Dossier & Nature : Ces poissons cambodgiens qui aiment autant la mer que le Mékong

Une étude récente et assez surprenante révèle que soixante et une espèces de poissons du Cambodge et des pays environnants migrent entre les habitats d’eau douce et ceux de la mer.

L’anguille tachetée géante (Anguilla marmorata), une espèce catadrome (qui grandit en eau douce et se reproduit en mer). Connue sous le nom de « trey chhlok » en khmer, cette espèce a une valeur économique considérable. Ce spécimen était exposé sur un marché à Paksé, dans le sud du Laos. Il a ensuite été vendu à un restaurant vietnamien local. (Photo : Somphone Phommanivong)
L’anguille tachetée géante (Anguilla marmorata), une espèce catadrome (qui grandit en eau douce et se reproduit en mer). Connue sous le nom de « trey chhlok » en khmer, cette espèce a une valeur économique considérable. Ce spécimen était exposé sur un marché à Paksé, dans le sud du Laos. Il a ensuite été vendu à un restaurant vietnamien local. (Photo : Somphone Phommanivong)

Les poissons qui migrent entre les eaux douces et marines sont connus sous le nom d’espèces diadromes. Ils font partie des spécimens les plus vulnérables au développement des infrastructures fluviales. Ces poissons ont besoin de se déplacer entre l’eau douce et la mer pour compléter leur cycle de vie.

Les obstacles à la migration peuvent donc bloquer l’accès à des habitats essentiels. Le bassin inférieur du Mékong connaît un essor sans précédent en matière de développement fluvial, avec l’installation de nombreux barrages et systèmes d’irrigation. Les schémas généraux de migration des poissons sont connus dans le bassin. Mais il y avait jusqu’à présent relativement peu d’informations sur celles des poissons-diadrome, de sorte que les impacts du développement fluvial sur leurs populations sont probablement sous-estimés.

L’anguille tachetée géante (Anguilla marmorata), une espèce catadrome
L’anguille tachetée géante (Anguilla marmorata), une espèce catadrome. Photo Arthur Chapman

Découvertes

Cela vient de changer, grâce à une étude menée par le biologiste Vu Vi An de la division pêche, écologie et ressources aquatiques de l’Institut de recherche sur l’aquaculture n° 2 à Hô Chi Minh-Ville, qui dépend du ministère vietnamien de l’Agriculture et du développement rural. An et ses collègues ont examiné les informations relatives à plus d’un millier d’espèces de poissons du Mékong, notamment celles de la base de données sur les poissons de la Mekong River Commission — Commission du Mékong. Ils ont découvert que la diadromie constituait probablement un trait du cycle de vie plus courant dans le Bas-Mékong que ce que l’on pensait.

Soixante et une des espèces de poissons du Mékong évaluées présentent des traits diadromes. Parmi celles-ci, il semble que neuf soient anadromes (se développant en mer et se reproduisant en eau douce), huit soient catadromes (se développant en eau douce et se reproduisant en mer) et 44 amphidromes (migrant entre l’eau douce et la mer ou vice versa à un certain stade de leur cycle de vie, mais pas pour se reproduire).

Les gobies (Gobiidae) représentent 20 des espèces.
Les gobies (Gobiidae) représentent 20 des espèces.

Sept autres familles comptent chacune d’une à six espèces. Il s’agit des ténébrions (Eleotridae), des anchois (Engraulidae), des poissons-chats de mer (Ariidae), des harengs (Clupeidae), des mulets (Mugilidae), des poissons-chats requins (Pangasiidae) et des perches Lates (Latidae).

« La plupart des 61 espèces ont été trouvées dans le delta du Mékong au Vietnam et au Cambodge (à moins de 700 km de la mer). Mais huit ont été trouvées au Laos et six en Thaïlande. Les 61 poissons ont été principalement enregistrés dans le courant principal du Mékong, mais on en trouve également dans les affluents. »

Une seule espèce — le poisson-chat de Krempf (Pangasius krempfi), connu sous le nom de « trey bong lau » en khmer — a été confirmée comme anadrome dans le Mékong (par microchimie). D’autres espèces anadromes étaient « implicites » — basées sur des connaissances locales ou confirmées dans d’autres rivières. L’amphidromie d’eau douce et celle marine ne pouvant être distinguées, elles ont été regroupées. Les poissons adultes amphidromes d’eau douce se développent et se reproduisent en eau douce, les juvéniles se développant en mer. Les poissons-amphidrome marins font l’inverse — les adultes grandissent et se reproduisent en mer et les juvéniles en eau douce.

le poisson-chat de Krempf (Pangasius krempfi)
Le poisson-chat de Krempf (Pangasius krempfi)

Outre les 61 poissons-diadrome, l’étude a permis de découvrir 119 espèces euryhalines capables de tolérer une large gamme de salinité. Ces « vagabonds » non-diadrome se déplacent occasionnellement entre l’eau douce et les milieux saumâtres ou marins, probablement pour se nourrir. Mais les migrations des vagabonds d’eau douce ou marine ne sont pas régulières. Elles ne concernent pas non plus la majorité de leurs populations. D’autres poissons du Mékong sont classés comme potamodromes — migrant exclusivement en eau douce.

