Cinéma & Festival : « L'empire perdu du Cambodge », les mystères résolus

La 11e édition du Festival international du film du Cambodge comptait plus de 140 longs métrages, courts métrages, documentaires et animations de grande qualité, en provenance de plus de 40 pays. Faire un choix s'avérait plutôt difficile. Passionné d'histoire, fan de science ou toute personne appréciant la beauté des paysages du Cambodge se devait toutefois de voir le film « Angkor : The Lost Empire of Cambodia ».

Angkor : The Lost Empire of Cambodia
Angkor : The Lost Empire of Cambodia. Capture d'écran

Filmé avec des caméras Monstro rouges à double haute résolution 8K pour IMAX, le public a l'impression de survoler le complexe du temple d'Angkor. Le film couvre l'empire angkorien, période qui a duré du 9e au 15e siècle, et répond à une question qui intrigue de nombreux chercheurs depuis plus d'un siècle :

« Pourquoi la plupart des habitants d'Angkor (750 000 à 1 million de personnes) ont-ils quitté la région, ne laissant derrière eux qu'un petit nombre de villageois ? »

Le réalisateur australien du film, Murray Pope, répond à cette question à travers un processus qui a nécessité des années de tournage, de recherche et de cinématographie par drone pour réaliser le film « Angkor : The Lost Empire of Cambodia ».

Le royaume de l'inspiration

Établi dans l'industrie du long métrage en tant que producteur, réalisateur et superviseur d'effets visuels, Pope a toujours été fasciné par le Cambodge et a finalement cherché à réaliser un film au Royaume des merveilles :

« Enfant, en Australie, j'étais émerveillé par les images de Ta Prohm, du Bayon et d'Angkor Wat, et par la notion (complètement dépassée) d'une cité perdue dans la jungle », se souvient Pope.

« Quand j'ai fini par venir visiter le pays en 2011, j'ai réalisé qu'il y avait là une formidable histoire à porter à l'écran, mais il a fallu dix ans pour que la production soit achevée.»

Pope a effectué sa première visite au Cambodge en 2011 pour la production du film cambodgien primé, The Last Reel. « Notre équipe clé ici au Cambodge était Kulikar, Nick et Andy chez Hanuman Films, ils nous ont beaucoup aidés et sont devenus des partenaires du projet », confie Pope. « Nous avons également rencontré beaucoup d'autres grands cinéastes ici, beaucoup de techniciens de l'équipe étaient cambodgiens. Nous avons constaté une énorme augmentation des possibilités locales et un équipement bien meilleur ici que ce que nous avions vu lorsque nous travaillions avec Hanuman. Il se passe beaucoup de choses au Cambodge et nous sommes reconnaissants de pouvoir travailler avec des gens formidables.»

Inspiré par une conférence donnée par Damian Evans, Pope s'est renseigné sur les archéologues qui ont commencé à utiliser la technologie LiDAR au milieu des années 2010 pour détecter les zones de surface pouvant indiquer des structures anciennes.

Le LiDAR détecte et mesure les impulsions laser lorsqu'elles sont émises et réfléchies vers un capteur, produisant des cartes en 3D du terrain. Le projet CALI (Cambodia Archeological Lidar Initiative) a été lancé et les résultats obtenus avec le LiDAR ont servi de base à l'histoire de Pope.

« Nous avons eu la chance qu'à cette période, le projet Greater Angkor était très actif avec ses opérations LIDAR, ce qui a changé la perception de l'histoire d'Angkor », explique Pope.

« Nous avons passé du temps avec les archéologues Heng Piphal, Alison Carter et Damian Evans pour effectuer des recherches sur leurs rôles, puis nous les avons interviewés dans de nombreux endroits où ils travaillaient.»

Pope a commencé à filmer en 2018, tournant principalement dans la région de Siem Reap et dans un laboratoire scientifique en Australie. Le film a été produit pour le California Science Center de Los Angeles, qui le projette actuellement dans son cinéma IMAX en même temps qu'une exposition sur Angkor présentant plus de 120 artefacts.

Ce programme est organisé en coopération avec le Musée national du Cambodge et le ministère de la Culture et des Beaux-Arts. L'exposition itinérante devrait continuer de voyager pendant les cinq prochaines années, de même que le film, selon M. Pope.

Une production qui résiste à la tempête

« Nous avons travaillé pendant une longue période avec le directeur de la photographie par drone, Kimlong Meng. Son équipe et lui ont passé beaucoup de temps avec nous », confie Pope.

« Pourchasser de superbes plans avec une lumière et une météo parfaites, c'est un processus qui prend beaucoup de temps et travailler avec l'équipe locale a été magnifique car nous avons pu réagir rapidement aux changements. »

Tourner pour IMAX était important pour Pope, il voulait que le film soit une expérience immersive qui puisse engager le spectateur.

« Quarante minutes est la durée maximale et l'oeuvre doit plaire à un public de 5 à 95 ans, sinon l'imagerie IMAX sera trop forte pour les spectateurs.», explique le réalisateur.

Bien qu'ils aient commencé à tourner en 2018, le film a pris plus de temps que prévu en raison des conditions météorologiques et de l'organisation des vols d'hélicoptères. Le directeur de la photographie par drone, Meng, a passé des semaines à Siem Reap à attendre le temps parfait, se réveillant souvent avant le lever du soleil pour faire voler son drone afin d'obtenir le plan idéal.

Pope a passé la plus grande partie du montage durant le COVID, dit-il, filmer au format IMAX s'avérait très complexe, très exigeant et très précis.

Pendant le montage , Murray Pope a réalisé que certaines images spécifiques étaient encore nécessaires. Ainsi, chaque fois que le pays rouvrait ses portes, « nous y retournions et refaisions des prises de vue. Et puis de nouvelles recherches sont apparues et il fallait les intégrer dans le film », dit-il.

Où sont allés les Angkoriens ?

Qu'est-il donc arrivé à l'empire d'Angkor ? Dans le film, des chercheurs de l'Australian Nuclear Science and Technology Organisation (ANSTO) démontrent que des siècles de régimes climatiques destructeurs au Cambodge ont conduit à l'abandon du complexe des temples.

En raison de la sécheresse et du manque d'eau, les habitants ont migré vers des sources d'eau plus viables. Les recherches basées sur la datation au radiocarbone indiquent une période de sécheresse de plusieurs décennies au cours des 14e-16e siècles de notre ère, qui s'est étendue à la majeure partie de la région.

Sotheavy Nou pour le CIFF

Merci pour votre envoi !

  • Instagram
  • Facebook Social Icône
  • Gazouillement
  • LinkedIn Social Icône