De la pulpe de canne à sucre au papier : La mission environnementale d'un entrepreneur cambodgien

Chaque jour, Ngorn Makara récupère les contenus des grands seaux bleus que les vendeurs de jus de canne à sucre utilisent pour se débarrasser de la bagasse - la matière fibreuse qui reste une fois le jus extrait - et livre les conteneurs à l'usine où il travaille. Il espère réussir en transformant la bagasse en produits utiles.

Ngorn Makara admire ses assiettes écologiques exposées dans un supermarché de Phnom Penh. Photographie fournie
Ngorn Makara admire ses assiettes écologiques exposées dans un supermarché de Phnom Penh. Photographie fournie

La bagasse est séchée au soleil avant d’être broyée par une grande machine. Makara fait ensuite bouillir les petits morceaux de bagasse et les utilise pour produire des assiettes en papier.

Makara, 31 ans, explique : « La bagasse passe par de nombreuses étapes avant de devenir le produit fini. Le processus n’est pas aussi simple qu’il n’y paraît, car la bagasse ne peut pas être broyée tant qu’elle n’est pas complètement sèche. »

Il précise que la partie bouillante de l’opération prend cinq à six heures - et qu’il faut ensuite la broyer à nouveau avant de pouvoir la transformer en feuille de papier. Enfin, elle doit être à nouveau séchée avant de pouvoir être pressée dans un moule et découpée à la forme voulue.

Il s’agit là d’une description sommaire du processus employé par MG Pacific Company Limited pour produire ses assiettes en papier recyclé.

Les origines d’un rêve écologique

L’entrepreneur Taing Socheat, PDG de l’entreprise, raconte qu’il voulait créer un produit unique et de respectueux de l’environnement, et a passé beaucoup de temps à effectuer des recherches :

« Mon entreprise utilise des biodéchets spécifiques pour fabriquer des produits en papier. J’ai étudié la possibilité de fabriquer des assiettes à partir de plantes, mais mes recherches ont suggéré que pour être rentable, je devrais investir entre 130 et 200 millions de dollars ».

C’est pourquoi il a choisi de travailler à plus petite échelle. Au départ, il avait envisagé d’utiliser du bambou, mais il a découvert que la bagasse de canne à sucre avait des propriétés similaires. Le fait qu’elle soit abondante et généralement fournie gratuitement a également été un facteur de motivation.

Il souligne qu’il n’est pas le premier dans le Royaume à fabriquer des produits à partir de ce matériau, mais la dernière fois qu’il a été utilisé, c’était à l’époque du Sangkum Reastr Niyum, dans les années 1950 et 1960. Il ne connaît personne d’autre qui l’utilise actuellement.

« J’ai effectué des recherches et conçu les machines tout seul il y a trois ans — en 2018. J’ai dépensé beaucoup et de temps et d’argent à mettre en place l’équipement et à expérimenter avant que nous soyons prêts à commencer à vendre des assiettes au début de 2021. »

De nombreux produits en papier, du papier toilette au papier journal, sont fabriqués à partir de produits semi-finis importés. Socheat est extrêmement fier de fabriquer ces produits semi-finis avec des matières premières locales, des machines fabriquées au pays et une main-d’œuvre cambodgienne.

L'un des ouvriers de MG transforme la canne à sucre en pulpe, utilisée pour fabriquer les assiettes en papier. Photographie fournie
L'un des ouvriers de MG transforme la canne à sucre en pulpe, utilisée pour fabriquer les assiettes en papier. Photographie fournie

Il explique que pour trouver des ingénieurs capables de construire les machines dont il avait besoin, il a dû rencontrer de nombreux experts locaux. Finalement, c’est une combinaison de plusieurs ateliers qui a permis de construire les machines :

« Nous avons dû concevoir les machines à partir de zéro, car personne ne faisait cela à une si petite échelle. Les usines les plus courantes qui font ce genre de travail peuvent traiter 30 à 50 tonnes de matières premières par jour, et une installation à cette échelle coûterait au moins 130 millions de dollars. »

L’un des avantages des machines conçues et construites localement est qu’elles peuvent être adaptées et mises à niveau assez facilement. Grâce à l’expérimentation, à l’amélioration constante du processus et à la modernisation de l’équipement, MG Pacific peut traiter trois ou quatre mille litres à la fois. À l’origine, il ne pouvait en faire bouillir que 200.

Il est passé à des machines de découpe semi-automatiques, car la découpe à la main était un travail difficile et exigeant en main-d’œuvre. Après seulement dix plaques, les travailleurs sont trop fatigués pour continuer, de sorte que le processus de production initial s’avérait long et difficile.

Socheat ne pouvait pas dire avec certitude combien de plaques étaient produites pour 100 litres de bagasse bouillie, décrivant sa chaîne de production comme une roue de charrette, toujours en mouvement, sans corrélation claire entre l’entrée et la sortie toujours changeantes.

« Le séchage, le broyage, l’ébullition et le séchage sont plus complexes qu’il n’y paraît, mais je pense que je pourrais employer une variation du même processus de base pour utiliser des feuilles de bananier et d’autres fibres naturelles pour produire du papier à dessin », confie-t-il.

