Culture : Une auteure cambodgienne appelle à des contrôles stricts sur la propriété intellectuelle

Après avoir découvert que sa propre œuvre était lue à haute voix sur YouTube, Kim Dina s’élève contre la longue histoire du Cambodge en matière de vol d’œuvres originales, en particulier de livres.

Kim Dina est une romancière cambodgienne. Photo fournie.
Kim Dina est une romancière cambodgienne. Photo fournie.

Agacée par le piratage continu de ses œuvres, l’auteure dénonce le manque de protection de la propriété intellectuelle au Cambodge, alors que le vol d’œuvres semble en pleine recrudescence.

Kim Dina, romancière cambodgienne dont les œuvres ont été postées sur YouTube sans sa permission, déclare qu’utiliser le travail d’un auteur à des fins lucratives sans autorisation est une attitude dénuée de scrupules et elle appelle les autorités à se pencher sur la question.

En lançant sa carrière d’écrivain en 2017, Kim Dina a publié quatre romans, tous enregistrés en vertu de la loi sur la propriété intellectuelle.

Mais depuis, d’autres lisent ses livres sur YouTube et tirent profit de son travail :

« Certaines personnes lisent les livres et demandent des sponsors en mettant des numéros de compte ABA dans les vidéos afin de pouvoir continuer à lire d’autres livres »

Cette action revient à profiter de l’auteur et cela se produit depuis longtemps », fait valoir Dina.

« Mais je n’avais jamais réagi, alors cela continue jusqu’à aujourd’hui. C’est probablement parce que personne n’a été condamné, donc personne ne semble avoir peur. »

Cependant, avant d’engager une action en justice, Dina choisit de négocier avec les autres parties pour qu’elles cessent leurs agissements.

« Après avoir contacté ces personnes qui lisaient et publiaient mes romans sur YouTube, elles ont accepté de supprimer toutes les vidéos », raconte Dina. « Ils ont également supprimé les vidéos des œuvres d’autres auteurs. Je les félicite pour leur compréhension. Toutefois, si ce problème persiste, je les poursuivrai en justice à titre d’avertissement. »

Désormais, Dina étudie le droit de la propriété intellectuelle ainsi que les lois connexes afin de se préparer à l’avance pour une éventuelle prochaine fois où son œuvre serait piratée et conseille aux autres auteurs publiés de faire de même.

« Certaines personnes disent qu’elles lisent pour promouvoir les livres, ce n’est pas faux. Cependant, ils ne lisent pas pour aider à la promotion, au contraire, ils lisent toute l’histoire. Je ne peux pas l’accepter », déclare Dina.

« Les gens ne savent même pas que ce qu’ils font est contraire à la loi. De plus, certains auteurs et moi-même négligeons également la loi sur la propriété intellectuelle, c’est pourquoi je l’étudie actuellement. »

Selon Dina, le gouvernement a un rôle à jouer dans la promotion et la sensibilisation aux droits de propriété intellectuelle du Cambodge, car cela empêcherait les gens d’utiliser l’ignorance comme excuse.

« Ne restez pas silencieux face au vol d’œuvres originales ! Pourquoi devrais-je considérer que le vol est normal ? Si cela continue, cela équivaut à dire à la prochaine génération que le vol est légal », confie Dina. « Si c’est le cas, la création de nouveaux romans n’a aucun sens. Par conséquent, je dois faire quelque chose pour mettre fin à ces comportements contraires à l’éthique. »

Cependant, Dina affirme que sa voix seule n’a pas une grande influence, ajoutant que l’implication des ministères concernés ainsi que d’autres auteurs est essentielle pour provoquer un changement.

Mais Dina n’est pas la seule à appeler à un changement d’attitude à l’égard des livres piratés, comme l’a souligné le Southeast Asia Globe — il y a un appel croissant, de la part des auteurs et des éditeurs, pour que les gens respectent le travail de création des livres.

« Je vais devoir m’en remettre au ministère de la Culture et aux autres ministères concernés, car ma voix est faible. Je ne peux plus tolérer cela. Si tous les auteurs se donnent la main, les ministères se rendront compte du problème »

« Je pleure lorsque mes œuvres et celles des autres sont volées », conclut-elle.

La loi sur les droits d’auteur et les droits connexes a été promulguée le 5 mai 2003.

Le ministère de la Culture et des beaux-arts a également exhorté le public à cesser de violer la loi sur la propriété intellectuelle et les droits connexes, faute de quoi le ministère engagera des poursuites judiciaires. Cependant, les problèmes semblent perdurer.

Po Sakun, reportage supplémentaire de Teng Yalirozy, avec l’aimable autorisation de Cambodianess