Cambodge & Social : Les entreprises privées prêtes à payer les retraites

Les cotisations aux pensions des personnes couvertes par la loi sur le travail seront déduites à partir du 1er octobre 2022, deux millions de salariés de plus de 10 000 entreprises enregistrées étant actuellement inscrits au National Social Security Fund (NSSF).

Des travailleurs dans une agence du National Social Security Fund (NSSF) pour obtenir des cartes d’affiliation. Photographie fournie
Des travailleurs dans une agence du National Social Security Fund (NSSF) pour obtenir des cartes d’affiliation. Photographie fournie

Le 28 juin dernier, le ministère du Travail et de la Formation professionnelle et celui de l’Économie et des Finances ont annoncé que le système de sécurité sociale serait mis en œuvre à partir du 1er juillet 2022, conformément à un sous-décret du gouvernement de mars 2021.

Heng Sophannarith, directeur général adjoint du NSSF, a déclaré au Post que l’annonce interministérielle était un rappel pour les acteurs du secteur privé et leur donnait plus de temps pour se préparer.

Il a ajouté que les ministères publieraient d’autres instructions après le 1er octobre.

« Nous publierons trois autres annonces, mais, en attendant, nous avons fixé la date à laquelle les entreprises devront payer leurs cotisations de retraite à partir du 1er octobre. Le paiement sera de 2 % pour les employeurs et de 2 % pour les employés. Nous avons établi une liste des entreprises devant y souscrire, bien que certaines d’entre elles ne se soient pas encore inscrites », a-t-il déclaré.

Avec cette annonce, M. Sophannarith a cherché à dissiper les craintes que les personnes travaillant dans le secteur privé ne reçoivent pas le remboursement des pensions. L’argent versé sera restitué aux cotisants en fonction du moment où ils quittent leur emploi ou atteignent l’âge de la retraite.

« Ils recevront deux paiements mensuels de pension lorsqu’ils prendront leur retraite à l’âge de 60 ans. Les paiements dépendront de leurs cotisations. La contribution minimale est de 200 000 riels et le maximum est de 1 200 000 riels », a-t-il déclaré.

Selon le sous-décret, les membres du NSSF ont le droit de recevoir une pension s’ils remplissent trois conditions. Ils doivent être enregistrés, avoir au moins 60 ans et avoir versé des cotisations de retraite pendant au moins 12 mois.

Le sous-décret ajoute que si un membre n’a pas rempli la dernière condition, il ne recevra pas de pension, mais pourra toujours percevoir une pension de vieillesse. Une personne ayant cotisé pendant moins de 12 mois pouvait demander le versement d’une somme forfaitaire correspondant aux sommes qu’elle avait versées.

En cas de décès d’un membre de la NSSF, ses cotisations seront versées à son plus proche parent.

Sophannarith a ajouté que les individus pouvaient choisir d’augmenter leurs cotisations et que cela se refléterait dans les paiements qu’ils recevraient après leur retraite.

Les paiements seront effectués directement sur le compte bancaire de chaque personne.

Mengly J Quach, fondateur et président de Mengly J Quach Éducation Plc, compte plus de 1 000 employés. Il a déclaré au Post que son entreprise était prête à remplir ses obligations afin que ses employés bénéficient d’avantages sociaux pour leurs vieux jours.

Mengly a ajouté que les contributions du secteur privé jouaient un rôle important dans la croissance du pays. Les pensions permettent à tous les employés d’être sûrs qu’ils se sentiront à l’aise à leur retraite. De nombreux pays offrent des prestations similaires depuis de nombreuses années.

« J’espère que toutes les entreprises contribueront. Elles ne doivent pas attendre le gouvernement — toutes les entreprises devraient s’assurer que leur personnel a de l’espoir pour son avenir. Un versement de seulement deux pour cent n’affectera pas beaucoup l’entreprise. Je pense qu’il est temps que cela devienne une pratique courante », a-t-il déclaré.

« Toutes les entreprises devraient respecter la loi. Il ne suffit pas de dire pourquoi le gouvernement n’a pas ceci ou cela. Certaines entreprises n’ont pas contribué, et certaines ont même manipulé leurs charges sociales, sans effectuer de paiements », a-t-il ajouté.

Serey Roth, employée d’une entreprise privée à Phnom Penh, a déclaré au Post que les cotisations de retraite étaient très importantes pour elle, car les employés recevraient les mêmes pensions que les fonctionnaires. Selon elle, cela permettra d’alléger le coût de la vie après la retraite.

Cependant, elle s’inquiète du fait que la déduction de 2 % soit un montant important et espère que le ministère assouplira un peu la contribution :

« Si le ministère en charge pouvait réduire les cotisations, ce serait bien. Les employés du secteur privé paient déjà 10 ou 20 % de taxes sur leurs salaires chaque mois. 2 % de plus pourraient affecter leur vie quotidienne. »

Le président du Cambodian Apparel Workers' Democratic Union, Ath Thorn, a déclaré que toutes les entreprises, qu’elles soient enregistrées ou non, devraient être en mesure de remplir facilement leurs obligations, car le ministère leur a donné un préavis de trois mois.

M. Thorn s’attend à ce qu’une fois le système de retraite mis en place, les avantages pour les employés soient considérables. Toutefois, il a averti que certaines entreprises tentaient encore d’éviter d’offrir des avantages à leurs travailleurs.

« Comme il s’agit de nouvelles réglementations, il y a beaucoup de documents compliqués à préparer, et la mise en place de systèmes peut prendre un certain temps. Il est également très important que les entreprises qui ne sont pas encore enregistrées le fassent immédiatement », a-t-il ajouté.

Long Kimmarita avec notre partenaire The Phnom Penh Post

Merci pour votre envoi !

  • Instagram
  • Facebook Social Icône
  • Gazouillement
  • LinkedIn Social Icône