Dossier: Quels espoirs avec les réouvertures des destinations côtières pour les touristes vaccinés ?

Le Cambodge pourrait devoir faire face à la concurrence de destinations populaires et à une résurgence du Covid-19 dans la région qui pourrait freiner l’accès et la fréquentation de ses sites touristiques.

Preah Sihanouk. Photographie Duong Thi Hang
Preah Sihanouk fait partie des trois destinations qui sont rouvertes depuis le 30 novembre. Photographie Duong Thi Hang

Une tendance à la hausse dans le secteur du voyage devrait bientôt apparaître avec l’ouverture des destinations touristiques — Preah Sihanouk et Koh Rong au large de la côte, et Dara Sakor dans la province de Koh Kong — aux touristes vaccinés. Cette mesure sera suivie par Siem Reap en 2022.

Dans le reste de l’Asie du Sud-Est, des projets similaires se profilent, car le taux de vaccination est de plus en plus élevé malgré les poussées de Covid-19 dans quelques pays, dont la Chine.

À titre de comparaison, le programme d’inoculation du Cambodge, avec 86 % de la population doublement vaccinée, arrive en deuxième position après Singapour et loin devant ses pairs, la Thaïlande et l’Indonésie.

Cela lui donne une longueur d’avance sur les autres destinations de la zone pour se promouvoir comme une destination touristique sûre, a déclaré Hannah Pearson, partenaire fondatrice de Pear Anderson, société de conseil en tourisme basée à Kuala Lumpur.

« Le Cambodge rouvre certaines zones côtières et raccourcit les exigences de quarantaine pour les voyageurs, c'est très positif pour la réouverture du pays », a-t-elle déclaré.

L’ouverture progressive exige que les voyageurs vaccinés présentent une preuve de vaccination, une assurance médicale et des résultats de tests négatifs 72 heures avant leur départ. Ils seront également autorisés à se rendre dans n’importe quelle destination pendant cinq jours sans être mis en quarantaine.

Chhay Sivlin, présidente de l’Association cambodgienne des agents de voyage, a déclaré qu’après « deux longues années terribles », il semblait raisonnable d’ouvrir aux touristes entièrement vaccinés.

Elle a félicité le gouvernement d’avoir choisi Sihanoukville et Koh Kong comme points de départ pour accueillir les touristes en raison de « l’abondance de ses trésors côtiers et paysages naturels ».

« C’est maintenant l’hiver dans les pays du nord, nous espérons donc devenir l’une des destinations attrayantes pour les touristes de ces pays », a déclaré Mme Sivlin.

Toutefois, dit-elle, pour que ce plan réussisse, il faudrait une « coopération active » du transport aérien, étant donné le nombre limité de vols à l’aéroport de Sihanoukville.

« Les vols intérieurs entre Phnom Penh et Sihanoukville devraient devenir fréquents afin de faciliter l’arrivée des touristes », a commenté Mme Sivlin.

Pour le secteur de l’aviation, il s’agit d’une bonne nouvelle après près de 18 mois de croissance modérée, la plupart des compagnies aériennes locales effectuant des vols au coup par coup.

Cette situation est en grande partie similaire aux performances régionales. Même si la pandémie s’est un peu calmée à l’Ouest, entraînant une augmentation des voyages en Europe pendant l’été, les voyages aériens en Asie ont diminué en raison des restrictions aux frontières et des exigences de quarantaine.

Le PDG d’Aéroports du Cambodge, Alain Brun, a déclaré que le débit de passagers était resté « très faible », sans « aucune amélioration » au troisième trimestre de 2021.

De janvier à septembre de cette année, les trois aéroports combinés ont accueilli 181 644 passagers internationaux, domestiques et en transit, soit une baisse de 91,2 % par rapport aux 2,1 millions de passagers de la même période en 2020, et moins 97,9 % par rapport aux 11,6 millions de passagers de 2019.

Cérémonie de mise en service du terminal de l’aéroport international de Sihanoukville
Cérémonie de mise en service du terminal de l’aéroport international de Sihanoukville en juin 2018. Photo CG

Cependant, l’activité de fret a été une « lueur d’espoir » pour le secteur, contribuant à atténuer le choc, a déclaré Alain Brun, notant qu’au cours des trois à quatre derniers mois, les chiffres étaient presque au niveau prépandémique.

Cette performance s’explique par diverses raisons, notamment le verrouillage des frontières en Thaïlande et au Vietnam, la congestion des ports maritimes, la réouverture des usines à Phnom Penh après la vaccination de la majorité des ouvriers, et les tarifs compétitifs du fret aérien par rapport au camionnage vers Bangkok et le Vietnam.

