Culture & Cinéma : Un amour maudit à Battambang

Les ambitions internationales du cinéma cambodgien se poursuivent avec le tournage du film « Karma », un film d’horreur — genre que les Cambodgiens affectionnent particulièrement — qui se déroule dans la ville de Battambang, et pour lequel les producteurs prévoient une distribution internationale.

Nuon Sunnary et Khim Sophanit

Années 60 et mort mystérieuse

C’est dans la ville de Battambang, terre fertile en artistes et bâtiments coloniaux, que le réalisateur — producteur cambodgien Phichith Rithea a choisi de planter ses décors. L’histoire de Karma, qui dure 1 heure et 45 minutes, se déroule dans les années 1960 alors que le Prince Sihanouk lance de grands travaux de modernisation de la ville.

Les protagonistes de Karma, le jeune couple et la famille

Dans cette contrée insouciante qui vit au rythme du bonheur des années Sangkum Reastr Niyum, le jeune couple formé par Visoth et la ravissante Lum Ong célèbre son premier anniversaire de mariage. Pour Lum Ong, c’est probablement l’un des plus beaux jours de sa vie.

Pourtant, depuis que Mealea, la fille de sa belle-mère, a assisté à cet événement, l’amour du couple se transforme alors en un long cauchemar… jusqu’à ce que Lum Ong perde mystérieusement la vie. Après cette mort inexpliquée, l’esprit de Lum Ong retournera vers son mari pour découvrir l’identité de son assassin.

Casting

Lum Ong est interprétée par Nuon Sunnary qui est également productrice exécutive du film. La jeune femme est aussi connue pour ses activités dans les cosmétiques, elle est propriétaire de la célèbre marque de produits de beauté « Natural Beauty ». Très populaire sur les réseaux sociaux au Cambodge, elle compte presque 1 million de fans sur sa page Facebook. La jeune femme est également impliquée dans plusieurs actions humanitaires.

Nuon Sunnary

Le rôle du mari (Visoth) est assuré par l’acteur Khim Sophanit (Zanit). Il raconte :

« Même si je suis impliqué dans les arts depuis quatre ans, c’est la première fois que je joue dans un film. J’aime vraiment les personnages masculins qui sont pourvus d’une belle âme, leur sincérité les aide à avancer dans leur vie »

Zanith a émergé dans l’industrie cinématographique après avoir remporté un prix de beauté aux Philippines. Il a ensuite joué dans la série télévisée cambodgienne « Real People » sur Bayon Channel.

Khim Sophanit (Zanit)

Pour Bella, qui a débuté sa carrière en tant que mannequin du programme khmer Super Model, elle souligne :

« Karma est ma première participation à une grosse production. Je suis vraiment ravie d’être impliquée dans ce film, surtout en tant que “Mealea” un personnage vénéneux et plein de jalousie causée par un amour sans espoir pour un homme inaccessible »
Mealea, interprétée par la Cambodgienne Ho Sreytoch (Bella)

C’est le 3 juillet dernier que s’est déroulée la cérémonie de Krong Pali pour le début du tournage. A cette occasion, Nuon Sunnary a déclaré avec enthousiasme :

« J’ai décidé de me lancer dans la production avec Ream car je souhaite contribuer au développement de l’industrie cinématographique cambodgienne. La société a clairement défini sa vision de faire découvrir les films cambodgiens au monde entier. »

« C’est pourquoi nous avons décidé d’investir dans des caméras ARRI de classe hollywoodienne et des équipements audio haut de gamme, et également participé à la production du film à hauteur de 200 000 dollars américains »

À propos du réalisateur Phichith Rithea

Rithea travaille dans le cinéma depuis 2009. Alors qu’il poursuivait des études de médecine, il a décidé d’abandonner pour se consacrer aux métiers du cinéma. Le Cambodgien a occupé plusieurs postes : assistant-réalisateur, cameraman, monteur, directeur de casting et producteur.

Phichith Rithea

Il a également officié comme coproducteur sur le film « Pram Ang » (2014-2016) pour le compte du collectif Kon Khmer Koun Khmer. Rithea fut ensuite directeur de casting pour les petits rôles de la production de « The Gate » par Régis Wargnier (2014), puis producteur associé dans le film d’Angelina Jolie, « First they killed my father ». Il a ensuite produit et réalisé des publicités télévisées, des documentaires et des fictions pour des sociétés de production locales. Rithea a récemment co-fondé DancingRains avec Sithen Sum.

La production selon DancingRains

« DancingRains » a été créé pour se concentrer sur un large éventail de projets cinématographiques tels que les longs métrages, les séries TV/Web, les émissions en ligne et la vente et la distribution de films. Les deux co-fondateurs sont connus localement et à l’international. Sithen Sum est diplômée de la Busan Asian Film School et est impliquée dans la production de courts métrages depuis 2009. Sithen et Rithea ont été rejoints plus tard par Sophorn Keam, ancien directeur des opérations de Platinum Cineplex.

Avec Ream Production

Ream Production a vocation à faire découvrir les films cambodgiens au monde entier. La production s’engage à respecter les normes internationales en matière de contenu de qualité pour un public local et international. « Nous pensons que notre investissement dans des ressources humaines qualifiées et une technologie ultra moderne peut amener le Cambodge à un niveau supérieur dans le cinéma », indique Nuon Sunnary.

Technique

La production, dont le budget s’élève à 200 000 dollars américains, utilise le matériel de tournage sophistiqué ARRI Alexa Mini LF, premier set officiel disponible au Cambodge, qui permet de tourner en ultra haute définition (3840 x 1606).

Karma est tourné en langue khmère et sera disponible avec des sous-titres en anglais. La sortie cambodgienne est prévue en février 2021 et la distribution sera assurée par DancingRains. Enfin, Check Dara, l’ingénieur du son, fournira une bande-son en 5,1 surround.

CG

APAC_FR_807X123_SERIES.gif

S'abonner à Cambodgemag

  • Instagram
  • Facebook Social Icône
  • Gazouillement
  • LinkedIn Social Icône