L’étude note que le programme régional de surveillance de l’abondance et de la diversité des poissons de la Commission du Mékong a enregistré 25 de ces 61 espèces entre 2007 et 2012.

« Celles-ci représentaient environ 3 % des captures de 11 tonnes au cours de la période de cinq ans, dont 2,8 % dans le delta du Mékong au Vietnam. »

Dans le delta, les captures d’espèces anadromes sont plus nombreuses pendant la saison sèche. Mais dans les pays situés en amont, les captures sont plus importantes pendant la saison humide. Dans tous les pays, les captures de catadromes et d’amphidromes sont susceptibles d’être plus élevées pendant la saison sèche.

Delta du Mékong au Vietnam
Delta du Mékong au Vietnam. Photo David Conger

Certains poissons-diadrome ont une valeur extrêmement élevée. L’anguille tachetée géante (Anguilla marmorata), une espèce catadrome qui peut atteindre 70 cm, peut rapporter jusqu’à 32 dollars par kilo. Cette anguille, connue sous le nom de « trey chhlok » en khmer, se reproduit dans l’océan et a également été découverte dans la région des chutes de Khone, à la frontière entre le Cambodge et le Laos. Le poisson-chat anadrome de Krempf a un prix de première vente de 10 à 17 dollars par kilo. Il peut atteindre environ 80 cm. Le silure de Krempf habite l’estuaire du Mékong et la mer adjacente au Vietnam et remonte le courant sur au moins 720 km pour frayer dans la région des chutes de Khone au Laos. Mais il a également été signalé dans des captures effectuées au début de la saison des pluies aussi loin en amont que le haut Laos, à quelque 1 500 km de la mer.

Espèces prisées et en danger

Ces deux espèces sont particulièrement appréciées pour la consommation, même à des prix beaucoup plus élevés. Les pêcheurs locaux vendent souvent ces poissons de grande valeur à des négociants qui les livrent directement aux consommateurs et aux restaurants afin de gagner plus d’argent. Les espèces diadromes contribuent donc de manière significative aux moyens de subsistance et à la création de revenus dans le Bas-Mékong.

L’étude souligne également que les infrastructures fluviales telles que les barrages, les déversoirs et les pompes, ainsi que les aménagements de plaines inondables pour l’agriculture, ont eu des répercussions importantes sur l’abondance des poissons-diadrome dans les rivières subtropicales ou tropicales. Parmi ces poissons figure l’alose hilsa (Tenualosa ilisha), une espèce anadrome très prisée dans tout le sous-continent indien. Dans la rivière des Perles en Chine, l’esturgeon chinois anadrome (Acipenser sinensis) est aujourd’hui en danger critique d’extinction. En Australie, plusieurs espèces de poissons-diadrome ont décliné et sont maintenant probablement éteintes au-dessus des barrières fluviales.

Première étape

Les résultats de l’étude sont considérés comme la « première étape » dans l’étude du statut diadrome de nombreuses espèces de poissons du Mékong. Mais un travail considérable reste à faire, en particulier pour les espèces provisoirement classées comme diadromes qui ont besoin d’outils scientifiques tels que la microchimie, le marquage et la télémétrie pour valider leur diadromie.

« Nous avons constaté que la diadromie semblait plus courante qu’on ne le pensait auparavant dans le Mékong », concluent les auteurs.

« Certains des poissons-diadrome sont économiquement importants et sont répartis dans tous les pays du Mékong. Beaucoup de ces espèces sont connues pour migrer sur des distances relativement longues, se connectant à l’estuaire du Mékong et à la mer pour compléter leur cycle de vie. Le développement du fleuve aura un impact sur elles. Elles doivent être prises en compte dans la planification holistique des écosystèmes afin de prévenir le déclin des espèces, tout en répondant aux besoins alimentaires et énergétiques de la région. »

le poisson-chat de Krempf (Pangasius krempfi)
le poisson-chat de Krempf (Pangasius krempfi)

Photo ci-dessus : Parmi les poissons du Mékong, le poisson-chat de Krempf (Pangasius krempfi) est la seule espèce dont l’anadromie (croissance en mer et reproduction en eau douce) a été scientifiquement confirmée. Ce poisson-chat, appelé « trey bong lau » en khmer, peut atteindre environ 80 cm et est très prisé par les consommateurs.

Il habite l’estuaire du Mékong et la mer adjacente et remonte quelque 700 km en amont pour frayer dans la région des chutes de Khone au Laos. L’espèce a été découverte dans des prises de dans le nord du Laos, à quelque 1 500 km de la mer.

Le Centre national d’élevage pour l’aquaculture en eau douce du sud du Vietnam, situé à Cai Be dans la province de Tien Giang, dans le delta du Mékong, a réussi à domestiquer cette espèce en 2005 dans le cadre du projet Aquaculture of Indigenous Mekong Species de la Commission du Mékong. Des alevins de ce poisson-chat ont depuis été distribués aux agriculteurs du delta. Mais le nombre d’alevins produits en écloserie étant limité, de nombreux agriculteurs remplissent leurs étangs avec des juvéniles capturés dans la nature.

Auteur : Sao Da (Publié dans l’édition de décembre de Catch and Culture — Environment, le bulletin d’information sur la pêche et l’environnement de la Commission du Mékong).