Dossier & Initiative : Prendre en main le handicap mental sans préjugés avec Kampuchea Sela Handicap

Les handicaps mentaux ne sont pas des maladies qui peuvent être complètement guéries par des médicaments ou une opération. Les Cambodgiens qui en souffrent ont besoin d'une éducation adaptée et d'une formation professionnelle spécialisée pour apprendre à devenir indépendants.

Prendre en main le handicap mental sans préjugés avec Kampuchea Sela Handicap
Prendre en main le handicap mental sans préjugés avec Kampuchea Sela Handicap. Photo fournie

Les organisations non gouvernementales (ONG), les éducateurs privés et les écoles publiques dispensent une éducation spéciale aux enfants et aux adolescents, qui se concentre principalement sur la motricité, parallèlement à une éducation générale de base.

Kampuchea Sela Handicap (KSH), une petite ONG cambodgienne, s’occupe de jeunes adultes présentant des déficiences intellectuelles telles que l’autisme, la trisomie 21 ou la paralysie cérébrale.

« Qu’ils soient atteints de trisomie, d’autisme sévère ou de retard mental, ces jeunes ont du mal à trouver une place dans la société cambodgienne », explique Valentin Dube, directeur adjoint de KSH.

Selon M. Dube, si davantage d’ONG s’occupaient des déficients intellectuels dès l’enfance, leur vie d’adulte pourrait en être changée. Actuellement, il existe très peu de structures qui accueillent les jeunes adultes et leur proposent un programme d’autonomie et d’intégration dans la société.

Certains Cambodgiens ont tendance à voir la déficience intellectuelle à travers le handicap : une manifestation du Karma, marquée par une fatalité bouddhiste.

« La plupart des familles se retrouvent isolées et sans réelles solutions pour la prise en charge des enfants atteints de handicap mental et encore moins lorsqu’il s’agit de trouver un avenir durable pour leur enfant », souligne M. Dube.

De jeunes Cambodgiens souffrant d'un handicap mental reçoivent une formation dispensée par des travailleurs sociaux du Kampuchea Sela Handicap. Photo Hong Raksmey
De jeunes Cambodgiens souffrant d'un handicap mental reçoivent une formation dispensée par des travailleurs sociaux du Kampuchea Sela Handicap. Photo Hong Raksmey

Vers l’indépendance

C’est là que le KSH intervient. Son objectif principal est d’accompagner ces jeunes adultes handicapés mentaux vers l’intégration et l’indépendance au sein de la société cambodgienne tout en pouvant prétendre à l’autonomie financière de l’organisation grâce au travail de leur communauté.

KSH, encadré par cinq éducateurs cambodgiens et deux volontaires européens, accueille actuellement 18 jeunes adultes (5 jeunes hommes et 13 jeunes femmes) dans un foyer situé au sud de Phnom Penh, dans le district de Meanchey. Il comprend un atelier protégé pour les préparer à l’emploi et à l’intégration dans la société.

« Huit bénéficiaires avec des handicaps légers ont un retard mental ou un syndrome de Down. Six personnes souffrant de handicaps moyens sont atteintes du syndrome de Down ou d’infirmité motrice cérébrale et quatre personnes souffrant de handicaps graves sont autistes », indique Dube.

L’un des parents, qui a demandé à ne pas être nommé, explique que leur enfant, aujourd’hui âgé de 27 ans, souffre d’un retard mental. Selon eux, après avoir suivi le programme de vie communautaire et l’atelier de préparation à l’emploi, il travaille désormais dans une entreprise sociale, Khmer Green Charcoal, près de l’ONG, mais vit et dort au KSH.

« Nous espérons qu’il sera bientôt indépendant. Grâce à son emploi dans l’entreprise partenaire de l’organisation, il gagne un salaire de 180 à 200 dollars par mois. L’entreprise garde une partie de son salaire en épargne tout en lui apprenant la valeur de l’argent. Il envoie également de l’argent pour aider à soutenir ses frères et sœurs », poursuivent-ils.