Pour l’amour de la planète

Son usine va bientôt déménager dans des locaux plus spacieux, et Socheat s’attend à ce que la production passe à deux ou trois mille plaques par jour. Les machines seront également modernisées.

« Les assiettes en papier sont toujours plus chères que celles en mousse, même si elles sont évidemment bien meilleures d’un point de vue environnemental. Mais la concurrence est rude entre les fabricants d’assiettes en papier. Les produits thaïlandais importés se vendent généralement huit ou neuf mille riels pour un paquet de dix. Les nôtres, qui sont plus grands, se vendent à 10 000 riels », dit-il.

Présentation des produits MG chez AEON
Présentation des produits MG chez AEON. Photographie fournie

Les assiettes de MG Pacific sont désormais largement disponibles dans les supermarchés de la capitale, notamment à Olympic Market et Carrot Market.

« Tous les consommateurs ne sont pas préoccupés par le prix, mais ils ont conscience que nos produits fabriqués localement ont tendance à être plus chers que les produits importés. Dans notre cas, c’est parce qu’ils sont fabriqués à la main, alors que les produits importés utilisent des machines automatisées. Les produits étrangers sont généralement fabriqués à partir d’un mélange de bambou et d’autres substances, et comprennent de la colle et d’autres produits chimiques pour donner un aspect plus vendeur aux produits », ajoute-t-il.

Il a ajouté que les produits fabriqués à partir de bagasse de canne à sucre pure sont de couleur jaune clair, comme la paille de riz. Il n’existe pas de produits blancs purs exempts de produits chimiques, et pourtant, si on interrogeait la plupart des consommateurs, ils diraient que le blanc est l’option la plus chère.

L’entrepreneur ajoute qu’une entreprise respectueuse de l’environnement n’emploierait pas de colle dans son processus de fabrication, mais utiliserait des amidons naturels pour créer une alternative sans produits chimiques.

Une vision d’expansion

Outre les assiettes, Socheat prévoit d’introduire d’autres produits pour développer l’entreprise.

« Nous ne nous développerons pas en vendant des assiettes et du papier de bagasse. Quiconque pense que cela pourrait être rentable est bien sûr invité à essayer, mais j’ai l’intention d’introduire une gamme beaucoup plus large, afin de devenir rentable », déclare-t-il.

Il a proposé de confier le contrôle de l’entreprise aux cinq employés responsables de la production, en précisant qu’ils seraient eux-mêmes responsables de tous les revenus et dépenses. Ils pourraient se payer avec les bénéfices de l’entreprise, mais ne recevraient aucun salaire de sa part.

J’ai dit à ces cinq personnes : « Vous pouvez fabriquer les assiettes et les vendre, puis vous pourrez encaisser les bénéfices au lieu de recevoir un salaire de ma part. Ils ont tous répondu : “Non ! Nous sommes mieux de travailler pour un salaire”. Je leur ai assuré que je couvrirais le loyer et les charges, mais ils n’ont toujours pas accepté cette option », explique-t-il.

Assiettes produites par MG
Assiettes produites par MG. Photographie fournie

Lorsqu’on lui demande pourquoi il continue à gérer son entreprise, même à perte, Socheat répond que l’entreprise est sa contribution à l’environnement et qu’il pense à l’avenir de la planète.

Neth Pheakdra, secrétaire d’État et porte-parole du ministère de l’Environnement, a félicité l’entreprise pour transformer ses produits à partir de matières premières naturelles, ce qu’on appelle le bioplastique.

Ngorn Makara devant ses produits
Ngorn Makara devant ses produits. Photographie fournie

Il précise que de plus en plus de consommateurs sont conscients des effets secondaires nocifs des produits en plastique et modifient leur comportement, qu’il s’agisse d’utiliser des paniers pour faire les courses ou de transporter des bouteilles d’eau rechargeables. De nombreux restaurants ont mis en place des politiques « zéro plastique », tout comme certaines écoles :

« Nous exhortons les gens à changer d’attitude, à réduire leur utilisation de plastique et à choisir des produits naturels. Par exemple, les produits jetables tels que les pailles en plastique peuvent être facilement remplacés par des pailles en papier, en bambou ou même en citronnelle. »

M. Socheat suggère également que tous les propriétaires d’entreprises soient honnêtes quant à la situation de leur entreprise lorsqu’ils donnent des conseils à ceux qui envisagent de se lancer dans leur secteur :

« J’exhorte les entrepreneurs, les propriétaires d’entreprises et les commerçants à se dire la vérité et à cesser d’essayer de se mettre en valeur. Arrêtez de vous dire que vos entreprises sont en pleine croissance et rentables en gonflant les chiffres — pour être honnête, il n’est pas facile pour une petite entreprise de faire des bénéfices. N’encouragez pas les personnes disposant de peu de capitaux à les risquer dans un secteur dont vous savez qu’il leur coûtera probablement plus que ce qu’ils gagnent ».

Site internet : https://mgpacific.com/

Hong Raksmey avec notre partenaire The Phnom Penh Post

Merci pour votre envoi !

  • Instagram
  • Facebook Social Icône
  • Gazouillement
  • LinkedIn Social Icône