Centre Bophana & Exposition photo : « Se souvenir des camps frontaliers cambodgiens, 40 ans après »

Organisée par Y-Dang Troeung, photographies de Colin Grafton, à partir d’aujourd’hui et jusqu’au 14 août 2021, au Centre Bophana.

Exposition photo : « Se souvenir des camps frontaliers cambodgiens, 40 ans après »
Exposition photo : « Se souvenir des camps frontaliers cambodgiens, 40 ans après »

Ce n’est que récemment que les artistes et les chercheurs ont commencé à réfléchir davantage à la signification de l’histoire du Cambodge après 1979, lorsque des centaines de milliers de réfugiés cambodgiens ont fui par la route vers les camps de réfugiés situés le long de la frontière entre la Thaïlande et le Cambodge.

Exposition sur place et en ligne

Le plus grand de ces camps était le Khao-I-Dang Holding Center, un camp de réfugiés qui s’est agrandi pour atteindre la taille d’une petite ville de plus de 130 000 personnes en 1980. Ici, et dans d’autres camps de réfugiés le long de la frontière, les Cambodgiens vivaient leur vie comme des intervalles de désarroi et de joie, en attendant la réinstallation dans les pays d’asile occidentaux ou le rapatriement au Cambodge.

L’exposition rassemble des voix d’artistes, d’activistes et de membres de la communauté pour une conversation collective axée sur la renaissance artistique du Cambodge aujourd’hui, en mettant l’accent sur le souvenir et l’histoire des camps frontaliers cambodgiens.

À propos du photographe

Né à Londres, en Angleterre, en 1947, Colin Grafton s’est rendu en Asie par la route en 1969. Il a enseigné l’anglais et pris des photos au Laos (1970-72) et au Cambodge (1972-1975). Il s’est ensuite rendu au Japon, où il a enseigné aux volontaires japonais à destination de l’étranger (JOCV/JICA) jusqu’en 1980, puis est retourné en Thaïlande en tant que travailleur volontaire dans les camps de réfugiés cambodgiens.

Colin Grafton par Steve Porte
Colin Grafton par Steve Porte

Il a organisé sa première exposition de photos sur le Cambodge au Royaume-Uni en 1981. Plus tard, après trois années en Amérique du Sud, il est retourné au Japon où il a continué à enseigner, a travaillé comme conseiller en langue anglaise pour l’ACCU (Centre culturel Asie/Pacifique pour l’UNESCO) à Tokyo, et a produit plusieurs expositions de photos sur le Laos et le Cambodge.

Il est retourné au Cambodge lors d’une visite en 1992, est devenu un visiteur fréquent et s’est installé ici en 2014. Depuis lors, lui et sa femme Keiko ont travaillé sur des expositions et des projets au Bophana Center, au Musée du génocide de Tuol Sleng et à Meta House. Ils préparent actuellement une version sous forme de livre photo de « Dancers ».

Cette exposition se déroulera parallèlement à une série d’événements connexes tout au long du mois de juillet. Veuillez suivre le site web ou la page Facebook du Bophana Center.

L’exposition est également disponible en ligne sur le site du Bophana Center : https://bophana.org/… /remembering-cambodian-border… /

Pour en savoir plus sur cette exposition, veuillez consulter : https://www.y-dang.com/remembering-cambodian-border-camps.

Nota

Le centre ne peut accueillir que 10 personnes à la fois. Veuillez envoyer un message sur la page Facebook du centre Bophana (Bophana Center) ou un courriel à communication@bophana.org pour réserver une place.

Cet événement est sponsorisé par l’Interdisciplinary Histories Research Cluster de l’Université de Colombie britannique, Vancouver, Canada.

84 vues0 commentaire