Né d'un constat

KSH est né d’un constat fait par plusieurs ONG au Cambodge, à savoir développer une continuité de soins pour leurs bénéficiaires atteints de déficiences intellectuelles qui atteignent 18 ans.

Bien que des programmes d’employabilité et d’intégration soient mis en œuvre par plusieurs ONG, pour leurs bénéficiaires souffrant d’un handicap mental, l’employabilité reste quasiment impossible.

Selon M. Dube, cela est dû à un manque de formation des éducateurs aux questions de handicap mental chez l’adulte, à une vision encore trop archaïque d’une partie de la société cambodgienne vis-à-vis du handicap mental et à un environnement de travail adapté à ce segment du public quasi inexistant dans les entreprises du Royaume.

Un couple français, tous deux éducateurs spécialisés, a été invité à venir soutenir le développement d’une structure au Cambodge visant à accueillir, former et intégrer ces jeunes adultes singuliers.

Les volontaires étrangers sont là pour soutenir et encourager, mais le travail doit être pris en main par les Cambodgiens.

En tant qu’ONG travaillant avec des adultes âgés de 18 à 35 ans, KSH reçoit des personnes qui ont été prises en charge par d’autres ONG lorsqu’elles étaient enfants et adolescentes, car la plupart d’entre elles sont issues d’un milieu social très défavorisé.

« Aujourd’hui, nos jeunes ont entre 18 et 35 ans et présentent un éventail de handicaps, allant de l’autisme à la trisomie 21, en passant par le retard mental et l’infirmité motrice cérébrale », explique M. Dube.

Cette diversité, dit-il, est l’une des bases de notre programme et la cohabitation entre les jeunes permet une réelle entraide.

« Les jeunes ayant un handicap léger prennent sous leur aile ceux qui ont un handicap plus lourd. C’est ce genre de valeurs, comme la solidarité et la vie en communauté, que nous voulons inculquer à nos jeunes », ajoute M. Dube.

Le KSH met en place plusieurs programmes de formation et d’apprentissage de la vie pour ces jeunes adultes, dans l’espoir qu’ils deviennent un jour indépendants.

Programme

Le « Programme de Développement Individuel » qui a été transmis à l’équipe éducative locale est un outil pédagogique présent dans les pays occidentaux et qui vise à développer l’autonomie du public pris en charge.

Il consiste par exemple en des images explicites affichées dans l’établissement qui décrivent la routine que l’équipe a établie pour chacun des jeunes. Elles sont adaptées aux domaines dans lesquels ils doivent s’améliorer, comme l’hygiène, la communication, les tâches quotidiennes, etc.

En outre, ils ont une réunion hebdomadaire au cours de laquelle chaque jeune peut exprimer ses sentiments sur ce qui va et ce qui ne va pas.

« Nos éducateurs sont également là pour suggérer les points à améliorer et la manière de procéder. Nous disposons également de plusieurs outils d’évaluation mensuels (motricité, capacité de communication, d’adaptation et de traitement de l’information…). Nous observons des progrès considérables chez la plupart de nos bénéficiaires », précise-t-il.

 Aujourd’hui, nos jeunes ont entre 18 et 35 ans et présentent un éventail de handicaps, allant de l’autisme à la trisomie 21
 Aujourd’hui, nos jeunes ont entre 18 et 35 ans et présentent un éventail de handicaps, allant de l’autisme à la trisomie 21. Photo fournie

« Les jeunes sont encouragés à travailler sur une ou plusieurs tâches à domicile en faisant du ménage, de l’entretien, de la cuisine ou un atelier de préparation à l’emploi tandis que l’équipe est là pour les superviser et les conseiller sur la manière de s’améliorer. C’est le seul moyen pour nos bénéficiaires d’apprendre à se prendre en charge. Un jour, ils pourront peut-être vivre de manière indépendante », ajoute-t-il.

