Cambodge : Une victime d'une attaque à l'acide raconte son histoire douloureuse 23 ans plus tard

À 19 ans, Prem Srey Oun était une jeune femme au beau visage, mais elle a été cruellement attaquée par un concurrent, qui l’a rendue aveugle dans une attaque à l’acide. Elle gagne maintenant sa vie en cousant des produits artisanaux et en les vendant en ligne, tout en élevant seule ses deux filles.

Prem Srey Oun a été victime d'une attaque à l'acide en 1999 et vend aujourd'hui des articles en ligne. Photographie fournie
Prem Srey Oun a été victime d'une attaque à l'acide en 1999 et vend aujourd'hui des articles en ligne. Photographie fournie

En racontant son histoire, Prem Srey Oun explique qu’elle a maintenant 42 ans et qu’elle a grandi avec six frères et sœurs dans le village de Thlok, dans la commune et la ville de Suong, province de Tbong Khmum.

En 1999, elle travaillait comme courtière, achetant et vendant du caoutchouc pour soutenir ses parents âgés. Ses frères et sœurs avaient quitté la maison familiale après s’être mariés.

Un jour, elle circulait en moto pour acheter du caoutchouc, comme elle le faisait régulièrement. Une voix qu’elle a reconnue lui a dit « les poulets sauvages ne peuvent pas disperser les poulets domestiques ». Elle s’est tournée vers la personne et a senti un liquide frapper son visage, le brûlant et lui causant une douleur atroce. Elle a tout de suite su que de l’acide avait été jeté sur son visage.

Srey Oun ajoute qu’elle a été immédiatement aveuglée et a appelé à l’aide. L’auteur des faits a été immédiatement arrêté par la police locale et placé en détention à la prison de Trapeang Thlong.

Srey Oun a été envoyée pour un traitement d’urgence dans une clinique privée de Phnom Penh, où elle a été hospitalisée pendant quatre mois. Après son traitement, elle a été transférée dans une église catholique de la commune de Chaom Chao.

Après trois autres mois de traitement, elle a été relogée dans la maison de ses parents, dans sa ville natale.

« Une organisation chrétienne m'a aidée pour une série d’interventions chirurgicales, notamment des greffes de peau, mais les médecins n’ont pas réussi à sauver mes yeux », confie-t-elle.

Comme elle devait se faire soigner une fois par semaine à Phnom Penh, elle a loué une chambre à Tuol Kork. Elle vendait des produits en ligne pour gagner un peu d’argent pour ses dépenses quotidiennes. Plus tard, elle a découvert que la personne dont elle vendait les produits profitait d’elle, et elle a décidé de cesser ce travail.

Grâce à l’organisation chrétienne qui l’a aidée jusqu’en 2007, elle a trouvé du réconfort en allant à l’église. Là, elle a découvert que le fait d’écouter la bible avec d’autres fidèles l’a dissuadée d’avoir des idées noires et elle a senti qu’elle pourrait surmonter ses difficultés.

Cette année-là, elle a été présentée à une organisation qui aidait les victimes d’attaques à l’acide. Pendant six mois, ils lui ont dispensé une formation, lui apprenant à coudre. À cette époque, elle a rencontré un homme qui avait également été attaqué de la même manière — bien qu’il n’ait pas perdu la vue — et ils se sont mariés.

Son mari et elle ont eu deux filles, mais un jour il a annoncé qu’il la quittait pour une autre femme. Depuis le divorce, elle et sa fille aînée ont continué à vendre des produits artisanaux tels que des sacs, des chapeaux et des écharpes, gagnant de 600 000 à un million de riels par mois.

Sa fille aînée a maintenant 13 ans et étudie en cinquième année. Sa plus jeune fille, âgée de 5 ans, est en première année dans un centre chrétien près de l’école Indra Devi à Tuol Kork.

« Je m’inquiète pour la sécurité de mes enfants, car elle doit faire un long trajet à vélo pour se rendre à l’école, du quartier de Tuol Sangke à l’école Indra Devi. Ma fille aînée n’a que 13 ans, mais c’est elle qui doit s’occuper de toute la famille », dit-elle.

Elle dit avoir entendu sa fille aînée se plaindre qu’elle doit étudier à plein temps tout en vendant des produits en ligne et en faisant toute la cuisine de la famille. Cependant, sa fille l’aime et prend bien soin d’elle.

Elle ajoute que certains enfants se sont parfois moqués de ses enfants parce qu’ils ont une mère aveugle, mais ses enfants lui ont dit qu’ils ne faisaient pas attention aux taquineries et que l’important était que leur mère soit heureuse.

« J’aime tellement mes filles, mais je ne saurai jamais à quel point elles sont belles. C’est l’une des plus grandes tragédies de ma vie que de ne jamais pouvoir les regarder », conclut-elle.

Kim Sarom avec notre partenaire The Phnom Penh Post

Merci pour votre envoi !

  • Instagram
  • Facebook Social Icône
  • Gazouillement
  • LinkedIn Social Icône