La concurrence s’intensifie

L’ouverture du Cambodge intervient après des mois de discussions internes et des appels répétés des acteurs du secteur, dont beaucoup ont fermé ou réduit leurs activités, ce qui a entraîné un endettement et des dizaines de milliers de pertes d’emplois.

Dans l’année qui a suivi la pandémie, l’industrie du voyage et du tourisme a été sinistrée, perdant près de cinq milliards de dollars de revenus, bien qu’elle ait contribué à hauteur de 18,7 % à la croissance du produit intérieur brut en 2019.

Mais, alors que la décision du gouvernement d’ouvrir est opportune, la consultante Pearson estime que l’effort pourrait ne pas être suffisant, étant donné que la concurrence « s’intensifie » dans la région pour les touristes internationaux.

Non loin du Cambodge se trouve l’île vietnamienne de Phu Quoc, dans le golfe de Thaïlande, qui devrait bientôt s’ouvrir aux touristes, tandis que la Thaïlande déroule le tapis rouge aux voyageurs de 46 pays sans quarantaine à partir du 1er novembre.

Par ailleurs, Singapour disposera bientôt de 13 circuits pour les touristes vaccinés, tandis que la Malaisie prévoit la réouverture de sa station balnéaire de Langkawi. L’île indonésienne de Bali accepte déjà les touristes, mais avec une mise en quarantaine.

« À l’exception de Singapour et de la Thaïlande, la majorité de ces programmes de réouverture se concentrent sur les destinations balnéaires ou les îles. En choisissant de rouvrir Sihanoukville, le Cambodge s’oppose directement à ces autres destinations balnéaires populaires, au lieu de mettre en avant l’un de ses avantages, à savoir la visite d’un Angkor Wat en grande partie vide — une expérience unique dans une vie », a-t-elle ajouté.

Ainsi, pour assurer une réouverture réussie, il faut mettre en place une stratégie « bien pensée » qui permette de se différencier de ses voisins de l’ASEAN.

Plage d'Otres - Sihanoukville. Photo CG
Plage d'Otres - Sihanoukville. Photo CG

Cette stratégie doit tenir compte de trois facteurs relatifs à l’ampleur de son ouverture — l’idéal étant de couvrir l’ensemble du territoire cambodgien, aux nationalités accueillies, soit tout le monde, soit avec peu de limites, et à la facilité d’entrée, qui concerne les vols directs, les visas à l’arrivée, la limitation des formalités administratives et l’absence de quarantaine.

Le Cambodge a déjà remporté « une victoire », a souligné M. Pearson, à savoir son « impressionnant » programme de vaccination. Ainsi, cette stratégie pourrait placer le Cambodge en tête de ses pairs et assurer une reprise significative du tourisme.

Cela dit, sa remarque souligne la faible diversification des produits touristiques pour attirer les visiteurs.

Récemment, les discussions sur le développement de l’écotourisme en tant que nouveau produit ont abouti à l’approbation de cinq sites à Kampot, tandis que plusieurs autres projets sont en cours de planification, mais sans grand résultat jusqu’à présent.

Par le passé, les experts du secteur ont exhorté les autorités à développer l’offre touristique au lieu de s’en remettre uniquement à Angkor Wat pour attirer les visiteurs au Cambodge.

Pendant des décennies, l’ancien complexe de temples de la province de Siem Reap a attiré des millions de touristes sur son site, qui ont pour la plupart ignoré le reste du pays.

Une destination à part entière

Cette année, la feuille de route pour la relance du tourisme au Cambodge pendant et après la pandémie (2021-2025), élaborée par le gouvernement, a révélé des plans visant à développer une « marque plus moderne » pour promouvoir le concept : « CambodIA : Beyond the Temples – Cambodge : Au-delà des Temples ».

Il a également été question d’améliorer la connectivité aérienne, un aspect qui a été soulevé par les acteurs du secteur auprès des autorités pour établir plus de vols directs. L’idée est d’attirer davantage de visiteurs de longue durée, au lieu des visiteurs qui transitent par les grands centres de transport pour visiter Angkor Wat.

Angkor Wat. Image Georges Bakos
Angkor Wat. Image Georges Bakos

Pour que cela se produise, Phnom Penh devrait renforcer ses ressources pour devenir une plate-forme aérienne internationale. La question serait alors de savoir si elle a ce potentiel pour rivaliser avec Bangkok, où 40 millions de touristes sont arrivés en 2019, selon les données de Nikkei Asia en février de cette année.

M. Chansereyvutha, de la SSCA, est convaincu que le nouvel aéroport international de Phnom Penh (PPIA), doté d’un terminal de classe 4F, a ce qu’il faut pour devenir un hub international.