Un autre couple, dont la fille est atteinte d’autisme, confie qu’il leur a été suggéré de l’intégrer au KSH le jour de son 18e anniversaire. Elle a été prise en charge par une ONG lorsqu’elle était enfant.

Les parents, qui n’ont pas été nommés — conformément à la politique de l’ONG — déclarent que leur fille suit le programme de vie communautaire où elle est chargée de cuisiner pour la cantine ainsi que dans l’atelier où elle coupe des fruits pour la confiture.

« Nous pensons que son handicap rendra difficile son indépendance dans la société, mais le KSH offre des soins à vie pour les personnes dans la situation de ma fille », disent-ils.

Elle est désormais capable de mieux contrôler ses émotions, de communiquer avec les autres et d’avoir une routine quotidienne, ce qui est déjà très important pour elle. En plus de leurs tâches quotidiennes, ils sont formés à la fabrication de produits en apprenant le processus étape par étape.

Selon Dube, l’idée de cuisiner des confitures et des sirops vient du fait que le processus est assez simple et permet à la plupart d’entre eux d’avoir un poste de travail adapté pour chaque étape, comme le nettoyage des fruits, l’épluchage, la découpe, la cuisson, la mise en pots, la fixation des étiquettes sur les pots, etc.

« Au fil du temps, nous nous sommes rendu compte que l’atelier permettait de reproduire la plupart des éléments du contexte de travail : arriver à une heure précise au poste de travail, avoir des responsabilités, recevoir un salaire (symbolique), etc. », dit-il, ajoutant que les produits répondent aux normes de qualité et d’hygiène.

Selon Dube, l’idée de cuisiner des confitures et des sirops vient du fait que le processus est assez simple et permet à la plupart d’entre eux d’avoir un poste de travail adapté
Selon Dube, l’idée de cuisiner des confitures et des sirops vient du fait que le processus est assez simple et permet à la plupart d’entre eux d’avoir un poste de travail adapté. Photo fournie

Le programme « Hors les murs » vise à établir des partenariats avec des cafés, des restaurants et des entreprises sociales où les jeunes les plus autonomes seront formés et employés. Ils retournent tous les soirs dans le foyer de l’ONG.

« En contrepartie, ils reçoivent un salaire allant de 60 à 200 dollars selon leur niveau. Au cours de ce programme, notre équipe éducative les évalue sur plusieurs points, dont la capacité à communiquer, à se déplacer et à appréhender la notion d’argent », précise-t-il.

M. Dube indique que six bénéficiaires du programme hors les murs travaillent pour des entreprises partenaires et rentrent chez eux le soir. Il admet que leur inculquer les bases de la vie ou les former à l’autonomie n’est pas facile. Cela demande beaucoup de patience et de résilience, car ils peuvent aussi bien progresser que rechuter très rapidement. Cependant, ils ont fait des progrès considérables et se sont vus confier des responsabilités :

« Au contraire, le fait de trop les protéger en pensant qu’ils sont handicapés et donc incapables de faire quoi que ce soit sera contre-productif et laissera l’individu totalement dépendant. »

Bien qu’il n’existe pas de registre officiel des déficiences intellectuelles, on estime qu’il y a environ 20 000 cas d’autisme rien qu’au Cambodge. Le problème, selon M. Dube, n’est pas la personne handicapée, mais la façon dont la société la considère et le manque considérable de moyens pour l’intégrer dans la société actuelle.

Face à ces enjeux, KSH souhaite continuer à intensifier sa médiation auprès du grand public et des autorités locales concernant la reconnaissance des personnes handicapées mentales au Cambodge.

« Notre équipe fait désormais partie de plusieurs groupes de travail afin de défendre la cause des personnes handicapées intellectuelles », conclut-il.

Site internet

Hong Raksmey avec notre partenaire The Phnom Penh Post.

Merci pour votre envoi !

  • Instagram
  • Facebook Social Icône
  • Gazouillement
  • LinkedIn Social Icône