Dossier & Textile : Adopter les nouvelles technologies au Cambodge sans suppression d’emplois

Le Cambodge s’est développé en tant que centre de production textile depuis les années 1990, grâce aux investissements étrangers et aux accords commerciaux préférentiels.

Employée d'une usine de vêtements au Cambodge. Photo ILO
Employée d'une usine de vêtements au Cambodge. Photo ILO

L’industrie cambodgienne de l’habillement est en pleine évolution et les machines de haute technologie capables de surpasser les travailleurs locaux ne verront probablement pas le jour avant cinq à dix ans.

Toutefois, de nouveaux développements de logiciels sont à l’horizon et pourraient commencer à transformer l’industrie plus tôt.

Des experts du secteur ont débattu de ces perspectives lors d’un récent séminaire en ligne intitulé Garment Industry 4.0 in Cambodia, organisé par la Chambre de commerce européenne au Cambodge (EuroCham) et financé par le projet FABRIC de l’agence de développement allemande GIZ.

Le panel d’experts a convenu qu’il faudra trouver un équilibre entre la mise en œuvre des nouvelles technologies, la formation et la protection des travailleurs, et le maintien de l’avantage du pays sur le marché — un avantage qui a été acquis principalement grâce à une main-d’œuvre bon marché.

Pour l’instant, il semble que la main-d’œuvre peu coûteuse continuera à faire du Cambodge une destination attrayante pour les fournisseurs, car la mise en œuvre de nouvelles technologies est encore trop onéreuse, les coûts d’électricité sont trop élevés et l’infrastructure nécessaire pour maintenir les nouvelles technologies demeure limitée.

Panel d’experts d’EuroCham
Panel d’experts d’EuroCham

Citant les résultats d’une étude de l’ONUDI et de l’OIT, Soem Nara, sous-secrétaire d’État au ministère de l’Industrie, a déclaré qu’actuellement, les usines cambodgiennes dépendaient fortement des experts techniques étrangers pour installer les nouvelles technologies sur les chaînes de production et dans les bureaux des usines.

Il a ajouté qu’il y existait également une pénurie d’ingénieurs et de techniciens qualifiés au Cambodge. En outre, le retour sur investissement des nouvelles technologies demeure exceptionnellement long.

« Raccourcir le retour sur investissement en augmentant les prix peut rendre les produits finis non compétitifs par rapport à des produits similaires produits manuellement. Le prix élevé de l’automatisation des RI dans le secteur des vêtements, chaussures et articles de voyage pèse lourdement sur les décisions d’investissement », a-t-il déclaré.

Selon M. Nara, la nouvelle loi sur l’investissement pourrait contribuer à résoudre certains de ces problèmes, car elle prévoit des incitations à investir dans des programmes et des formations professionnels pour améliorer les compétences des travailleurs.

Le Cambodge est-il prêt pour un bond dans la technologie ?

Le modérateur Massimiliano Tropeano, conseiller principal intégré de la GIZ pour le secteur de l’habillement à Eurocham, a demandé au panel si le secteur de l’habillement du Royaume était effectivement prêt pour un saut technologique, compte tenu du faible taux actuel d’adoption des technologies par le secteur.

Ken Loo, secrétaire général de la Garment Manufacturers Association of Cambodia (GMAC), a répondu que les investisseurs investiront dans les nouvelles technologies lorsqu’elles seront économiquement viables, mais que les machines ne commenceront pas à remplacer les personnes dans les usines de sitôt.

Salaire mensuel moyen des travailleurs du secteur de l’habillement en mars 2021
Salaire mensuel moyen des travailleurs du secteur de l’habillement en mars 2021

Il a précisé que la tendance, au cours des trois à cinq dernières décennies, a été pour les entreprises de rechercher de faibles coûts de main-d’œuvre et que le véritable saut vers les nouvelles technologies ne se produira que lorsqu’il sera moins coûteux d’investir dans ces technologies que de payer des travailleurs pour effectuer les mêmes tâches.

Il a utilisé l'exemple de la machine à épandre automatique comme exemple. Il y a vingt ans, ces machines coûtaient entre 30 000 et 40 000 dollars. À l’époque, il était plus rentable d’engager cinq travailleurs pour effectuer la même tâche.

Maintenant que le coût est descendu à 10 000 dollars, les épandeurs automatiques ont été largement adoptés dans l’industrie.

« La mise en œuvre de nouveaux systèmes de gestion pour mieux gérer les données est toutefois une mesure qui devrait être adoptée dès maintenant au Cambodge et dans le monde entier », a-t-il ajouté.
Adopter les nouvelles technologies au Cambodge sans suppression d’emplois

Résoudre les problèmes d’efficacité grâce aux logiciels

Le pionnier actuel sur ce marché en développement est FingerTip, une plate-forme de gestion qui vise à synthétiser les données et à encourager la communication et la transparence entre tous les acteurs de la chaîne d’approvisionnement de l’habillement.

Pierre Rabotin, directeur régional du marketing chez FingerTip, explique que la plate-forme a été conçue localement en tenant compte des besoins des usines.

Il s’agit notamment d’utiliser correctement les quantités massives de données produites par les usines en supprimant les courriels, les feuilles de calcul et les rapports écrits à la main, et en les remplaçant par une plate-forme unique conçue pour chaque partie prenante de la chaîne d’approvisionnement.

Pour Robin, cela contribuerait à renforcer le pouvoir des usines dans leurs relations avec les acheteurs.

