Cambodge & Social : NagaWorld maintient sa position vis-à-vis des licenciements

Nagaworld a publié une déclaration concernant les impacts du Covid-19 sur ses opérations en réponse à la récente grève de certains de ses employés, affirmant que la pandémie a entraîné des pertes de 77 millions de dollars et l’a obligée à licencier des milliers de travailleurs.

Manifestation organisée par les anciens membres du personnel de NagaWorld qui affirment que l’entreprise n’a pas respecté leur droit de se syndiquer par le passé. Facebook
Manifestation organisée par les anciens membres du personnel de NagaWorld qui affirment que l’entreprise n’a pas respecté leur droit de se syndiquer par le passé. Facebook

Dans sa déclaration du 23 janvier, l’entreprise indique que le Covid-19 a gravement touché l’industrie du tourisme dans le monde entier et que NagaWorld ne faisait pas exception.

Le communiqué indique que les 77 millions de dollars de pertes ne sont qu’une évaluation temporaire pour le premier semestre 2020 et que le chiffre total pourrait être plus élevé.

« La situation économique défavorable a forcé l’entreprise à commencer à réduire ses dépenses — y compris les salaires — pour le bien de l’entreprise et de ses actionnaires », précise le texte.

Parmi les mesures que l’entreprise dit avoir prises pour atténuer les pertes financières figure la réduction de la main-d’œuvre, en particulier les membres du personnel dont les postes sont devenus improductifs en l’absence de clients.

« En conséquence, pour le bien du personnel concerné, la société a pris des mesures pour mettre fin à leurs contrats par le biais d’un accord de résiliation mutuelle, qui prévoit une compensation plus importante pour ces travailleurs que celle exigée par le droit du travail cambodgien », indique la déclaration.

Le communiqué indique également que certains travailleurs ont déjà été réintégrés sur la base des règles internes de l’entreprise et des besoins réels après évaluation de leur productivité, de leurs contributions et de leur engagement, entre autres facteurs.

Selon Nagaworld, la réintégration de ces travailleurs n’était pas basée sur leur statut syndical.

En outre, précise l’entreprise, la réintégration des travailleurs n’a pas tenu compte du fait qu’il s’agissait de Cambodgiens ou d’étrangers, de membres du personnel d’accueil ou du personnel administratif. Au contraire, les réintégrations ont été faites sans discrimination.

« En fait, l’entreprise a pris en compte les avantages, les droits et la santé des travailleurs. NagaWorld a toujours insisté pour que ses travailleurs aient le droit de former un syndicat, et ce depuis sa création en 1995. Dans ce cas, environ 360 travailleurs sur les 1 329 concernés ont refusé de mettre fin à leur contrat par le biais de l’accord de résiliation mutuelle », déclare l’entreprise.

La société précise que 73 % des employés concernés ont accepté l’accord. En 2020, elle comptait 8 381 employés et 3 976 d’entre eux, soit 47 %, étaient syndiqués. En 2021, l’entreprise comptait 6 181 travailleurs, dont 2 572 étaient syndiqués.

Depuis deux mois, plusieurs centaines d’anciens employés protestent contre l’entreprise, exigeant qu’elle les réintègre. Huit d’entre eux ont été arrêtés par les autorités et accusés d’avoir organisé une manifestation illégale et d’avoir incité à provoquer des troubles sociaux.

Le 24 janvier, environ 200 anciens travailleurs ont manifesté sur le site de NagaWorld pour demander leur réintégration et la libération des huit leaders de la protestation qui ont été arrêtés et se trouvent actuellement en détention provisoire.

Le ministère du Travail et de la Formation professionnelle a déclaré que les huit anciens travailleurs ont maintenant accepté de mettre fin à leur contrat après que leurs indemnités aient été recalculées avec l’aide de l’équipe de surveillance du ministère.

Le porte-parole du ministère, Heng Sour, a déclaré au Phnom Penh Post qu’il s’attendait à ce que le nombre de travailleurs de NagaWorld qui acceptent la compensation recalculée augmente dans les jours à venir. Il a déclaré qu’il ne pouvait pas révéler le nombre exact ou les noms en raison de considérations de confidentialité pour les travailleurs.

« Le ministère continuera à jouer le rôle de médiateur si les travailleurs veulent mettre fin à ce conflit selon les procédures et au cas par cas. Nous ne pouvons pas tout mélanger dans un même accord. Mais les fonctionnaires du ministère sont prêts à résoudre ces problèmes à tout moment s’ils sont sollicités », a-t-il déclaré.

Long Kimmarita avec notre partenaire The Phnom Penh Post

Merci pour votre envoi !

  • Instagram
  • Facebook Social Icône
  • Gazouillement
  • LinkedIn Social Icône