Il a déclaré que l’aéroport, en cours de construction par Overseas Cambodia Investment Corp pour un coût de 1,5 milliard de dollars, était destiné à devenir une future plate-forme en Asie du Sud-Est.

Pour Brun of Cambodia Airports, qui détient une concession de 45 ans sur les trois aéroports existants, dont l’actuel aéroport international de Phnom Penh, la notion de réalisation de cette vision est légèrement différente.

Il estime que le gouvernement devrait profiter de l’« opportunité » de la pandémie et de son impact sur le secteur du transport aérien pour repenser, en particulier, son offre touristique, en développant notamment la diversification des produits, et la transition vers une destination autonome.

« Le Cambodge est un pays qui a beaucoup de potentiel et il n’y a aucune raison de ne pas se fixer des objectifs ambitieux », a-t-il commenté.

Trop tôt pour faire un bilan

La croissance de l’aviation au Cambodge a été exponentielle ces dernières années. Elle est révélatrice de l’augmentation du nombre de touristes, d’entreprises et de compagnies aériennes en raison de la croissance des investissements directs étrangers, principalement en provenance de Chine.

À ce jour, il existe cinq compagnies aériennes enregistrées localement, à savoir la compagnie nationale et majoritairement publique Cambodia Angkor Air, Lanmei Airlines, Cambodia Airways, JC International Airlines et Sky Angkor Airlines. Elles dépendent principalement du marché chinois.

Les investissements chinois dans les infrastructures aéroportuaires ont également augmenté en parallèle. Ainsi, trois aéroports, dont celui de Dara Sakor (350 millions de dollars) et le nouvel aéroport international de Siem Reap (880 millions de dollars), sont actuellement construits par des investisseurs chinois.

En 2019, les visiteurs chinois ont représenté plus d’un tiers du total des 6,6 millions de touristes, soit 2,4 millions, ce qui représente une croissance de 16 % en glissement annuel.

Investissements chinois à Sihanoukville
Investissements chinois à Sihanoukville

Sous l’initiative « Belt and Road », les investissements directs étrangers en provenance de Chine n’ont cessé d’augmenter depuis 1994, pour atteindre 37 % des 3,1 milliards de dollars d’investissements totaux en 2018, selon le rapport sur les investissements de l’ASEAN en 2019.

Tout cela, malgré le rôle important de la Chine dans l’aide publique au développement et les prêts ainsi que dans le commerce bilatéral, rend le Cambodge de plus en plus dépendant de cette relation, écrivait la Banque mondiale en juin.

À tel point que l’impact de la pandémie sur la Chine, qui a imposé des restrictions aux voyages, est apparemment palpable au Cambodge.

Les trois aéroports ont dû faire face à la baisse du nombre de passagers et des mouvements d’avions, qui ont chuté de 70 % en glissement annuel de janvier à septembre de cette année.

« Les vols ont chuté en raison du fait que les vols entre le Cambodge et la Chine ont été réduits à néant parce que les autorités chinoises ont appliqué des règles strictes pour l’entrée en Chine », a déclaré le PDG Brun.

Cela dit, le choix de rouvrir aux voyages Sihanoukville et Dara Sakor, qui sont des régions privilégiées pour les investissements chinois, laisse penser que le gouvernement nourrit l’espoir d’un retour prochain des ressortissants chinois.

Si l’on en croit les analyses récentes des acteurs du secteur sur la réouverture de l’ASEAN par rapport à la résurgence des cas de Covid-19 dans la région et dans le monde, ainsi que les restrictions imposées par la Chine, cela pourrait être un effort pour le Cambodge à court terme.

Toutefois, M. Brun a déclaré que les récentes annonces des autorités visant à réduire les exigences de quarantaine et la levée des interdictions de vol avec certains pays sont des « signaux positifs ».

Bien qu’il soit encore « trop tôt » pour évaluer comment ces mesures se traduiront par une plus grande connectivité aérienne et la reprise des vols, il reste confiant dans la « résilience » du secteur du transport aérien.

« Les études suggèrent qu’il y a un appétit pour le voyage et que les compagnies aériennes sont capables de réinjecter rapidement de la capacité lorsque la demande augmente et que les mesures restreignant les voyages telles que la quarantaine, les restrictions transfrontalières, sont allégées et levées. Le secteur de l’aviation est résilient et réagit rapidement. C’est pourquoi il est essentiel que les gouvernements coordonnent et harmonisent ou normalisent leurs politiques en matière de franchissement des frontières, de tests, de certification Covid-19… afin de rouvrir et de rétablir la confiance dans les voyages aériens », a conclu M. Brun.

Sangeetha Amarthalingam avec notre partenaire The Phnom Penh Post

159 vues0 commentaire