Selon lui, traditionnellement, les détaillants détiennent une grande partie du pouvoir, et les usines doivent répondre à leurs demandes avec peu ou pas de moyens de pression. Le fait que tout le monde soit sur la même plate-forme créerait la transparence qui fait actuellement défaut sur le marché, en mettant les parties prenantes sur un pied d’égalité et en leur donnant accès aux mêmes informations :

« Tout le monde a accès aux mêmes informations, tout est transparent. Toute la communication est filtrée et centralisée, disponible pour tout le monde. Tous vos documents, tous vos trackers, toutes vos données sont sur la plate-forme »

Selon Pierre Rabotin, la plate-forme permettra d’utiliser les données que les usines collectent quotidiennement depuis des décennies et, au final, elle aidera les usines à respecter les dates de livraison, à améliorer la qualité des produits et à repérer rapidement les inefficacités ou les anomalies sur la chaîne de production.

Pierre Rabotin, responsable marketing régional chez FingerTip
Pierre Rabotin, responsable marketing régional chez FingerTip

À long terme, les nouvelles technologies commenceront à faire leur apparition à mesure qu’elles deviendront moins chères, que les coûts d’électricité diminueront et que les travailleurs seront formés à de nouvelles tâches.

L’effet des nouvelles technologies sur l’emploi

Joseph Telfer, associé directeur de DataU, a expliqué que les nouvelles technologies ne signifiaient pas nécessairement l’installation de machines permettant de travailler plus rapidement.

Une poussée vers la RI 4,0 pourrait impliquer l’optimisation des pratiques actuelles, la mise en œuvre des meilleures pratiques et l’utilisation de logiciels pour améliorer les techniques traditionnelles.

À un moment ou à un autre, des pertes d’emplois se produiront, dit-il, même si cela ne se produira probablement pas tout de suite.

« Au sein du secteur, nous nous attendons à voir certaines pertes d’emplois, mais, encore une fois, l’automatisation n’entraîne pas nécessairement, dans un premier temps, ces suppressions »

« Elle peut au contraire créer des gains d’efficacité au niveau des marges, du contrôle des stocks ou du contrôle des flux de trésorerie. Par conséquent, les chiffres de l’emploi peuvent rester les mêmes alors que la production augmente », estime M. Telfer.

À long terme, il pense que la requalification et le perfectionnement des travailleurs, y compris des travailleurs d’âge moyen, sont essentiels pour minimiser les pertes d’emplois.

Il ajoute que les ONG, les agences de développement et le gouvernement devront probablement jouer un rôle clé dans la protection des membres vulnérables de la société par rapport au secteur privé.

Le 21 mars, le gouvernement a publié la Stratégie de développement du secteur de l’habillement, des chaussures et des articles de voyage 2022 - 2027, qui comprend des dispositions visant à améliorer les conditions des travailleurs.

Les cinq piliers de la stratégie sont les suivants : renforcer la capacité des ressources humaines afin d’augmenter la productivité et de créer des parcours professionnels pour les travailleurs cambodgiens ; améliorer les conditions de travail et le bien-être des travailleurs dans les usines ; promouvoir l’investissement dans les produits à forte valeur ajoutée ; attirer l’investissement dans les industries de soutien ; et promouvoir la diversification des marchés pour l’exportation des produits du FGAS.

Le projet FABRIC de la GIZ joue aussi un rôle de premier plan en promouvant les droits des travailleurs par le biais de programmes de sensibilisation, avec une priorité pour les travailleuses de l’industrie de l’habillement.

Le comité sectoriel de l’habillement récemment lancé par EuroCham figure également parmi les acteurs susceptibles de jouer un rôle dans le renforcement des normes dans l’ensemble de l’industrie.

Depuis 2016, la part des exportations du FGAS dans les exportations totales du pays est en baisse.
Depuis 2016, la part des exportations du FGAS dans les exportations totales du pays est en baisse.

Sam Sethserey, le directeur de l’Institut de recherche et d’innovation numérique de l’Académie cambodgienne de technologie, a déclaré que toute perte potentielle d’emplois sectoriels à l’avenir pourrait être compensée par des gains nets dans d’autres secteurs.

Dans une perspective plus large, il estime que l’augmentation de la productivité due à l’automatisation profiterait à l’économie du pays et aurait pour effet d’améliorer les moyens de subsistance d’un plus grand nombre de travailleurs.

« L’augmentation des exportations ferait entrer plus d’argent dans le pays et créerait des possibilités d’emploi dans d’autres secteurs, comme l’agriculture ou la construction, et la hausse des salaires des travailleurs qualifiés augmenteraient le revenu disponible et la demande d’un large éventail de produits », estime-t-il.

Adopter les nouvelles technologies au Cambodge sans suppression d’emplois

Pour conclure, Luisa Gentile, consultante en projets RSE à EuroCham, déclare que le modèle économique reposant toujours sur une main-d’œuvre bon marché, il est compréhensible que l’adoption des technologies soit retardée.

Elle pense qu’il serait bénéfique pour le pays de surmonter les obstacles à l’adaptation de la technologie dès que possible afin que le Cambodge puisse s’affirmer comme un leader régional dans ce secteur.

M. Tropeano a également plaidé en faveur d’une adoption rapide de la robotique et de l’automatisation dans l’industrie, et n’a pas voulu assimiler cette évolution à des pertes d’emplois :

« Je ne pense pas que la technologie (la robotique) puisse remplacer l’activité très manuelle des travailleurs autour de l’aiguille. Cependant, la nature intrinsèque du travail autour de l’aiguille devra changer dans les 10 prochaines années. Cela signifie des compétences professionnelles différentes, mais aussi l’acquisition et l’élaboration de données autour des machines et des performances des travailleurs », conclut-il.

Brian Badzmierowski avec notre partenaire Cambodia Investment Review

Merci pour votre envoi !

  • Instagram
  • Facebook Social Icône
  • Gazouillement
  • LinkedIn Social Icône