’est pas que je doutais qu’ils m’acceptent ; en fait, je savais qu’ils m’accepteraient. D’une certaine manière, il était plus difficile pour moi de partager mes sentiments. Je me débattais tellement et je savais que si je leur en parlais, ils voudraient m’aider et être là pour moi.

Emily. Photo Lola Javier
Emily. Photo Lola Javier

Mais comment pourraient-ils m’aider, alors que j’étais encore en train d’apprendre à me comprendre ? Je ne dis pas qu’il faut changer de pays pour se trouver soi-même, mais dans mon cas, partir au Cambodge m’a donné l’espace dont j’avais besoin pour grandir et apprendre qui j’étais. J’étais dans un endroit où personne ne me connaissait, ne connaissait ma famille ou mon passé, et cela m’a permis de m’exprimer librement et en toute sécurité. Dès la première semaine du changement de pays, j’ai commencé à appeler mes amis et j’ai enfin pu m’ouvrir et me confier à eux.

« Ce changement m’a donné la liberté d’être moi-même, la personne que j’avais l’impression de ne pas pouvoir être dans mon pays d’origine. »

Je suis au Cambodge depuis quatre ans et, bien que j’aie parcouru un long chemin, je panse encore de vieilles blessures. Mais c’est plus facile maintenant que j’ai l’espace et les gens qui me permettent de me sentir en sécurité.

Emily. Photo Lola Javier
Emily. Photo Lola Javier

J’ai même eu la chance de travailler avec Queer Ladies in Cambodia (QLC), qui organise des événements et crée des espaces sûrs pour les femmes homosexuelles. Je me trouve à un endroit de ma vie où je n’aurais jamais pensé me trouver. À travers cette histoire, je veux que la version plus jeune de moi-même sache que je suis fière de ce que je suis.

À propos

Lola Javier est une photographe indépendante passionnée qui travaille avec des appareils numériques et analogiques. Originaire de France, elle vit aujourd’hui au Cambodge.

Cette exposition est sa première et marque la forte symbolique des messages qu’elle souhaite transmettre à travers son art. L’événement est organisé en partenariat avec Queer Ladies of Cambodia (QLC). Illustrations et design d’Emma Tan.

Wild - 13Y rue 830, Phnom Penh

Comments

Rated 0 out of 5 stars.
No ratings yet

Add a rating

Merci pour votre envoi !

bottom of page