top of page
Ancre 1

Cambodge : Un cadre politique national nécessaire pour promouvoir la mobilité électrique dans le Royaume

Le Cambodge peut atteindre ses objectifs ambitieux en matière de véhicules électriques (VE) s’il suit un cadre politique soigneusement conçu à cet effet, indique un rapport de la Banque mondiale publié hier.

Le rapport, intitulé « Recommendations to the National Roadmap for Electric Mobility Transition (Recommandations pour la feuille de route nationale pour la transition vers la mobilité électrique) », fournit des orientations pour les efforts actuellement déployés par le Cambodge en vue d’élaborer un cadre politique national pour promouvoir la mobilité électrique.

Le rapport présente des points de vue sur la manière de s’éloigner d’un marché dominé par les véhicules à essence et à diesel importés et usagés. Il formule des recommandations sur la manière d’augmenter à la fois la demande et l’offre de VE, et sur la manière de se préparer à l’augmentation de la demande d’énergie nécessaire à la recharge des VE.

En décembre 2021, le gouvernement royal du Cambodge s’est fixé pour objectif de devenir une économie neutre en carbone d’ici 2050.

La stratégie gouvernementale de « décarbonisation » des transports prévoit d’électrifier 70 % des motos et 40 % des voitures et des bus urbains d’ici à 2050.

Elle vise également à ce que les transports publics assurent 30 % de la demande de transport de passagers dans les villes d’ici à 2050.

Le Cambodge poursuivant sa croissance économique, on estime que le nombre total de véhicules motorisés en circulation pourrait passer de six millions actuellement à plus de huit d’ici à 2030 et à 14 millions d’ici à 2050.

Actuellement, le nombre de véhicules électriques en circulation au Cambodge est inférieur à 1 000.

« Le passage aux véhicules électriques est un objectif réalisable et aidera le Cambodge à atteindre son ambitieux objectif de neutralité carbone », affirme Mme Maryam Salim, directrice de la Banque mondiale pour le Cambodge.

« Cependant, cela nécessite une évaluation minutieuse des compromis. Alors que les Cambodgiens bénéficient actuellement de véhicules d’occasion à bas prix importés de l’étranger, cela a un coût environnemental énorme et entravera l’adoption des VE. Nous nous engageons à aider le gouvernement à gérer cette transition et à trouver des moyens réalistes d’aller de l’avant », ajoute-t-elle.

Pour s’assurer que les véhicules nouvellement mis en circulation au Cambodge sont principalement des VE plutôt que des véhicules à essence ou à diesel, le Cambodge devra réformer les réglementations relatives à l’importation et à l’utilisation des véhicules en adoptant une approche progressive.

Il est également recommandé de mettre en œuvre des politiques exigeant le retrait obligatoire des véhicules à essence ou diesel à un certain âge, ce qui augmenterait la demande de nouveaux véhicules et permettrait aux véhicules électriques de pénétrer plus rapidement sur le marché.

À court terme, ce sont les motocyclettes et les tuk-tuks qui devraient assurer la transition vers les VE au Cambodge.

« La promotion des véhicules électriques offre au Cambodge la possibilité de décarboniser les transports, d’atteindre les ambitieuses contributions déterminées au niveau national et de parvenir à la neutralité carbone d’ici 2050 », souligne le secrétaire d’État au ministère de l’Économie et des Finances, S.E. Ros Seilava.

« Cela peut également aider le Cambodge à s’intégrer dans les chaînes d’approvisionnement régionales et mondiales, en stimulant le développement industriel et la création d’emplois », précise-t-il.

Le Cambodge a enregistré 604 nouveaux véhicules électriques (VE) en 2023, portant le nombre total à 1 335 dans le pays, a indiqué un rapport du ministère des Travaux publics et des Transports, ajoutant qu’actuellement, des stations de recharge de VE sont disponibles dans 18 endroits du pays.

Comments

Rated 0 out of 5 stars.
No ratings yet

Add a rating

Merci pour votre envoi !

bottom of page