top of page
Ancre 1

Cambodge & Témoignage : Les victimes d'évacuations forcées des Khmers rouges

Une fois que les Khmers rouges ont pris le contrôle des villes en 1975, de nombreuses exactions ont été commises en évacuant les populations de leurs habitations. Il a été constaté que ces évacuations forcées ont fait souffrir des êtres humains, tant physiquement que mentalement, et ont littéralement détruit leurs valeurs fondamentales. Un document proposé par les jeunes volontaires de CamboCorps avec notre partenaire le DC-Cam.

Les victimes d’évacuations forcées des Khmers rouges ont été obligées de quitter leurs maisons sans aucune justification légale dans les lois nationales et internationales Parce que ce crime dont presque tous les survivants khmers rouges ont été témoins ou victimes était si évident, il a été facile pour les Chambres extraordinaires au sein des tribunaux cambodgiens (CETC) de condamner les deux dirigeants khmers rouges Nuon Chea et Khieu Samphan à la prison à vie pour la première et la deuxième phase de l’évacuation.

Les Khmers rouges ont procédé à ces transferts forcés en trois phases :

Première phase : elle s’est déroulée dès leur entrée dans les villes le 17 avril 1975, jusqu’au début ou à la fin du mois de septembre 1975. Les soldats khmers rouges disaient aux habitants, sous la menace d’une arme, qu’ils devaient partir pour seulement trois jours afin d’échapper aux bombardements des B52 américains.

Deuxième phase : de septembre 1975 à la fin de l’année 1977. Les évacués venaient des zones centrale, sud-ouest, ouest et est. Ils ont été envoyés à Siem Reap, Preah Vihear et dans la zone nord-ouest qui comprenait les provinces de Battambang, Banteay Meanchey et Pursat. La population a été sommée de se déplacer vers les zones où il y avait plus de nourriture et de terres fertiles.

Troisième phase : de fin 1977 à fin 1978. Le mouvement concernait les habitants de la zone Est au moment de l’escalade de la guerre avec le Vietnam et de la purge des cadres de la zone Est. Les personnes déplacées étaient des cadres et des soldats Khmers rouges, certains accusés d’être des traîtres, de mauvais éléments et d’avoir des liens avec les Vietnamiens ou le secrétaire de zone Sao Phim, et d’autres considérés comme de « nouvelles personnes » ayant été déplacées de Phnom Penh et d’autres villes. Un nombre considérable en provenance des provinces de Prey Veng et de Svay Rieng a été envoyé à Pursat ou dans la province de Battambang.

Il y avait une combinaison de moyens de transport jusqu’à la dernière étape : camions, charrettes à bœufs, bateaux, trains ou marche, le train semblant être le moyen privilégié par les Khmers rouges pour les évacués des deuxième et troisième transferts forcés vers les provinces de Pursat, Battambang et Banteay Meanchey.

Dans un wagon, une centaine de personnes étaient serrées les unes contre les autres et, surtout, il n’y avait pas assez de nourriture et d’eau. Il a été rapporté qu’en raison des mauvaises conditions de voyage, beaucoup sont morts pendant le déplacement.

Yem Mony, survivant des Khmers rouges

Par Phon Samphors, CamboCorp de la province de Kep

Yem Mony, qui a aujourd’hui 63 ans, vit dans la ville de Serei Saophoan, dans la province de Banteay Meanchey. Fin 1974 et début 1975, il avait une vingtaine d’années et vivait dans le village de Toul Krous, dans la province de Battambang. Lorsque les Khmers rouges ont pris le contrôle du pays, il a reçu l’ordre de quitter sa famille et de rejoindre ce que l’on appelait les Grandes Unités. Il a été envoyé travailler à la construction d’un barrage dans le bassin de Kamping Puoy, dans la province de Battambang.

Ses parents lui manquant, il a tenté de partir pour leur rendre visite, mais il a été capturé par les Khmers rouges et envoyé pour être tué avec 30 autres travailleurs de la coopérative. Les travailleurs ont été tués alors qu’on leur ordonnait de se jeter vivants dans un feu ardent. Mony a réussi à s’échapper des flammes et a tenté de s’enfuir. Il a été poignardé avec une machette par un Khmer rouge. Blessé, il s’est caché dans un buisson. Les Khmers rouges ont continué à tirer, mais ne l’ont pas touché. Il a donc réussi à s’enfuir.

Après s’être échappé, il a rencontré son père et, en 1979, ils ont tous deux fui Battambang à pied pour se rendre à Banteay Meanchey. Lorsqu’ils sont arrivés, il y avait encore beaucoup de tirs et de bombardements dans cette région.

Mony se souvient d’avoir vu des convois en provenance de l’est (zone orientale) et déposés à la gare de Serei Saophoan. Il a vu des gens pendant la journée et le lendemain, ils avaient disparu sans laisser de traces. Il a également vu des soldats khmers rouges emmener quatre ou cinq personnes en détention sous un petit escalier de la gare de Serei Saophoan.

Aujourd’hui, Yem Mony ne peut plus se servir de sa main droite à cause des blessures causées par cet incendie et du coup de couteau dans le dos infligé par un soldat Khmer rouge.

Hong Huy, survivant des Khmers rouges

Par Him Srey Leung, Lao Mala, Nob Siek Yi, Oeung Sok, Phan Lina et Sreng Jingseng

Le 17 avril 1975, le régime du Kampuchea démocratique a évacué la population, y compris la famille de Hong Huy,composée de quatre personnes, en trois phases. Au cours de la première phase, sa famille et lui ont été envoyés à Phnom Koun Damrei pendant un mois au cours duquel les Khmers rouges qui, lui a-t-on dit, avaient tué la famille d’un ami, ont tué un homme armé d’une canne ainsi qu’une jeune fille. Les choses les plus tragiques ont été ces meurtres et un garçon de 7 ans qui a été tué en étant jeté contre un palmier par les Khmers rouges, raconte Huy.

Au cours de la deuxième phase, ils ont été envoyés à Phnom Sres pendant trois mois et, au cours de la troisième phase, dans la commune de Trapaing Veng. Ces évacuations se sont faites en charrette à bœufs et à pied. Vers 1977, les gens ont été envoyés de ces régions vers le nord-ouest. Selon Huy, les gens ont été emmenés en train jusqu’à la gare de Serei Saophoan dans la province de Banteay Meanchey, puis transportés en tracteur et par d’autres moyens de fortune jusqu’à la commune de Trapaing Veng. Ceux qui ont été emmenés de force par train des provinces de Pursat et de Battambang vers la province de Banteay Meanchey ont dû se nourrir eux-mêmes, ce qui a entraîné de nombreux décès dus à la famine, en plus du travail forcé. Après un long voyage, les évacués, ou nouveaux arrivants, finissaient par vivre dans les mêmes zones que les « anciens » — c’est ainsi que les Khmers rouges appelaient les agriculteurs et les habitants de la campagne pour les différencier des citadins étiquetés « nouveaux » — et travaillaient selon les instructions des Khmers rouges, les enfants étant chargés de couper les arbres et de ramasser les bouses de vache dans les champs afin de les utiliser comme engrais pour les terres cultivées. Les nouveaux et les anciens travaillaient sans relâche et n’avaient pas grand-chose à manger. Beaucoup sont morts d’épuisement et de faim.


Comments


Merci pour votre envoi !

  • Instagram
  • Facebook Social Icône
  • Gazouillement
  • LinkedIn Social Icône
bottom of page